A propos renaudfavier

Ils semblent grands car nous sommes à genoux (LaBoétie) Je hais la réalité, mais c'est le seul endroit où se faire servir un bon steak (Woody) De quoi qu'il s'agisse, je suis contre (Groucho) Faire face (Guynemer)

#14juillet 2017 … vaste programme

Avant la Révolution, personne, évidemment, ne fêtait le 14 juillet (double célébration de la rustique, voire virile, prise de la Bastille en 1789, et de la plus pacifique, voire joyeuse, Fête de la Fédération, en 1790), officiellement instauré en, 1880 par la IIIème République naissante, en l’honneur des pères (pairs ? paires ? pires ?) fondateurs de la République Française.

Jusqu’au grand coup de torchon anticolonial d’après la seconde guerre mondiale, le 14 juillet fut, ainsi, le jour de l’honneur aux couleurs, et de naissance des ‘Fetnat » dans les terres où l’on appelait plaisamment les enfants, toucouleurs ou pas, selon le prénom du jour dans le calendrier des PTT … c’était (pas si mal) avant (la télé génération Canal).

En (an ?) 2016, terreur sur la ville de Nice, tristesse en France, peur à Paris et orbi.

2017, les pisse-vinaigre (trop) vus à la télé et leurs fans génération nuitdebout ou twittos encore moins mûrs du bulbe aboient, le monde libre résiste, les soldats américains, et les nôtres, défileront devant le Président américain, et le nôtre, célébrant autant la fête nationale de la « Grande Nation » d’avant, que le centenaire de l’entrée en guerre mondiale, en 1917 (année de la Révolution Russe, ironiquement coïncidisch, nicht ?), de l’Empire de maintenant (L’Express).

Le 14 juillet, c’est aussi de la diplomatie globale (Euronews).

Le (vaste) programme (France 24) …

Joyeux 14 juillet !

RF – Juillet 2017

PS : mergitur, nec mergitur (Tour Eiffel ? Tour de France ? Détours ?)

Si (les) #Primaires2017 avai(en)t été un western spaghetti …

Honni qui « On vient de voir, et revoir, le film,  » y pense …

 

Trois bandits organisent le vol de la paie des ouvriers d’une petite ville minière.

Ayant réussi, ses auteurs envisagent immédiatement de tenter un deuxième coup.

Tout se déroulerait comme prévu si une autre bande de malfrats ne s’était pas mis la même idée en tête…

Distribution
Lee Van Cleef : Billy Joe Cudlip
Antonio Sabàto : Ben Novack
Gordon Mitchell : Burton
Lionel Stander : Preacher
Bud Spencer : James Cooper
Graziella Granata : Sally Davis

Vous aimez le #PenelopeGate … attendez le(s) prochain(s) épisode(s)

L’affaire du #PenelopeGate, c’est un genre de sous Ocean’s Eleven scénarisé par des vendeurs de publicité (qui devraient être) en retraite depuis des lustres, et joué par de vieux intermittents, ou un remake low-cost de Ocean’s Twelve sans musique, ni éclairage, ni attaché de presse ?

En tout cas, le truc incontestable, c’est que #Fillon a un petit air de George Clooney …

Et comme dans le film, le casino et l’écosystème de fatcats sont loin d’être exemplaires …

Comme dans la toile, y’a pas un personnage moins médiocre que les autres …

Comme dans le casse pour téléspectateurs, on se laisse prendre au jeu …

Comme au grand écran, ça flingue dur, et on devra attendre la fin pour savoir qui a trahi, foiré, ou filé à l’anglaise (ou pas), qui gagne, se raccroche aux branches, ou tire des marrons du feu (ou pas), qui se la coule en bord de piscine, est enterré mort ou vif dans le désert, croupit en taule (ou pas).

Le truc qui cloche dans la VF, c’est le casting franchouillard gagne-petit, voire carrément provincial ramasse-miettes … pourvu que les prochains épisodes soient plus glamour !

Vivement mercredi, le jour de la sortie des films à Paris !

RF -Saint Valentin 2017

PS : « Le saviez-vous ? », bonne question

Sur un malentendu, le candidat de droite pourrait être #Bayrou … et le vrai gagnant, #Hollande

Macron n’a pas encore fait son coming-out de candidat officiel des sponsors du PS, mais ça viendra quand il y trouvera plus d’avantages que d’inconvénients.

Et ça pourrait nuire gravement à sa popularité.

Tandis que Fillon n’a pas encore été outé.

Mais ça pourrait bien être coming, sinon comique.

Le gag façon « Bronzés » ou « Père Noël est une ordure » (c’était vers Noël, non, la primaire de droite ?), c’est que sur un malentendu, si Fillon s’écrase « à la DSK », Bayrou pourrait représenter la droite à la présidentielle, alors qu’il s’était fait une raison et profitait de sa retraite en Béarn.

Et que le gamin prodige envoyé par Hollande et ses sponsors pourrait gagner l’ingagnable pour le PS.

Fallait (peut-être) pas sous-estimer Hollande (et ses sponsors).

C’est un président trop pathétique pour faire deux mandats, mais un politicien professionnel exceptionnel qui a parfaitement analysé la situation, étudié la campagne de Mitterrand en 1988, et choisi le piège à con…citoyens qu’il nous a balancé …

francois-hollande

Sur un malentendu, ça pourrait avoir déjà marché …

RF – 30 janvier 2017

 

Bon, (les primaires) #PS, c’est fini, on passe à (la campagne) #Macron, maintenant

primaires-ps

Crédit : Deligne / Urtikan

Martine Aubry a dit en son temps (quand elle truandait pour piquer la présidence du Parti à Ségolène Royal alors encore régulière de l’actuel stagiaire énachécé à l’Elysée, si je me souviens bien) : « Après le passage de François Hollande, même les toilettes ne marchent plus … ».

Maintenant, avant même les derniers banquets élyséens du président Normal, on tire (à balles réelles) la chasse sur les restes du PS.

Mais cela n’a aucune importance, le petit monstre de Hollandkenstein et Compagnie est en marche triomphale, et marche sur toutes les têtes de la voie rapide de la gauche Porsche Cayenne, voyages en classe business, et Filles à 5000 la soirée, pas le mois (honni qui penserait trop fort à ce à quoi je pense).

aplantu-macroncid_image002_png01cfc2a0

Crédit : Plantu

Hollande joue encore les secrets, mais Ségolène ne cache même plus son soutien à celui qu’elle considère, à juste titre, comme « le candidat de la gauche », et Hamon a gagné d’avance la belle primaire, parce que Valls risquerait de mordre les mollets du nouveau champion de la gauche caviar parisienne.

Le mercredi, c’est (le Canard Enchainé, aussi) les sorties cinéma, mais comme il n’y a rien de bien cette semaine (le jury du César du plus mauvais film hésite entre la pénible primaire de la gauche canal palliatif, la promenade presque solitaire de Hollande dans le désert chilien, la tournée de promotion business classe de Macron chez les donateurs exilés fiscaux près des niches à pétrodollars, et la boule puante jetée dans le marigot des emplois de complaisance, sinon fictifs, et autres abus plus ou moins considérables dans le championnat de France de la politique française), j’hésite entre  le DVD de « Very Bad Trip » et , avec le sandwich-demi-café au comptoir (c’est moins cher, ça pue le tabac et le diesel en terrasse, et il fait u  froid de gueux).

Reno – 24 janvier 2017

La gauche française entre primaires de seconde classe et second marché … en marche vers … quoi ?

Entre la belle primaire qui tourne à l’école des ex-fans du PS pour téléspectélecteurs de TF1, Mélenchon qui joue les Papy Mougeot du Schmilblick pour vieux ados très attardés, et le gamin prodige champion du monde de la réclame vue à la télé, la gauche est en marche … mais vers quoi ?

primaire-vs-secondaire-ps

Crédit : Faro

Ceci twitté, si tout ce petit monde de gauche se rassemble peu ou prou derrière une seule candidature, quelle qu’elle soit, la finale Fillon-LePen n’est pas plus certaine que ne l’étaient la victoire annoncée de Ma Clinton, le triomphe garanti sur le fil du Brimain, ou la neige pour Noël dans les stations de ski françaises.

RF – 13 janvier 2017

Le FN bénéficierait de soutiens russes, selon Mediapart … quel scoop !

ob_d9ac55_source-nvo-3403-03

Le stagiaire dépressif de permanence de fin d’année chez Mediapart a trouvé un fond de tiroir sur le prêt d’une banque russe au FN, et un twit de hacker prétendant avoir copié-collé des échanges de SMS entre deux popoffs évoquant Marine le Pen, la Crimée, et un soutien réciproque entre les blonds Poutine et Marine.

La belle affaire …

Quand bien même y aurait-il eu intervention du Kremlin pour faciliter un prêt au FN, les montants sont faibles, il n’y a pas financement illégal, ni enrichissement personnel, ni même compte secret à l’étranger …

Mediapart devrait plutôt fouiller du côté des politiciens, partis et mouvements pouvant sérieusement espérer gagner le second tour de la présidentielle (pour Macron, certains y croient, après l’irrésistible ascension de Poutine sorti de nulle part il y a bientôt 20 berges et toujours là, toujours plus incontournable, le shocking mais bien réel Brexit, la cocasse victoire de Trump contre les médias et instituts de sondage, et la surprise Fillon de la primaire LR face au chauve qui n’a pas pu le battre, et à l’ex qui s’en fut piteusement dés le 1er tour) et massivement aux législatives, si c’est du croustillant qu’ils veulent offrir à leur (é)lecteurs pour Noël.

Bien sûr, on peut trouver tout à fait acceptable que Poutine soutienne qui il veut, ici ou là, pourvu que ce soit sans (trop de) disproportion de moyens, de dissimulation d’amitiés financières, ni de vicieuseries sur le web qui feraient brailler les hipsters mauvais perdants de gauche (pléonasme) comme si le piratage était l’apanage d’untel ou d’unetelle …

Néanmoins, le financement par puissant étrangère est en principe un peu en dehors des usages de maintenant en France … imaginez que les communistes chinois, les islamistes du Golfe pétrodollarique, les dingues vénézuéliens ou nord-coréens, les exilés fiscaux londoniens, les geonpis de Californie, les français de l’étranger d’ici ou là (honni qui « c’est pour ramener pas que des pièces jaunes de sous-préfectures comme le gros Douillet qu’on a inventé les sénateurs et députés des français de l’étranger » y pense) ou les fantôme lybiens financent des politiciens et/ou des partis (si c’est le pognon du tribuable qui se lève tôt pour payer des impôts, no soussaille, sauf si c’est un tribunal d’arbitrage qui décide et une personnalité qui peut servir de fusible et d’écran de fumée qu’on peut mettre en cause sans trop de risque de boomerang) …

Que ne médirait-on pas contre les bénéficiaires, les intermédiaires, les trésoriers (quand vous n’êtes pas un cador mais quand même un type à peu près fiable et que vous avez fait Hec ou un truc du genre, on vous colle à la compta du parti, histoire de vous faire porter le chapeau quand les casseroles tintent, sinon ça fait désordre de devoir envoyer au Canada ou virer de Bercy un vrai ponte ambitieux et vu à la TV) et tous receleurs de l’écosystème, du plus stagiaire assistant parlementaire au plus grand requin patron d’agence de pub, de RP ou de conseil internet, vendeur de papier pour affiches de campagne, proxénète ou dealer de drogue et/ou 4/4 surpuissants ?

Mediapart, vaste programme …

RF – 22 décembre 2016

PS : rappel, de Gaulle payait ses timbres, pas comme le premier attaché parlementaire stagiaire en CDD venu, et son électricité, pas comme le moindre ex parachuté passé chez EDF en redescente de cabinet ministériel ou après 2 ans de bons et loyaux service en syndicat étudiant proche du PC  ou du PS (ce n’est pas un pléonasme, il existe un genre de syndicat étudiant de droite, lointain fillot du GUD et autres aimables jeunes des années où il n’était pas aussi confortable et sans douleur que maintenant de se dire anti-communiste, voire réac), il avait même renoncé à son indemnité d’ex-président, se contentant de sa retraite militaire. Une certaine, autre idée de l’exemplaritude.

de-gaulle1