Alstom passe sous pavillon allemand. Comment s’en indigner sans être ridicule ?

http://frenchonomics.wordpress.com/2017/09/26/alstom-du-genou-en-terre-au-second-pied-dans-la-tombe-derniere-victime-en-date-de-letrange-defaite-economique-francaise/

C’est curieux, toutes ces consciences qui se réveillent parce que Siemens ramasse les dernières poussières de feu l’Empire Alcatel-Alsthom (qui s’appela longtemps CGE, puis Alstom sans Alcatel, ni « h », sur la fin, mais peu importe, l’essentiel n’est ni dans le nom, ni dans le périmètre, mais dans l’actionnariat), réduit à un business déclinant de matériels ferroviaire pour lequel la boite n’avait plus, ni la taille critique, ni la crédibilité du temps où elle était de loin leader mondial pour le TGV, et dans la Champions League pour les métros.

On n’avait, pourtant, pas entendu beaucoup de twits rageurs quand Lafarge est devenu suisse, quand Technip est passé sous pavillon américain, quand Schneider est discrètement parti à Hong-Kong, etc etc etc hélas, trois fois, trois cent, trois mille fois hélas … ni quand des quarterons de startup gavées de subventions s’échappaient aux Etats-Unis ou en Asie avec ou sans entremise d’ex hauts fonctionnaires et/ou politiciens défroqués, mais toujours sous les applaudissements bien nourris des grands enfants prodiges exilés précoces, et le soutien souriant avec l’argent des autres de tous les apparatchiks de « machins » biberonnés sur budgets de la FrenchTech, crédits de la diplomatie économique, ou autres taxes sur les entreprises -encore- rentables pas -encore- organisées pour échapper à la fiscalité française.

Mais comment s’étonner de voir filer les boites à peu près viables d’un pays qui dissuade fiscalement l’actionnariat « populaire » depuis des décennies en poussant les citoyens français à stériliser leur épargne dans un immobilier stupidement coûteux, qui refuse idéologiquement de laisser émerger des fonds de placement susceptibles de capitaliser les boites n’ayant pas la possibilité, ou pas envie, de mendier chez  BPIFrance ou aux guichets régionaux claquant le fric des con…tribuables et creusant les déficits publics et la dette (tombe ?) des générations futures ?

Et comment prendre au sérieux les cris d’orfraie de patriotes économiques qui roulent made in Germany dés qu’ils ont les moyens d’acheter un panzer 4/4 de dealer pour faire emmener les gosses à l’école, une limousine à banquette arrière en vison pour aller en rdv plus ou moins crapuleux aux heures de bureaux, et un cabriolet Cooper pour leur partenaire sexuel(le) favori(te) ?

Enfin, comment ne pas s’inquiéter pour les quelques grosses boites, pépites solides et jeunes pousses « françaises » à peu près gérées et pas vérolées par des obligations de service public, ni irrémédiablement plombées par des décennies de déconomie mixte, qui n’ont pas encore émigré vers des cieux plus business-friendly, dont l’actionnariat n’est pas encore majoritairement américain, chinois, qatari, etc … ?

RF – Début d’automne 2017

PS : ceci twitté, c’est « normal » que ça foire, Hollande s’en était mêlé … #pasdebol

Alstom Na

Publicités

#Macron, EM Macron … parce qu’il vaut bien 26 000 de fond de teint (de fin d’été ?)

Macron

Réalité virtuelle, mais maquillage réellement niveau Vegas

Le maquillage (honni qui « des comptes » y mépense, et super-über-honni qui « un inspecteurs des finances défroqué du PS ayant bossé 2 ans dans sa vie en stage chez Rotschild, ça trompe énormément, encore plus qu’un éléphant HECÉNA-CourdesComptes n’ayant jamais trouvé, ni cherché, de boulot entre sa prépa aux écoles de fils de bourges et sa retraite ultra-privilégiée de cumulard d’avantages indécents), c’est obligatoire dans les pouponnières à StartUp, pour pomper du fric public (c’est gratuit, c’est l’Etat, donc les tas de gens avec ou sans dent comme vous et moi assez couillons pour contribuer plus à l’intérêt général qu’ils ne sucent de fric public, qui paye) et couillonner les investisseurs (rappel pour les ceusses qui n’ont pas fait HEC : si quelqu’un te propose d’acheter un truc, surtout genre un placement pas exclusivement destiné à frimer comme les bagnoles stupidement puissantes, les villas au Maroc, à Miami ou aux Caraïbes, et autres conneries de vrai-faux luxe montré à la télé et/ou dans les magazines pour gens ayant plus de fric que de neurone, ni indispensable pour se loger, se nourrir, ou sauter quelqu’un dans les instants suivants – ici fin de la « parenthèse » et reprise du fil de la phrase, note pour les ceusses que ça épuise entre les oreilles quand une phrase dépasse le standard de 3 mots niveau slogan de manif – soit le quelqu’un qui se propose de te faire acheter le truc tout seul ou en crowdfunding a vraiment besoin de fric pour investir dans quelque chose de plus urgent, important et ou rémunérateur pour lui, auquel cas tu pourrais peut être mieux faire de ton fric mais y’a pas obligatoirement entourloupe, soit y’a un loup, tu penses bien que le quelqu’un filerait le cadeau à un copain pouvant lui être utile, à un politicien pouvant lui rendre service, ou à un créancier le menaçant de lui couper quelques doigts, pas à toi, si c’était un investissement vraiment intéressant), mais c’est quand même curieux que le gamin continue à se faire peindre en orange comme un invité de chez BFM ou un militant du Modem, alors qu’il a réussi à obtenir un local gratuit mieux placé que Station F pour sa StartUp, et que, franchement, si j’était lui j’éviterais de faire repenser trop à Las Vegas aux téléspectribuables pas particulièrement fan de son business-plan …

Executive Summary (pour les ceusses qui n’ont pas fait une école de biz, qu’on appelle maintenant de « management » alors que plus personne ne manage plus personne avec les organigrammes raplaplas, sur les plateaux de bureaux, ni dans les incubateurs à poussins en short, ça veut dire « la même en moins de mots si t’as pas le temps de lire tout le blabla parce que t’as du taf ou piscine, que t’es pas politicien, retraité, ou syndicaliste étudiant) : fallait pas non plus prendre l’assistant défroqué de la teinture de Tulle pour le fils naturel de Jospin et Aubry … ceci médit, la politique est un showbiz comme les autres, les people doivent se maquiller pour la télé, se raser les jambes pour le Tour de France, et se déguiser en ScPo attardé pour draguer les militantes à carnet de chèque.

RF – 24 août 2017 (et ça va pas vers le mieux quand ça sera vraiment la rentrée)

PS : si vous n’aimez pas les phrases de 15 lignes à parenthèses imbriquées, c’est comme pour le maquillage de Macron, rien ne vous interdit d’aller (é)lire ailleurs …

PS2 : si vous trouvez que c’est ruineux, limite stupide, 26 000 d’autobronzant en plein été,  fallait voter pour le notaire, mais c’est pas sûr que ça ne nous coûterait pas plus cher en fringues …

PS3 : et les candidats aux sénatoriales, ils/elles ont aussi claqué un max cet été pour aller se montrer dans les conseils municipaux et dragouiller les grands électeurs ? Parce que c’est dans 3 semaines, les élections sénatoriales dont on se garde bien de nous parler au cas où les parachutages et combines pour le gérontorium de luxe du Luco nous agaceraient, non ?

#14juillet 2017 … vaste programme

Avant la Révolution, personne, évidemment, ne fêtait le 14 juillet (double célébration de la rustique, voire virile, prise de la Bastille en 1789, et de la plus pacifique, voire joyeuse, Fête de la Fédération, en 1790), officiellement instauré en, 1880 par la IIIème République naissante, en l’honneur des pères (pairs ? paires ? pires ?) fondateurs de la République Française.

Jusqu’au grand coup de torchon anticolonial d’après la seconde guerre mondiale, le 14 juillet fut, ainsi, le jour de l’honneur aux couleurs, et de naissance des ‘Fetnat » dans les terres où l’on appelait plaisamment les enfants, toucouleurs ou pas, selon le prénom du jour dans le calendrier des PTT … c’était (pas si mal) avant (la télé génération Canal).

En (an ?) 2016, terreur sur la ville de Nice, tristesse en France, peur à Paris et orbi.

2017, les pisse-vinaigre (trop) vus à la télé et leurs fans génération nuitdebout ou twittos encore moins mûrs du bulbe aboient, le monde libre résiste, les soldats américains, et les nôtres, défileront devant le Président américain, et le nôtre, célébrant autant la fête nationale de la « Grande Nation » d’avant, que le centenaire de l’entrée en guerre mondiale, en 1917 (année de la Révolution Russe, ironiquement coïncidisch, nicht ?), de l’Empire de maintenant (L’Express).

Le 14 juillet, c’est aussi de la diplomatie globale (Euronews).

Le (vaste) programme (France 24) …

Joyeux 14 juillet !

RF – Juillet 2017

PS : mergitur, nec mergitur (Tour Eiffel ? Tour de France ? Détours ?)

Vous aimez le #PenelopeGate … attendez le(s) prochain(s) épisode(s)

L’affaire du #PenelopeGate, c’est un genre de sous Ocean’s Eleven scénarisé par des vendeurs de publicité (qui devraient être) en retraite depuis des lustres, et joué par de vieux intermittents, ou un remake low-cost de Ocean’s Twelve sans musique, ni éclairage, ni attaché de presse ?

En tout cas, le truc incontestable, c’est que #Fillon a un petit air de George Clooney …

Et comme dans le film, le casino et l’écosystème de fatcats sont loin d’être exemplaires …

Comme dans la toile, y’a pas un personnage moins médiocre que les autres …

Comme dans le casse pour téléspectateurs, on se laisse prendre au jeu …

Comme au grand écran, ça flingue dur, et on devra attendre la fin pour savoir qui a trahi, foiré, ou filé à l’anglaise (ou pas), qui gagne, se raccroche aux branches, ou tire des marrons du feu (ou pas), qui se la coule en bord de piscine, est enterré mort ou vif dans le désert, croupit en taule (ou pas).

Le truc qui cloche dans la VF, c’est le casting franchouillard gagne-petit, voire carrément provincial ramasse-miettes … pourvu que les prochains épisodes soient plus glamour !

Vivement mercredi, le jour de la sortie des films à Paris !

RF -Saint Valentin 2017

PS : « Le saviez-vous ? », bonne question

La gauche française entre primaires de seconde classe et second marché … en marche vers … quoi ?

Entre la belle primaire qui tourne à l’école des ex-fans du PS pour téléspectélecteurs de TF1, Mélenchon qui joue les Papy Mougeot du Schmilblick pour vieux ados très attardés, et le gamin prodige champion du monde de la réclame vue à la télé, la gauche est en marche … mais vers quoi ?

primaire-vs-secondaire-ps

Crédit : Faro

Ceci twitté, si tout ce petit monde de gauche se rassemble peu ou prou derrière une seule candidature, quelle qu’elle soit, la finale Fillon-LePen n’est pas plus certaine que ne l’étaient la victoire annoncée de Ma Clinton, le triomphe garanti sur le fil du Brimain, ou la neige pour Noël dans les stations de ski françaises.

RF – 13 janvier 2017

Le FN bénéficierait de soutiens russes, selon Mediapart … quel scoop !

ob_d9ac55_source-nvo-3403-03

Le stagiaire dépressif de permanence de fin d’année chez Mediapart a trouvé un fond de tiroir sur le prêt d’une banque russe au FN, et un twit de hacker prétendant avoir copié-collé des échanges de SMS entre deux popoffs évoquant Marine le Pen, la Crimée, et un soutien réciproque entre les blonds Poutine et Marine.

La belle affaire …

Quand bien même y aurait-il eu intervention du Kremlin pour faciliter un prêt au FN, les montants sont faibles, il n’y a pas financement illégal, ni enrichissement personnel, ni même compte secret à l’étranger …

Mediapart devrait plutôt fouiller du côté des politiciens, partis et mouvements pouvant sérieusement espérer gagner le second tour de la présidentielle (pour Macron, certains y croient, après l’irrésistible ascension de Poutine sorti de nulle part il y a bientôt 20 berges et toujours là, toujours plus incontournable, le shocking mais bien réel Brexit, la cocasse victoire de Trump contre les médias et instituts de sondage, et la surprise Fillon de la primaire LR face au chauve qui n’a pas pu le battre, et à l’ex qui s’en fut piteusement dés le 1er tour) et massivement aux législatives, si c’est du croustillant qu’ils veulent offrir à leur (é)lecteurs pour Noël.

Bien sûr, on peut trouver tout à fait acceptable que Poutine soutienne qui il veut, ici ou là, pourvu que ce soit sans (trop de) disproportion de moyens, de dissimulation d’amitiés financières, ni de vicieuseries sur le web qui feraient brailler les hipsters mauvais perdants de gauche (pléonasme) comme si le piratage était l’apanage d’untel ou d’unetelle …

Néanmoins, le financement par puissant étrangère est en principe un peu en dehors des usages de maintenant en France … imaginez que les communistes chinois, les islamistes du Golfe pétrodollarique, les dingues vénézuéliens ou nord-coréens, les exilés fiscaux londoniens, les geonpis de Californie, les français de l’étranger d’ici ou là (honni qui « c’est pour ramener pas que des pièces jaunes de sous-préfectures comme le gros Douillet qu’on a inventé les sénateurs et députés des français de l’étranger » y pense) ou les fantôme lybiens financent des politiciens et/ou des partis (si c’est le pognon du tribuable qui se lève tôt pour payer des impôts, no soussaille, sauf si c’est un tribunal d’arbitrage qui décide et une personnalité qui peut servir de fusible et d’écran de fumée qu’on peut mettre en cause sans trop de risque de boomerang) …

Que ne médirait-on pas contre les bénéficiaires, les intermédiaires, les trésoriers (quand vous n’êtes pas un cador mais quand même un type à peu près fiable et que vous avez fait Hec ou un truc du genre, on vous colle à la compta du parti, histoire de vous faire porter le chapeau quand les casseroles tintent, sinon ça fait désordre de devoir envoyer au Canada ou virer de Bercy un vrai ponte ambitieux et vu à la TV) et tous receleurs de l’écosystème, du plus stagiaire assistant parlementaire au plus grand requin patron d’agence de pub, de RP ou de conseil internet, vendeur de papier pour affiches de campagne, proxénète ou dealer de drogue et/ou 4/4 surpuissants ?

Mediapart, vaste programme …

RF – 22 décembre 2016

PS : rappel, de Gaulle payait ses timbres, pas comme le premier attaché parlementaire stagiaire en CDD venu, et son électricité, pas comme le moindre ex parachuté passé chez EDF en redescente de cabinet ministériel ou après 2 ans de bons et loyaux service en syndicat étudiant proche du PC  ou du PS (ce n’est pas un pléonasme, il existe un genre de syndicat étudiant de droite, lointain fillot du GUD et autres aimables jeunes des années où il n’était pas aussi confortable et sans douleur que maintenant de se dire anti-communiste, voire réac), il avait même renoncé à son indemnité d’ex-président, se contentant de sa retraite militaire. Une certaine, autre idée de l’exemplaritude.

de-gaulle1

A cheval ! (comme disait Chirac, qui s’y connaissait en c…onsignes de vote), maintenant

chirac-hollande

Hollande n’a pas fait de coup d’état (ni d’éclat), il a été élu …

Quand on n’a pas ce, celle, ou ceux pour qui/quoi on aurait aimé voter, qu’on n’est pas très solidement accroché dans l’écurie du champion, ou qu’on a raté l’occasion de monter à temps sur le bon cheval, ce n’est pas une raison pour tirer des balles dans les pattes de sa monture surtout annoncée gagnante par les sondages (sic) et le bon sens (sick) …

Au galop ... vaste programme ...

Allez les filles, on monte, et on avance, maintenant !

Le « grand c… », comme l’appelaient ceux qui aimaient bien sa dégaine de corrézien endimanché bon buveur de bière et mauvais trousseur de rombières militantes, mais s’inquiétaient de sa réputation de Pinocchio manipulé par les mandants de Garraud et Juillet, entre autres, avait coutume de crier : « A cheval ! », souvenir de ses années de cavalerie …

chirac-drague

A dada … blabla … bref … la cavale rit (ou pas)

Et « C’est comme ça … », parce qu’on ne passe pas sa vie à exercer le plus vieux et moins noble métier du monde sans devenir un peu fataliste (Jacques le fataliste, merci de suivre quand la phrase fait moins de 10 lignes et que la référence est niveau bac de français), même si on commence assez cynique pour ne pas déprimer à force de passer 50% de son temps à serrer les paluches de gens dont on n’a rien à cirer, 50% en meeting ou réunions avec des gens dont personne n’a rien à cirer et qu’on ferait généralement mieux d’éviter, et les derniers 50% à se faire maquiller pour des caméras, des photographes, ou juste parce que les veaux, vaches, porcs et couvés préfèrent se faire flatter le Q par un mec aussi orange qu’une enseigne de boutique de téléphones portables made in China.

chirac-candidat

Bref, les électeurs ni de gauche, ni d’extrême droite, devraient se réjouir d’avoir un candidat commun, sinon un programme consensuel (ou vice-versa ?), un possible Président pas outrageusement sexy, mais sérieux, sans casserole (à preuve du contraire, sa petite boite de conseil créée à un moment où il pouvait craindre une longue traversée de désert jusqu’à la retraite, lui a rapporté en 4 ans moins que deux conférences au Qatar ou à Londres, un peu de lobbying pour payer l’électricité de la baraque de famille en province et la scolarité des gosses n’est pas péché mortel, surtout dans un milieu ou l’abus de privilèges et la truanderie sur les avantages est plus répandu que le travail honnête, fut-il intellectuel), pas c…avaleur, ni c…rétin, ni c…lanique, et pas nanarque, ce qui ne peut que faire du bien à ce pays qui meurt, entre autres, de ses petits marquis bêtes à concours administratifs, point barre (si ! je mets un « point », histoire de ne pas dépasser le quota de 10 lignes par phrase), tout le reste est élégie (ça veut dire littérature post-mortem), blabla de c…omptoir, et conneries en barre).

fillon-gai-luron-le-canard-enchaine-decembre-2016

C’est comme ça ! Crédit : Mougey / Canard Enchaîné 7 décembre 2016

Alors si les lapins crétins suicidaires de la droite à QI de saucisse de cassoulet-frites et autres dinosaures du chiraquimmobilisme patelin à flingues à tirer contre son camp à balles explosives préfèrent radoter que blablasarko, gnagnajuppé, pourquoipasbayrou, vivelamarine, ou otchozcourantplucécouillonpluçaplaiut, grand bien leur fasse, mais je rappelle que ces mêmes lapins crétins de la droite la plus nulle du monde (faut dire qu’elle n’est pas aidée intellectuellement par les exilés excités s’entre-montant le bourrichon plus façon OAS de salon fatiguée, golf entre atrabilaires désabusés à cigare, et femmes d’expats ennuyeuses en bord de piscine idem, que diaspora surdiplômée, énergique et laborieuse, le patronat queue de race, suceur d’argent public, et/ou bébé requin fonctionnaire génération Geonpi-Beigbeder-Gattaz-Pigasse plus que Bic-Lagardère-Dassault, et quelques intellectuels de droite juste pour exister et se gaver aux cocktail demi-mondains parce que la voie/voix de gauche est saturée à Paris) nous ont valu Mitterrand en 81 et 88, Jospin sous Chirac, et Hollande après Sarko dans une France dont l’électorat rationnel ne fumant pas trop de drogues et ne croyant pas trop aux utopies, ni aux boniments, ni aux extrêmes stériles et/ou protestataires, suffit largement à éviter tant les abrutis sectaires, que les opportunistes et autres surfeurs de vents mauvais …

francois-hollande

Champion du monde de France 2012-2017, élu triomphalement par « On est les champions ! »

Je ne dis pas ça seulement parce que ça renâcle du côté des opportunistes qui grenouillaient autour de Juppé et des dévots des candidats de la primaire qui n’ont pas -encore- réussi à sauter à l’acro-branches chez Fillon, je dis ça aussi parce que ça n’a pas l’air complètement c…onsensuel du côté des veaux ex-fan de monsieur Bismuth, malgré les sourires face caméra.

sarkozy-a-cheval

A cheval donné gagnant (au demeurant désigné par un processus démocratique que tout le monde s’accordait à trouver souhaitable et contre lequel personne n’a ronchonné avant d’avoir perdu), on ne regarde pas, ni ne devrait couper en quatre, les sourcils !

Renaud Favier – 8 décembre 2016