Grand soir à #Paris XIIè ! 100% des (vrais) rebelles, et 20% des candidats de #France le 22 Avril ! #RadioLondres

Résultats du 22 avril en France : 20% … des candidats à la présidentielle et 100% des vrais rebelles (Nathalie Arthaud, LO, et Philippe Poutou, NPA) dans le 12è arrondissement de #Paris au soir du 1er tour de l’élection présidentielle 2012 (les chiffres ont un sens …) !

Les citoyens un tant soit politiquement attentifs du XIIè arrondissement de Paris se sont déjà rendus compte qu’on leur propose 2 candidats « sérieux » pour les législatives 2012 (en plus des locaux de l’étape dont les fans ont déjà collé quelques affiches pirates sur les palissades des chantiers et commencé à twitter plus ou moins énergiquement à toutes fins « utiles », et des inévitables représentants des formations politiques et assimilées qui présenteront des candidats dans des circonscriptions urbaines où le collage des affiches n’est pas très coûteux en diesel, où le militantisme actif n’est pas trop vigoureusement repoussé sur les marchés et autres lieux de « campagnage », et où les inscrits sur listes électorales sont raisonnablement concentrés dans des immeubles où l’on peut optimiser le tractage, pour obtenir des financements publics). Ces deux « poids lourds » remporteront au moins les deux tiers des suffrages et devraient se retrouver face à face au second tour des législatives, tout le reste est en principe littérature, n’en déplaise au Parti Pirate officiel et aux autres formations plus ou moins institutionnelles ou corsaires.

La députée PS sortante se représente après un premier mandat sans éclat mais dont elle n’a pas à rougir tandis le représentant de l’UMP cette saison succéde à un très justement oublié parachuté au nom prestigieux qui avait dû être exfiltré après 2 mandats dans une circonscription réputée  « imperdable » qui lui avait été offerte sur un plateau après une étape oubliable et oubliée dans les Sèvres, et au parachuté à roulettes de 2007 qui avait raté son aterrissage, mais il est vrai qu’il avait pris le risque de ne pas faire campagne, ce qui était dommage, surtout dans un arrondissement devenu « perdable » autant pour des raisons socio-démographiques que du fait de l’air du temps sur le « Front de l’Est Parisien », avant même la prise de la Bastille par Jean-Luc Mélenchon.

Mais ce n’est pas le sujet du jour : l’essentiel, le 22 avril 2012, c’est que deux candidats au 1er tour de l’élection présidentielle ont choisi le XIIè arrondissement pour passer cette soirée électorale au coeur du Paris rebelle Post-Saint-Germain-Despriste (et à deux pas de la Paris-Sillicon-Valley du XIIè, mais c’est un autre sujet, même si les rebelles aussi doivent faire bidouiller leurs disques durs ou doper le haut-parleur de leur Mac de temps à autres).

Bref, avec Nathalie Arthaud en réunion publique à l’espace Charenton (dommage, le dimanche ce n’est pas le soir du porc aux coquillage du restau portugais sympa de pas loin) et Philippe Poutou à son QG de l’Est Parisien rue Taine (il faut dire que le Crillon, ça prenait un peu les militants à contrepied), l’arrondissement concentre 100% de la vraie gauche de la gauche et rassemble 20% du total des candidats au 1er tour, ce qui en fait sans aucune contestation possible, ni de la part du Front du Centre de la Gauche dont le leader sera à Stalingrad (Paris, France, pas ex-URSS quand même, déjà qu’il fait froid ici …), moins encore de la part du Parti du Coeur droit de la Gauche dont le chef arrivera à Solférino en milieu de soirée.

#France 2012 : même pas une équipe de foot, mais ça promet

C’est la crise ! En 2002, on avait 16 candidats à la présidence de la République ; en 2007, il en restait 12 ; cette année, on n’a plus de quoi constituer une équipe de foot : l’espoir pour la France, c’est que parfois ça galvanise l’équipe de jouer à 10. Et/ou déstabilise les adversaires.

Le capitaine souhaite jouer la seconde mi-temps. Ses supporters canal historique sont plutôt pour parce qu’il a essayé de faire le job et que ce n’est pas seulement sa faute si ça n’a pas marché. De fait, après un début un peu brouillon, il a au moins cessé les coups de boules.

Personne n’est sûr que son rival qui veut le brassard de patron soit au niveau sportif mais les apparatchiks du foot pro n’ont pas de meilleure suggestion et le public de la coupe de France aime bien les surprises de joueurs amateurs provinciaux qui renversent la table.

Quant au 3ème prétendant, celui qui espère que le capitaine sera expulsé et que le remplaçant a oublié ses chaussures, il a ses supporters mais même ses groupies savent qu’il a dynamité son club et qu’il joue pro, mais en division d’honneur, depuis 30 ans.

Les nostalgiques des belles équipes qui perdaient avec (+ ou -) de panache et autres amateurs du foot pieds nus dans la rue ont leur favori mais il faudrait vraiment un très gros malentendu pour qu’il lui suffise de râler avec éloquence pour prendre le brassard.

Quant aux verts, ils se trompent de match depuis une éternité, leur casting est pathétique depuis des siècles et leurs éléments de langage consternent leurs supporters amoureux les plus transis, mais cela n’empêche pas leur star du moment de (se) faire (des) illusion(s).

Sinon, les autres sont sur le terrain pour regarder passer les ballons pendant que leurs collègues non sélectionnés coupent les citrons : ça ne fera pas gagner la coupe du monde mais c’est un entrainement à bon niveau et ça fera plaisir à leurs amis de les voir à la TV.

Ce qui est incompréhensible, c’est que l’équipe de France joue déjà à 10 alors que celui qui est en principe le méchant que l’arbitre devait expulser est encore sur le terrain. Et plutôt en forme, d’ailleurs. Parce qu’à 9 contre 1, ça va laisser pas mal d’espaces aux adversaires.

Allez France ! quand même.

Comme le foot en salle de meeting coûte un peu cher aux organisateurs (lire : « aux contribuables qui financent les petites entreprises politiques ») et aux spectateurs (lire : »aux citoyens amenés en transport public subventionné ou en bus financé par le contribuable cf supra), que le public des marchés, sorties de stations de métro et autres salons (de l’agriculture, du livre ou whatever évènement mondain où les visiteurs citoyens font la queue sous la pluie ou le soleil trop chaud pour pouvoir payer leur billet pendant que les notables et autres invités boivent une coupe au salon VIP climatisé) n’est pas tellement passionné par le serrage de mains ou les prospectus et que le principe d’égalité des temps de parole à la TV va amener les téléphiles les plus fanatiques à regarder les chaînes étrangères sur le câble ou à passer au replay sur ordinateur, c’est sur Twitter que les joueurs et leurs supporters attendent leurs adversaires de pied ferme … peut-être.

* * *

RF 20 Mars 2012. Retour vers des e-books et autres publications plus ou moins sur l’avenir en chantant (enchanté ?) urbi et orbi, plus que moins sur le présent Ubu etc … avec la dose d’humour réglementaire recommandée en saison électorale 2012 en France.