L’Espace-Temps sur la France est un peu bizarre, maintenant, non ?

La France est dans une faille de l’espace-temps. Mauvaise nouvelle, ça va secouer les passagers quand on va en ressortir. Sauf les #GEONPi de Paris (suspects ?) qui sauront s’envoler, et les rapaces qui volent par tous les temps. C’est le changement de temps … modernes.

L’espace-temps, c’est un problème encore plus compliqué que les histoires de baignoires qui se vidaient avant qu’on invente les douche et les maths modernes, de trains qui arrivaient comme prévu avant qu’on découvre le monologue social d’une certaine catégorie de personnel, ou de vases communicants qui communiquaient mieux avant qu’on invente la communication en général, la communication politique en particulier, et puis certains autres trucs dont il vaut mieux ne pas parler pour ne pas huiler le feu plutôt que les rouages.

En mai, ça a été super étrange, limite science-fiction : les citoyens Français qui regardaient la TV ont cru qu’ils étaient en 1936 (ou au 18è siècle) comme les Américains avaient avalé le canular sur la guerre des mondes quand Orson Welles a fait sa Über-Blague à la radio, les zélecteurs ont pensé que regarder « Retour vers le Futur II » permettrait cette fois de faire baisser le prix de l’essence sans pomper de gaz de schiste ni faire bosser les djeuns ou regarder Arte plutôt que les feux de l’amour et les débats publicitaires, et les zandballeurs ont espéré devenir intouchables pendant que d’autres investissaient leurs revenus du travail ou leur capital au bistrot en France pour les gagne-petits, ailleurs certainement pour les prédateurs efficaces, tous ces excellents français pariant sur la défaite selon leur habitude depuis maintenant quelques siècles, voire depuis Vercingétorix (by the way, comme on ne peut apparemment pas s’empêcher de tricher dans ce pays, même le lieu officiel de la bataille d’Alésia a été falsifié, pour faire plaisir à un département ami, pour faire construire un rond-point, ou juste parce que c’était moins fatigant, on ne sait pas encore, c’est comme pour le match de handball, on ne sait pas encore si les notables pouvaient ignorer le truc et l’ont caché sous le tapis le temps de gagner les Jeux Olympiques et les élections, ou si vraiment les experts de la FDJ et/ou les fonctionnaires enquêteurs de toutes obédiences ont respecté les procédures administratives et très normalement mis 4 mois pour transmettre leur rapport sur la non-compétitivité de l’équipe de Montpellier en pratiquant le dialogue social et le lent copier-coller une feuille à l’envers, une feuille à l’endroit, selon la méthode officiellement en vigueur pour un peu tous les rapports et sports professionnels en France, maintenant). Le truc ironisch nicht, c’est qu’avant, les « experts », c’étaient des sportifs de haut niveau, pas juste des abonnés de plateaux TV ou des hauts fonctionnaires attendant depuis longtemps la retraite (ultra) dorée dans un placard (très) confortable.

En juin, ça nous a plutôt réussi au foot, cet espace-temps zarbissime : de l’avis général, l’interruption du match contre l’Ukraine, pour cause de trombes d’eau et d’éclairs tombant juste sur le stade pendant un orage de mousson en Europe à décorner tous les cocus de toutes les républiques de l’Est et de l’Ouest, a déstabilisé les Ukrainiens hyper crispés parce qu’ils jouaient leur qualification à domicile, plus que les Français assez détendu du mollet avant leurs vacances, comme les matchs suivants allaient le montrer.

Des trombes d’eau façon mousson en Europe, ce n’est pas très normal, même près de Tchernobyl

En juillet, tant que les Anglais ne s’étaient pas habitués au soleil, on se débrouillait très bien aux Jeux Olympiques de Londres et à part les Chinois qui gagnaient tout au ping-pong, les Américains qui gagnaient encore plus que nous en natation et les Coréens (du Sud) qui gagnaient personne ne sait quoi mais étaient devant nous au classement général, ça marchait rudement bien pour nos sportifs, on mettait une b…ordée aux Rosbifs et à tous les vrais Européens et on pouvait même ricaner de Cameron (non, pas la bataille, il y a des sujets sur lesquels on ne plaisante pas même si la météo est très favorable) et son tapis rouge à 2 British Pounds, à tel point que le service de com’ du Président lui a recommandé de vite faire un tour au Club France pour faire des photos triomphales avant que ça tourne inévitablement vinaigre.

Soleil cordial à Londres, pas normal, même avec tapis rouge inespéré

En Août, c’est comme en 40 les vacances en France, et peu importe la météo, le temps, l’espace,toussa-touça kivaplu, ou qu’ailleurs ça bosse dur sous la pluie pour se faire une place au soleil demain, ou vice-versa selon les modalités du changement climatique qui seront autorisées par les zexperts français qui vont à Rio (et n’oublient pas de monter plus haut dans la hiérarchie des écolocrates titularisés et/ou décorés de la Légion d’Honneur sur quota du ministère du logement social) avant de patiquer le monologue environnemental entre eux dans un palais républicain du -bon- 16è arrondissement normalement consacré au dialogue économique et social mais devenu environnemental, trop tard pour qu’on ait l’argent pour changer son titre en façade comme on fait à Bercy à chaque fois que le nouveau chef de gouvernement change le petit nom du ministère (en bref, « Ze National Bank »), mais assez tôt pour que les manifestants de Florange et autres saboteurs de salon de l’auto de la ville capitale du racisme anti-auto (surtout les petites françaises, parce que celles qui sont scandaleusement grosses, ridiculement longues ou stupidement hautes, mais systématiquement bien rutilantes, généralement garées devant les grands hôtels vendus au Qatar bénéficiant d’une zone franche fiscale généralisée ou à d’autres zinvestisseurs zétrangers zavisés, ou sur les places pour handicapés par les voituriers de restaurants où l’on ne mange pas les pâtes sans truffes, normalement made by Germany, elles sont assez bien tolérées dans la ville lumière même si elles sucent 20 litres de diesel aux 10 km et rejettent des tombereaux de  particules plus ou moins fines -et plus ou moins légitimes mais c’est un autre sujet- juste à la hauteur du nez des mômes et à l’heure de leur sortie d’école en général).

En septembre, il y a eu quelques jours d’été indien, genre temps anormal pour la saison, mais normal. Ou vice-versa. En tout cas, un savant dénommé Sartorius est passé à la TV pour parler de véhicule de transport, d’espace-temps, de voyage dans le passé, de retour vers le futur et toussa-touça qu’il faut être ingénieur des mines générales en chef chargé de mission presque aussi importante que celle d’un haut-commissariat ou même d’une commission extraordinaire, pour pour pouvoir sinon comprendre, au moins discutailler en public dans un palais républicain, si possible pas envahi de citoyens normaux profitant du week-end du patrimoine pour aller voir ce qui reste de leurs impôts sur les revenus futurs (lire : « la dette »), sur les revenus passés (lire : « le capital », ou « les revenus d’années de vrai travail épargnés plutôt que d’acheter des options pour la 2CV ou la R5 du moment pour les uns, les tableaux et antiquités hérités et pas encore vendus pour acheter un Cayenne ou un Q7 pour aller au chalet acheté en Suisse avec le produit défiscalisé de la vente à des étrangers d’un précédent petit tableau ou à l’aéroport pour aller vérifier si le riad acheté avec les dessous de table en Suisse du produit de la vente à des exilés fiscaux de la maison en Provence achetée du temps de Tonton, mais avant l’ISF, avec la commission sur la vente de trucs à des étrangers pas très pacifistes ou celle sur des permis de construire après incendie ou celle pour le changement du tracé du TGV, on ne sait plus, mais c’est un capital social(iste), voire de symphatie) ou sur les revenus présents (lire  » : les impôts payés par les vrais pigeons pas encore écrasés sur la route ou tirés pour être mangés aux petits pois et à l’oeil par les petits et grands marquis qui ont hérité ou acheté un permis de chasse sur les terres de France), ni bêtement réquisitionné pour une grande conférence avec ceux-ci ou un monologue social avec ceux-là.

Ach, le temps des promesses qui n’engagent pas les zingénieurs, gross Bonheur

Mais depuis début octobre, c’est retour vers le futur à l’anormal, avec faille dans l’espace-temps le retour et toussa-touça comme s’il ne s’était passé qu’un éclair de seconde,le temps d’une très brève averse entre les paris suspects du match de hanball de Montpellier en milieu de printemps et le début d’automne à Paris. Non pas que ça surprenne vraiment, ni qu’on ne se doute pas que le pire reste à venir, mais quand même, ce n’est déjà plus si normal que ça, tout ça. Ou alors si, parce que c’est la France et que Dieu, quand il s’est rendu compte à quel point il avait outrageusement favorisé ce pays (en lui mettant même du gaz de schiste, du soleil, du vent et tout ce dont on a besoin pour faire marcher les rasoirs électriques made By Japan, America, Europe ou France in China et autres trucs indispensables dont on fait encore plus la pub à la TV entre le salon de l’auto et Noël, histoire de ne pas désespérer Billancourt et alentours avec seulement des docus d’Arte sur l’économie réelle, des docus d’Arthus sur l’environnement réel et des docus d’autres artistes généralement intermittents et toujours assez surréalistes ou pire sur les activités professionnelles en France, comme l’emploi salarié normal en voie de disparition, le sport propre dont l’apparition est un peu l’Alsace-Lorraine de l’époque, et la politique telle qu’elle est, avec ou sans auto-promotion Voltaire) … a infligé ceux qu’elle méritait à la France.

Alors, on peut espérer le retour du futur antérieur et se faire porter pâle et/ou s’exiler dans des paradis artificiels en attendant, le moins nocif étant en général la lecture solitaire (et discrète, ne pas acheter Fifty Shades of Grey, même en version électronique à lire furtivement sur un coin d’écran, sur internet si on ne veut pas être identifié comme un riche capitaliste à imposer, un pauvre salarié à imposer, ou n’importe quel lecteur à imposer même s’il se fournit en échangeant des vieux trucs dans les bourses aux livres organisées par tel ou tel secours populaire conscient qu’il ne suffit pas de nourrir les ventres).

On peut aller tuer le temps au ciné (si on est chômiste, on est subventionné, pour être motivé à le rester et à ne pas aller chercher un job qui pourrait servir pour sauver un salarié victime de plan social dont s’occupe les syndicats qui se fichent des chômistes) ou emprunter un film à la médiathèque du coin (c’est pas cher, et si on n’est pas encore SDF, c’est motivant pour rester chômiste, parce que c’est chauffé gratos, qu’il y a généralement du papier dans les toilettes et du savon dans le distributeur de savon liquide qu’on a mis parce que les SDF et futurs SDF et simples rapiats embarquaient les savonnettes et de l’électricité dans le sèche-mains encore parfois made by France, c’est écrit dessus comme pour le Port-Salut, qu’on a mis parce que le truc à rouleaux de tissus devenait inabordable avec le coût de la main d’oeuvre et incompatible avec les normes zécolos, et que les distributeurs de papier doux qu’on pouvait piquer pour se moucher ont disparu depuis avant que même Pierre de Coubertin ne croit plus aux valeurs olympiques), pour s’échapper deux heures du réel, comme faisaient nos ancêtres genre autour de 1929.

Ou on peut essayer un jeu moderne pour faire passer un moment, si on a l’appareil pour s’en servir et si on comprend comment marchent les trucs pour les djeuns.

Mais quoi qu’on fasse, que les pigeons disent, que les rapaces volent ou que les faucons confisquent (ou que la BCE et quelques autres continuent à tenter, mais c’est un autre sujet, ou pas, et en tout cas ce n’est pas encore gagné, ce sauvetage de l’Euro(pe) par lente et prudente consolidation des fondations financières en injectant l’inflation ma non  troppo, en laissant les banques se refaire une santé piano ma sano et en demandant à Goldman Sachs de la jouer un peu low profile le temps qu’on ait décidé si on fait un Euro-Mark pour les pays sérieux, un Euro-CFA pour les Club-Meds ou si on essaye de sauver le soldat Euro de base quitte à sacrifier la Grèce et à essayer de mettre en place une gouvernance économique qui empêche, sinon les prédateurs de s’en mettre plein les poches parce qu’à l’impossible nul n’est tenu et ça serait mauvais pour les vendeurs de Porsche, avocats d’affaires, banquiers itou et autres citoyens exemplaires, les gens normaux de faire trop n’importe quoi à crédit et/ou aux frais de ceux qui bossent plutôt que de #occupy des coins confortables en sirotant des bières et de ceux qui épargnent plutôt que d’acheter avec leur carte de crédit conso revolving des daubasses inutiles et/ou hors saison made in le plus loin possible) pour acheter du temps, on n’échappera pas plus au décalage horaire en octobre qu’aux temps difficiles et aux augmentations d’impôts en 2013 (et bien avant, et bien plus avec ou sans affinités !) et tout laisse à craindre que les 5 ans qui viennent vont non seulement répéter strictement le passé (inférieur) et hypothéquer gravement l’avenir (pas garanti supérieur sans OGM et made by France), mais sembler longs comme un sanglot d’automne des grands patriarches égarés en France dans l’espace-temps.

Autant en emporte le temps, mais tout ça ne dit pas comment et pourquoi il a fallu 4 mois et la fin du Tour de France électoral et des Jeux Olympiques à la City, entre autres, pour que le petit monde du sport (des professionnelles ?), des paris (de Paris ?) et de la justice (probablement trop occupée à enquêter du côté du Carlton pour aller à Montpellier, entre autres, le gouvernement a bien dit qu’il faut recruter du monde) s’aperçoive publiquement, non sans avoir discrètement dés la mi-temps du match flairé une odeur de loup tellement forte que les paris avaient été bloqués, que la copine d’un joueur de handball qui ne jouait pas un match que son équipe pouvait perdre a investi pas très finement tout son capital dans un bistrot sur une partie pas particulièrement fine mais pas sans intérêt, d’autres petits pigeons tentant également de jouer les rapaces tandis que les vrais faucons mettaient probablement leurs billes à Malte ou chez des Bookmakers plus sérieux que les amis proches et les familles des joueurs de Handball français. Même les twitlitants politiques qui osent le plus tout pour faire croire des trucs ou cacher des choses sur internet, bénévolement ou contre rémunération, privilège, promesse et toussa-touça qui fait la grandeur de la politique en général et des politiciens français en particulier aux yeux des supporter, militants et autres « idiots utiles » selon la formule officielle, ne vont pas jusque là (sauf Lefebvre, du temps de sa splendeur, mais on ne le voit plus trop depuis qu’il a réussi à perdre la circonscription des français de l’étranger d’Amérique du Nord, à croire qu’il avait parié du fric sur sa défaite, tellement il fallait le faire exprès pour perdre contre une inconnue de gauche associée à un twittos vert au pays de Wall Street et de Silicon Valley dans un coin où l’électeur de gauche de base du coin est légèrement à droite de JF Copé, à part à Montréal où les étudiants et autres exilés sociaux sont plutôt politiquement djeuns, voire mélenronchonnistes pour ceux qui ont l’humour nostalgique).

* * *

Il fait (un peu) soleil à Paris, j’ai 45 mn, merci de ne pas déclencher la guerre mondiale ou dire un truc important sur #Euro(pe) avant 14h

Renaud Favier : France & Facebook est sorti de presse ! http://bit.ly/g8PTOA 

Bon, là j’ai 45 minutes pour le sandwich, si Orange promet iPhone 5 à 1 Euro, je veux bien regarder un Youtube qui dit en quoi il est sexy

Le « succès » de Romney relance-til la campagne ou permet-il à Obama de jouer low profile en incitant son rival à l’excès de confiance ?

Les communicants politiques devraient trouver un meilleur mot que « trajectoire » : ça fait techno et (con)descendant http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-debat-de-societe/les-mots-maux-mythiques-de-la-politique-en-france-de-a-a-z-791184 …

Renaud Favier, le Journal est sorti de presse ! http://bit.ly/dQneRc 

De « choc » en trajectoire, et bientôt glissade de #compétitivité, plus dure sera la chute pour l’économie et l’emploi en France … http://lnkd.in/MVQCE4 

#Compétitivité #France De choc en « trajectoire », le discours officiel change vers glissade. Puis chute libre ? http://lnkd.in/MVQCE4  …

Donc, le choc de #compétitivité ne sera qu’une « trajectoire ». Qui se transformera d’abord en glissade, puis chute libre http://www.youscribe.com/catalogue/livres/ressources-professionnelles/competitivite-2012-1822197 …

@floc_floc passé sur BFM hier soir, si je tombe dessus je twitte le lien, mais ce n’est pas très rassurant (et Borloo surfe, bien sur) Afficher la conversation

Economie pour les nuls : on peut baisser les charges … si on augmente #dette et/ou #CSG (ou TVA, peu importe ou presque) : c’est cela, oui

Economie pour les nuls: #Hankook, c’est une marque de pneus supers à la TV, mais qui ne créent que quelques jobs de publicitaires en #France

Bref, météo pourrie à Paris, rien de nouveau en #France#Obama a joué tactique pour gagner quand ça vaudra le coup, et ça bosse en Asie

Voir la tête de JM #Ayrault pendant le #Borloo Show des #QAG sur le #TSCG, ça vaut 3 boites de Prozac et ça compense plusieurs points de CSG

Je ne veux inquiéter personne sur trajectoire de #compétitivité, mais il est 8h à Paris, ça fait une journée de travail que #Asie rigole

#Romney #Obama : « reculer pour mieux sauter », ça se traduit plutôt « whatever works » ou « wait & see » ? Sinon, rira bien qui rira le dernier ?

Economie pour les nuls: A part les Dassault, qui a réussi à faire grandir une vraie industrie en créant du job et reste en #France ? #GEONPi

Economie pour les nuls : #Capital, ça peut être un tableau hérité par sa conjointe ou des antiquités. Et ça peut inciter à faire politicien

Economie pour les nuls : #capital, c’est du revenu déjà imposé que quelqu’un est prêt à investir plutôt que d’acheter une Porsche ou un Riad

Avant, sur #BFMTV, Madellin et JF Kahn devisaient sur l’éco. Maintenant, C Beigbeder et K Berger. G Babinet et A Minc, ce serait trop cher ?

Je sais, je ne devrais pas faire ce twit … Retour au sport pro normal: #PSG perd, #Montpellier gagne, qui aurait parié sur ça avant hier ?

Les paris internet sur le sport pro français via les sites à Malte ou ailleurs, ça rapporte bien ou c’est gagne-petit comme au bistrot ?

Bref, #Romney a été à son niveau, #Obama a joué en retrait, à suivre au match retour. Vérifier les #paris suspects sur la défaite du favori à la mi-temps

#Compétitivité : donc, on a une trajectoire plutôt qu’un choc, et la CSG à la place de la TVA ? C’est cela, oui #France http://www.youscribe.com/catalogue/livres/ressources-professionnelles/competitivite-2012-1822197 …

Je veux bien faire un effort pour aider gouvernement, #croissance et #TVA: si les PTT subventionnenent iPhone 5, à 1 Euro je le prends

France / économie – France: le gouvernement sonne la mobilisation générale pour stimuler la compétitivité des (…) http://rfi.my/PY011X  Retweeté par Renaud Favier

En replay pour 7 jours, encore un bon docu #Arte passé hier sur les dérives de la finance mondiale #bankster http://lnkd.in/Hs56N9 

#Europe : Pane(m) et Circences ou Pain Noir and Game(s) Over ? So What … Schwarzbrot ? Pain grillé ? En tout cas, ça sent le roussi http://wp.me/pJjbe-4u7 

#Belmondo se sépare de sa jolie compagne juste au moment de l’annonce du mariage pour tous : ça sent gros scoop, non ? http://wp.me/pJjbe-1uz 

Let Them Talk … c’est ce qu’on pense dans certaines (beaucoup de ?) réunions. C’est aussi un bon album de Hugh Laurie http://wp.me/pJjbe-4nu 

The Numeriklivres Daily is out ! http://bit.ly/aOBccY  ▸ Top stories today via @Hedonismie @GuenaelB @renaud_favier Retweeté par Renaud Favier

Le monde du lobby auto est bien organisé, ça tombe bien la campagne anti diesel au lancement d’autos électriques http://viadeo.com/s/ucBx6 

Avant, l’auto française, ça rouillait, mais ça roulait. Mais c’était avant. Maintenant, avec ou sans rapport #Gallois, c’est pire … http://wp.me/p23TvS-eu 

#Compétitivité Sans #Montebourg au #MondialAuto, l’industrie automobile française est fichue. Avec, c’est pire http://wp.me/p23TvS-eu 

Des exposants #MondialAuto + malins vendraient des mugs à café chauffant sur prise allume-cigare… http://fb.me/1VdixPbAW 

Renaud Favier : France & Facebook est sorti de presse ! http://bit.ly/g8PTOA 

Renaud Favier, le Journal nouvelle édition http://bit.ly/dQneRc  ▸ Aujourd’hui à la UNE: @20Minutes @OlivierPicard @parisaction

Ces travaux casse pieds partout dans #Paris, ça fait penser aux arrosages automatiques que des mairies négligent de débrancher en hiver

#TSCG empêchera de faire n’importe quoi, ça va compliquer les promesses farfelues & éléments de langage populistes #FDG #EELV#FN #NDA etc

Quelqu’un aurait le numéro de l’avocat de Karabatic ? C’est pour un rôle au ciné, moins payé qu’avocat de professionnel mais plus glorieux

#Ayrault avait l’air triste en lisant ses éléments de langage #TSCG à l’Assemblée, hier, il aurait dû les chanter http://www.youtube.com/watch?v=u2JmC1aej4w …

Dommage que #Montebourg ne soit pas (encore) allé au #MondialAuto, c’est son meilleur talent, les visites de salon http://www.youtube.com/watch?v=wK63eUyk-iM …

Quand la femme de #Sarkozy fréquentait la Fashion Week, c’était plutôt + « normal » que la compagne de #Hollande, non ? pic.twitter.com/lfWgcmZJ  Voir la photo

#Handball a-t’on pu vérifier sur les sites de paris en ligne à Malte etc s’il y a eu des transactions douteuses sur match de #Montpellier ?

Rappel : les Mayas, on s’en fiche, mais c’est quand même la grosse #crise écologique, guerre économique mondiale, et il y a le feu au jasmin

Au tarif des avocats qui ont le téléphone de journalistes TV, les parieurs du #Handball auront dépensé leurs gains des paris en 3 jours

New-York c’est le capitalisme sauvage, heureusement que nous on a le dialogue social (et la Fashion Week) #GazdeSchiste http://www.businessweek.com/news/2012-10-01/new-york-will-probably-restart-review-process-on-gas-fracking …

L’amateurisme peut nuire gravement au professionnalisme, espérons que le #Handball ne déteindra pas sur le foot ou la politique en #France

@fleurpellerin ce n’est pas + grave que le reste, inutile de virer la moitié de votre cabinet pour cette approximation sur « le bug Facebook »

@LeMondefr_Sport C’est bien arrivé début mai avant les J.O. ces paris sur #Handball ? Et la FDJ, officiels etc se réveillent fin septembre ? Afficher la conversation

Handball : heuh … c’est arrivé bien avant les J.O., ces paris truqués, non ? Et la FDJ et les officiel s’en aperçoivent fin septembre ?

Bref, soit les responsables du #Handball ne savaient rien pendant les J.O. et il y a des irresponsables, soit il y a des coupable d’omission

Sur cette affaire de #handball de #Montpellier, les officiels français pouvaient ils ignorer pendant les J.O. qu’il y avait un loup ?

* * *

RF, 4 octobre 2012

Ceci écrit, qu’on soit plus ou moins joueur, passionné d’affaires et amitiés plus ou moins publiques françaises, d’interviews d’avocats et journalistes plus ou moins spécialisés dans les dossiers sportifs et politiques suspects ou que trop clairs, ou assez indifférents aux faits divers et résultats de matchs sportifs 4 mois après les faits ou politiques à la mi-temps (y compris entre Romney qui ne perd rien pour attendre et Obama qui a dû prendre sur lui pour faire semblant d’être si toc-toc hier), et vice versa, et/ou totalement hermétique aux contreprets qui envahissent facebook et Twitter ces jours-ci (parce qu’il y a comme un couvercle sur le sujet de la crise et rien de très nouveau à dire sur l’ONU ou la Syrie sinon qu’à force de plaisanter à la frontière turque ça va finir par déclencher quelque chose et que comme c’est aussi un brin chaud entre Chine et Japon, ça pourrait tourner vinaigre et Dieu sait où j’ai rangé mon livret militaire et le certificat médical pour cette vertèbre bêtement susceptible depuis un attéro de parapente scabreux dans une plantation de thé en Indonésie) et autres réparties fines genre « rira bien qui pariera le dernier » (pas sûr que j’ai le copyright mais je ne l’ai encore lu nulle part, et anyway ça n’empêche personne de me citer, ça ne peut pas nuire pour le e-Nobel), on peut télécharger sur Amazon (et lire sur Kindle si on n’a pas de iPad, iPhone, iMac ou MacBook ou truc pareil d’une sous-marque moins chère) quelques eBooks sur le monde tel qu’il va (ou pas) vraiment, pour se préparer avec humour mais sérieux à la France, à l’Europe et au monde tels qu’ils approchent à vitesse encore un peu plus déraisonnable qu’une joli coupé RCZ ou une Alpine à pleine bourre sur circuit pendant le salon de l’Automobile de la Porte de Versailles (avant, on disait “Mondial”, mais c’était avant que ceux de Shanghaï, de Séoul, de Sao Paulo et bientôt Varsovie, Prague et Istambul n’aient gagné la bataille de l’automobile dans la guerre économique et qu’on parle de le délocaliser au Maroc, maintenant que la France est officiellement en crise et qu’on ne voudrait pas imposer des heures sup aux douaniers de Roissy ou aux fonctionnaires du STIF/RATP déjà obligés de lire tous les compte-rendu du dialogue social dans leur administration, de participer à des séminaires d’information sur la vie après les plan sociaux et les contrats de générations, et de perdre du temps à remplir les formulaires de RTT en 3 exemplaires parce qu’il n’y a plus de budget pour remplacer l’imprimante en obsolescence pré-programmée pour laquelle on avait acheté 5 ans de stock de toner d’avance via un intermédiaire qui avait des fournisseurs en Belgique mais qui ne reprend bien sûr pas la marchandise incompatible avec l’imprimante qu’on achètera quand in y aura des crédits) depuis que l’écologisme globalement responsable s’est noyé à Copenhague, qu’une certaine idée de la politique française n’est pas sortie blanche comme neige de 40 ans de hautes certitudes inefficaces de la suite d’un certain Sofitel, et qu’il a fallu accélérer la dérive des dettes publiques des Clubs-Meds à cause des subprimes et de quelques autres incongruités financières d’origine principalement anglo-saxonnes et fantaisies budgétaires à la française, et se faire une (dé)raison de contreperformances commerciales d’origine pas seulement chinoise ou allemande, et que la politique d’achat de temps contre la crise approche dangereusement de ses limites avec ou sans QE3 aux USA, MES ou MOT en Europe, les dignes vieux de Karlsruhe, les djeuns indignés d’Athènes ou Madrid et toussa-touça kivapa vraiment plus du tout d’autant que le feu semble avoir pris plus au sud dans la foulée des révolutions de jasmin dont toutes les bienpensances se félicitaient pourtant avec autant d’enthousiasme qu’elles se laissaient inviter en vacances et/ou avion par les prédécesseurs des incendiaires. Mais what else ? Comme le dit Saint Woody Allen : “Je hais la réalité, mais où ailleurs se faire servir un bon steak ?”.

    

On peut également lire ou télécharger ces eBooks sur la plateforme française Youscribe (nb le format pdf disponible sur Youscribe est assez pratique sur grand écran et mieux adapté que ePub à l’impression en format A4) en cliquant sur les icônes ci-dessous avec le mulot.

               
               
         
           
        
      

Whatever works, mais si on a du 3G ou du wifi, on peut aussi lire (gratuitement) le dernier billet du blog “Café du matin à Paris” (ou un résumé en anglais si on est anglophone et/ou pas trop chauvin) avec le café à n’importe quel bout du monde, cela ne peut pas nuire plus gravement que tout les restes aux exportations sans entrepreneurs, à la réindustrialisation sans capital ou au made in France sans clients.

Mais on peut préférer acheter ses livres sur les étagères d’un bon libraire, dans un café librairie sympa ou entre les aspirateurs automatiques et les cafetières d’un agitateur d’idées un peu rangé des voitures mais auquel on est habitué et dont on prend toujours la carte de fidélité par habitude, ou vice-versa.

Auquel cas, la reco de la rentrée “littéraire” : “La théorie de l’information“, un genre de “western financier” à clefs (lire : sur les corsaires français des télécoms, nb pour éviter tout malentendu que la formule, citée ci-dessous, qui fait sourire les auditeurs des radio-business-fm, vise quelqu’un d’autre que DSK qui a bien dû s’occuper de télécoms françaises dans sa carrière ministérielle mais n’est pas dans ce “coup”, les puristes auront bien entendu rectifié d’eux-mêmes car ni son Audi à Washington, ni la Porsche de son communicant à Paris, ni probablement son véhicule à Marrakech où il fait trop chaud pour circuler sans capote, ne sont des décapotables, étant entendu que DSK lui-même n’est pas un pornocrate, si on ne l’écrivait pas on risquerait un malentendu, mais est indubitablement un peu chaleureux pour circuler à l’étranger sans capote) du jeune Aurélien Bellanger, chez Gallimard, ravira les vieux qui lisaient non pas des romans d’amour mais du Sulitzer et du Dumas dans leur jeunesse, avec des trouvailles comme ” … les pornocrates en cabriolet …” (lire : “les gusses, devenus maintenant très fréquentables parce que très riches et puissants, qui avaient fait un hold-up sur le plancalculo-télécom à la françaises en inventant le “Minitel rose” sans opposition des politiques bien avant que les pirates en Rolls roses prospèrent sur Internet sous les “vivas” des djeuns #occupy et les sourcils froncés des ingénieurs télécom à la française occupés à suivre les cours de bourse d’Alcatel et France Télécom, l’honnêteté intellectuelle obligeant à signaler à leur décharge que des ingénieurs des mines et des ponts se sont également mêlés de ces triomphes monopoli(s)tiques à la française sous le haut patronage de l’administration et des politiques (in)compétents, et que ce n’est pas leur faute si les ingénieurs français qui savaient compter ont tous préféré aller dans la banque, les cabinets ministériels et/ou, pour les plus conservateurs, les fromages résiduels du bon vieux temps de l’économie mixte genre Tunnel du Mont Blanc, Française des Jeux, EDF, feu l’industrie automobile, sidérurgie ou du transport aérien etc encore moins verts et/ou plus, voire trop mûrs souvent …).

Sinon, côté littérature économique, les usual suspects de l’exploitation, explication ou futurologie de la crise vont probablement publier pour Toussaint afin de surfer sur la vague de morosité de début novembre, tandis que les vendeurs de Trente Glorieuses devant nous, de bilan et perspectives du gouvernement ou de France se renforçant dans l’adversité attendront certainement la saison des achats de cadeaux de Noël pour profiter du regain de bonne humeur des (é)lecteurs devant les jolies vitrines, les étals tentants et les décorations festives. Il n’en reste pas quelques écrits recommandables comme “Homo Economicus” de Daniel Cohen, qui vole un titre mais écrit très honnêtement et opportunément sur la bipolarité de l’être humain occidental compétiteur et coopérateur à la fois, en crise grave depuis que le mot coopétition inventé à peu près au même moment que partenariat public-privé et junk-bonds est à peu près aussi has-been que l’économie mixte et les coopératives ouvrières du temps de Mongénéral, sauf dans les conversations d’après digestif dans certains milieux privilégiés restés politiquement au début des très progressistes mais non viables années 80, économiquement au début des très psychédéliques mais ultra-confortables années 70, et intellectuellement à la fin des très regrettées mais über-déstabilisantes roaring sixties.

Enfin, côté littérature érotique pour filles, on murmure dans le landerneau que l’anglais de la version originale est tellement simpliste qu’il ne sert vraiment à rien d’attendre la sortie prévue en octobre (en France, Lattès, 17 octobre) de la version en français de l’incontournable “Fifty Shades of Grey” (et que c’est une excellente raison d’acheter un truc électronique pour lire dans le métro (ou d’apprendre à télécharger en pdf sur iPhone, iPad ou n’importe quel machin électronique moderne portable, ou pas) pour éviter que les voisins, collègues, enfants, parents et autres impedimenta sachent qu’on mange lit du cochon en cachette comme tout le monde qui a du temps à perdre et de la libido à dissiper mais un(e) conjoint(e) moins disponible que DSK dans les années de jeunesse, et plus assez d’énergie, d’audace ou de méthode pour sortir draguer).

Conclusion provisoire : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “Compétitivité” : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “Voyage en 2012” : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “France 2012” : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “English Coffee” : cliquer sur l’image ci-dessous

Passage au blog “Café du matin à Paris” : cliquer sur l’image ci-dessous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s