Sur un malentendu, le candidat de droite pourrait être #Bayrou … et le vrai gagnant, #Hollande

Macron n’a pas encore fait son coming-out de candidat officiel des sponsors du PS, mais ça viendra quand il y trouvera plus d’avantages que d’inconvénients.

Et ça pourrait nuire gravement à sa popularité.

Tandis que Fillon n’a pas encore été outé.

Mais ça pourrait bien être coming, sinon comique.

Le gag façon « Bronzés » ou « Père Noël est une ordure » (c’était vers Noël, non, la primaire de droite ?), c’est que sur un malentendu, si Fillon s’écrase « à la DSK », Bayrou pourrait représenter la droite à la présidentielle, alors qu’il s’était fait une raison et profitait de sa retraite en Béarn.

Et que le gamin prodige envoyé par Hollande et ses sponsors pourrait gagner l’ingagnable pour le PS.

Fallait (peut-être) pas sous-estimer Hollande (et ses sponsors).

C’est un président trop pathétique pour faire deux mandats, mais un politicien professionnel exceptionnel qui a parfaitement analysé la situation, étudié la campagne de Mitterrand en 1988, et choisi le piège à con…citoyens qu’il nous a balancé …

francois-hollande

Sur un malentendu, ça pourrait avoir déjà marché …

RF – 30 janvier 2017

 

L’alternative, maintenant … Borloo #UDI et Bayrou #Modem convolent pour leur(s) campagne(s) de France

Bref, deux vieux qui auraient pu être ministres sous Giscard, et qui ont connu Raffarin jeune, recréent un « machin » genre UDF, pour déborder les gauches au centre, les droites par la gauche, et les autres en passant.

Francois-Bayrou-Jean-Louis-Borloo-en-une-du-Journal-de-la-Reunion_pics_390

Capture d’écran : Le journal de l’île de la Réunion – 1er octobre 2013

Le parent 1 était l’avocat d’affaires de Tapie quand celui-ci jouait au mécano financier, puis notable à Valenciennes quand son ex-client faisait dans le football d’une époque où le sport d’élite était moins pur que maintenant. Mais il y a prescription, c’était un autre siècle.

tapie borloo

Le parent 2 s’est un peu cherché, ayant hésité à s’unir avec Ségolène Royal alors que celle-ci était candidate à la présidence de la République, et pas encore ex du candidat François Hollande à la présidence, sur lequel il a jeté son dévolu avant de regretter ça, maintenant.

Sur le papier, why not ?

PETIT DEJEUNER ENTRE FRANCOIS BAYROU ET JEAN LOUIS BORLOO

Le Figaro – Photo Septembre 2013 – Soazig de la Moissonnière – Visual Press Agency

Dommage que le truc soit un rassemblement de ramassis de laissés pour compte de la politique à la grand-papa, par ailleurs regardé en chien de faïence par les vieux de la vieille du centre-droit humaniste canal historique tranquillement installés à l’UMP.

gaudin-raffarin

Parce que sinon, l’idée d’avoir une troisième voie entre les usual suspects de depuis 30 ans et plus, et les fronts populaires ces temps-ci, c’est plutôt attractif, d’autant que la plus jolie ex-ministre du politicosme parisien contemporain est dans le coup.

Rama Yade

Hélas, trois fois hélas …

THIERRY ROBERT GUIGNOLS

Même s’ils font un enfant de vieux dans le dos de tous les autres par PME, clonage ou whatever works …

Même si leurs fidèles grognards sourient à la noce …

Ce n’est pas un pas de deux géants pour l’humanité, ni même pour la petite France.

Enfin, laissons aller, c’est une valse (lente) ….

Crédit : Aurel

En même temps, le mariage d’intérêt pour tous de vieux, sur un malentendu, ça peut peut-être marcher.

Et what else, pour nous, comme pour eux, de toute façon ?

Renaud Favier – 5 novembre 2013 – Café du matin à Paris – Compétitivité – English

Qu’on soit normalement supporter politique et/ou sportif (c’est comme intégriste religieux, mais plus facile, on n’est pas obligé de lire un livre), énormément militant canal historique pour ceux-ci ou contre cela, ou pas très impressionné, ni intimidé, par les politiciens salariés et déconomistes subornés français contemporains baisocrates, alcooliques, baisocrates alcooliques, ou d’autres partis (pastis ?), on peut télécharger des livres électroniques, gratuits ou au prix d’un café en terrasse dans un quartier normal de Paris, sur la plateforme française Youscribe (nb le format pdf disponible sur Youscribe est assez pratique sur grand écran et moins fantaisiste que ePub à l’impression en format A4), ou sur Amazon pour les contribuable patriotes exemplaires défenseurs en mode über-tartuffe de première catégorie des librairies, et de l’avenir d’une certaine idée de la civilisation. Quelques exemples en cliquant sur les icônes ci-dessous.

               
               
         
           
          

Et il y a aussi du plus « atypique » (et gratuit).

Bad in France Couverture         
Et du plus « business » (gratuit, of course).
Frenchonomics Small           

Le slip français, après les Lip français, une certaine idée du changement (de slip) en France…

Il serait dommage d’avoir perdu le sens de l’humour au point de ne pas sourire de la campagne … publicitaire d’une marque de slips « made in France » qui surfe joyeusement sur la com des candidats à l’élection (non, pas l’érection, honni soit qui mâle slip pense…) présidentielle.

Non pas que la performance économique de la toute jeune entreprise, qui sous-traite sa production à une petite usine en Dordogne elle même récemment reprise au terme d’une descente aux enfers hélas trop classique dans l’industrie textile française, soit encore à la hauteur des géants globaux de la confection ou en mesure de déclencher une vague de licenciements chez Pôle Emploi, mais les 4000 slips vendus en quelques mois constituent un joli succès d’estime et ont assuré une part non négligeable du plan de charge du sous-traitant. C’est, peut-être, le début d’une aventure d’entrepreneur assez habile pour « rider » sur l’air du temps, et en tout cas une bonne vague médiatique pour un jeune HEC (26 ans) dont le moins que l’on puisse dire est que s’il a usé ses fonds de culottes sur les bancs standards de la méritocratie héréditaire hexagonale, il a osé braver les modes étudiantes en bousculant au passage les conventions vestimentaires. Ce n’est pas « Rasta Rocket », mais c’est cool, man !

Même si on ne peut immédiatement conclure que le bonheur est dans le slip en Dordogne comme il est réputé dans le pré dans le Gers, à tout le moins peut on supposer de la relative proximité géographique (vu de Paris …) qu’un des candidats devrait avoir assez d’humour corrézien pour ne pas en vouloir au jeune entrepreneur d’avoir un peu joué avec son image pour mieux relever l’emploi dans le Sud-Ouest.

Quant à l’autre candidat clairement marqué « Sud-Ouest » et encore plus spécifiquement attaché au « Produire en France », on pourrait même se demander s’il n’aurait pas intérêt à s’approprier le slogan détourné pour redonner de la vigueur à sa campagne un peu ramollie après un départ convaincant, si on n’avait pas le sentiment que le troisième homme manquera un peu d’humour tant qu’il ne sera que bon 5ème dans les sondages.

On ne peut par ailleurs imaginer une seconde que le sénateur candidat des luttes populaires mais de classe, par ailleurs réputé doté d’un des meilleurs sens de l’humour du politicosme même s’il est mis un peu en mode « veille » pendant la campagne électorale, puisse ne pas verser une larme révolutionnaire mêlée d’émotion ouvrière en constatant qu’à un minuscule mouvement (groupuscule ?) près, « le slip français » devient « les Lip français ».

Même le citoyen candidat président, dont les détracteurs considèrent qu’il laisse la France en slip mais les supporters soulignent qu’il a su en protéger avec vigueur toutes les parties, même s’il n’a pas pu faire de miracles, est obligé de reconnaître que ce détournement de son affiche de campagne 2007 est élégant …

… et que celui de l’affiche de 2012 est nettement plus flatteur que ceux que quelques centaines de geeks plus ou moins opposants et plus ou moins talentueux s’étaient amusés à inventer avec l’application internet proposée par les jeunes socialistes, et peut-être même plus … excitant que l’original.

Quant aux femmes de la campagne, parité et égalité de présence média oblige même s’il est improbable que leurs scores soient nettement plus significatifs que ceux des deux messieurs « snobés par les « détourneurs », elle ne sont pas oubliées par la marque qui proposera d’ailleurs « bientôt » une gamme « Pour Elle ».

      

A une exception près, toutes les interprétations étant possibles pour ce qui pourrait s’expliquer politiquement, voire commercialement, mais qui n’en reste pas moins un manque de (radio ?) courtoisie vis à vis d’une femme qui est à preuve du contraire le troisième homme de la campagne et dont même ses (nombreux) ennemis ou adversaires admettent qu’elle « en a dans le slip ». Mais une très petite entreprise n’a pas les moyens de s’offrir toute la communication qu’elle souhaiterait et c’est peut être juste une négligence bien compréhensible pour un dirigeant de PME par définition occupé à gérer les urgences au four et au moulin, à s’occuper de l’intendance, des finances et du marketing, entre autres.
Et même du cadrage des photos de promo, parce qu’on sait bien que, avec ou sans le Pen de l’un ou l’autre sexe, tout est dans les détails, quelle que soit la taille ou la couleur du diable slip (ou le pays de fabrication de la machine à coudre, mais il y a prescription) …
Last but not slip, en tout cas, une vidéo complète l’arsenal pour un buzz d’enfer.
.
.
Il serait déplacé, voire de mauvais goût, de souhaiter « bon vent » à l’entreprise à laquelle la bonne humeur sert à l’évidence de Viagra naturel. Et pessimiste, voire de mauvais esprit, de signaler que si jamais le succès commercial venait à s’essouffler, le personnel pourra peut-être se reconvertir dans la maroquinerie de haut de gamme comme les « Lejaby », quitte à devoir envisager des circuits de distribution un peu plus spécifiques pour des dessous en cuir. On peut de toute façon féliciter les parties prenantes à cette jeune réussite française à l’humour un peu gaulois, mais jamais grivois et toujours « So French, so Good Chic ».
    
* * *

RF 1er avril 2012. Retour vers des e-books et autres publications en français qui ont du slip et la dose d’humour réglementaire recommandée par les normes européennes en vigueur pour passer un excellent 1er avril sans avoir les boules.