Paris brûle-t’il ? Mektoub pour l’hôtel Lambert, en tout cas …

images-9

Cet Hôtel Lambert qui brûle alors qu’il était en travaux de mise aux normes genre maître de l’univers qui considère Louis 14 comme un court jeune homme d’avant, ce n’était pas un simple « hôtel de (poules de) luxe » au sens contemporain du terme. Moins encore un petit claque de Rastignac provincial à la fortune anémique genre ce pauvre Nanar. C’était rien moins qu’un plus beaux lieux de Paris. Accessoirement, un monument historique français. http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2013/07/10/Le-prestigieux-Hotel-Lambert-ravage-par-un-incendie-a-Paris-1544249

cec7c6358a97d1a1832b4644e61486375e9e7895_reference

Crédits : La Nouvelle République

Ce lieu magique occupant presque toute l’extrémité de l’île Saint Louis était passé en mains étrangères il y a peu d’années et faisait l’objet d’une rénovation pharaonique, après l’extinction, sinon de tous les feux verts, rouges ou whatever works, comme il apparait, des quelques attentismes, « procrastinimses » et polémiques plus que moins inévitables en pareilles circonstances. http://lambert.over-blog.org/article-32877324.html

images-7
Mais maintenant, ça brûle, pourtant. Et les dégâts sont d’ores et déjà jugés « irréversibles ». http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/07/10/important-incendie-dans-l-hotel-lambert-a-paris_3445197_3224.html

635034 On observe, sans rien sous-penser rapport aux spéculations et autres versations de mâles dominants (certains appelleraient ça des malversations, mais il faut avoir du vocabulaire et des preuves, sinon, c’est moins pertinent, voire plus impertinent), honni soit qui aurait mauvais esprit ou la suspicion tatillonne exacerbée en saison de crise économique, que l’interruption de l’hyper inflation sur l’immobilier parisien, même d’exception, rendait très hypothétique une nouvelle plus value (d’autant que c’était déjà le plus riche du Monopoly qui le possédait, ce qui réduisait les chances d’une guerre économique de surenchères) sans rien faire comme ça marchait si tranquillement depuis un bon moment dans les quartiers de Paris encore fréquentables de nuit en Bugatti décapotable ou autre véhicule inabordable, donc indispensable aux inégalement fréquentables. http://www.lefigaro.fr/culture/2013/07/10/03004-20130710ARTFIG00268-l-hotel-lambert-ravage-par-les-flammes.php

images-10

Crédits : Le Figaro

Alors sans vouloir sous-entendre que l’incendie tombe bien (parce qu’avec le manque de soin des ouvriers de maintenant, les contrefaçons asiatiques de prises Legrand, et le prix de l’électricité qui pousse à éteindre les alarmes incendie, aussi bien c’est un accident bête, un coup de pas de chance, la force d’un destin qui se venge -ou tente de donner un signal-, Mektoub, quoi …), moins encore que l’assurance n’est pas chère avant un sinistre (et puis on n’est pas à ça près, surtout aux cours actuels des hydrocarbures, quand c’est l’Histoire qu’on assassine, même si on possède aussi la société d’assurance, l’entreprise de réassurance, et les actionnaires financiers ou pas d’elles toutes), on ne peut s’empêcher de se demander si le permis de reconstruire ne portera pas sur un bout de l’île Saint Louis moins étriqué, histoire de pouvoir mettre une marina digne du GrossParis de bientôt avec annexes à Rouen et au Havre sur la route de Suez via Marbella et Chypre, une petite station de ski avec héliport pour ne pas avoir à gâcher du bilan carbone pour atteindre la Gare de Lyon (qui faudra penser à acheter, comme EDF, Total et EADS, par souci de simplification) ou le Bourget en hélico sur le chemin de Suez via Davos ou Cortina (qu’il faudra penser à racheter, si ce n’est pas déjà fait) à chaque fois que les enfants ont envie de faire une bataille de boules de neige hors saison, ou en hiver mais sans sortir au froid sous la vraie neige, et une Tour un peu moins modeste que celle de ce bon petit Monsieur Eiffel qui devait être très « gentil » mais était à l’évidence (comme Lesseps, les Français de cette époque manquaient de mégalomanie) trop respecteux de riverains et fonctionnaires de l’urbanisme manquant de classe, d’ambition et de créativité, pour n’avoir pas pensé qu’en grimpant un peu plus follevilement haut, on pourrait voire non seulement la « Bande des 4 Grands » d’autour de Paris (le 4G = Versailles, Vaux, Fontainebleau, et Chambord), mais, peut être … Dubaï et Doha (tiens, ça fait DD, comme développement durable, ironisch, nicht) ? Il faudra trouver un nom : Lambert City ? Non, ça fait titi parisien d’avant voulant frimer en angliche. New Saint Louis ? Non, ça fait vendeur de moquette, même pas niveau communicant en Porsche. Les bijoux de famille ? Non, ça sonne défaitiste et vaguement queue de race, voire DSK en fin de règne. Désert en Seine ? Non, c’est ballot parce que ça sonne bien, et ça ferait sourire les lecteurs de « Paris et le désert français », mais ça fait « déshérence » et « haine », difficile de faire avaler ça à l’Académie, sauf à changer aussi de langue, en France. En attendant, l’incendie est jugé « circonscrit » (dommage que le rédac chef ait relu le texte, si un stagiaire avait écrit « circoncis », ç’eût été rigolo). http://www.larep.fr/france-monde/actualites/a-la-une/national/2013/07/10/important-incendie-dans-l-hotel-lambert-a-paris-1622202.html 

3445229_3_8613_l-hotel-lambert-dans-la-nuit-de-mardi-a_8b425de0af26777dcd94ea40ee263902

Byzeway, ce n’est pas un ancien maire de … Paris, voire même un ancien président de la République française d’avant (le président, pas la République, moins encore la République française, quoique, recouac …), dont, la « plume » avait été inspirée par la chanson « Beds are burning », succès du groupe australien « Midnight Oil », qui a dit, lors d’un sommet de la Terre en Afrique du Sud en 2002 : « Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs » ? http://www.youtube.com/watch?v=ejorQVy3m8E

article_10072013-INCENDIE-HOTEL-LAMBERT-5

Tiens, « Mektoub », ça serait un joli nom, pour la nouvelle France Ile Saint Louis. Non ?

Renaud Favier – 11 juillet 2013 – Café du matin à Paris – Compétitivité – English

En attendant le 14 juillet (et Paris-Plages), si on veut quelque chose à lire pour ne pas abandonner le neurone en mode pause, ni laisser son coeur patriote saigner sans au moins s’en rendre compte, on peut télécharger des livres électroniques, gratuits ou au prix d’un café en terrasse dans un quartier normal de Paris, sur la plateforme française Youscribe (nb le format pdf disponible sur Youscribe est assez pratique sur grand écran et moins fantaisiste que ePub à l’impression en format A4), ou sur Amazon pour les patriotes exemplaires. Quelques exemples en cliquant sur les icônes ci-dessous.

               
               
         
           
          

Et il y a aussi du plus « atypique » (et gratuit).

Bad in France Couverture         
Et du plus « business » (gratuit, of course).
Frenchonomics Small           
Le bonus : quelques ronchotwits dans l’air du temps (des temps ? détend ?)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s