#AllezFrance #AllezLesBleus et #AllezuneCertaineIdéedelaFranceenEurope

Football Coupe du Monde Brésil France Suisse

Nous autres, on sourit volontiers (des petits couacs) de nos neutres voisins helvètes …

Humour Suisse Football

… qui sont parfois encore plus bêtement prétentieux que leurs voisins Français …

Suisse France Football

… dont le supporter de foot HelvètAlpin n’est guère moins crétin que celui des Gaules …

toilette-but Football Humour

… dont l’écosystème footargenteux n’est guère plus exemplaire que celui d’en France …

Suisse Football Humour Chine Corruption Triche

… dont les veaux, vaches, cochon et couvé(e)s valent bien les nôtres (et les autres) …

Suisse Football Humour

Mais aucun Suisse pas débile plus profond que ses lacs au-dessus de tout soupçon, ni même Français résident en Suisse au bord d’yceux pour faire de la voile ou rafraichir ses vapeurs ou de piste de skis chics par amour des montagnes, pas troublé du neurone par un évènement très grave genre séisme sur le secret bancaire ou agité du bulbe par une violation des droits de l’homme chez un adversaire au foot (je dis ça, je pense pas du tout au Nigéria contre lequel le pays des donneurs de leçons à presque tous jouera lundi, surtout que sûrement Boko Haram a certainement libéré les otages sinon les bigots militants de ceux-ci ou contre cela et autres supporters politiques bienpensants de France profondément humaniste en twitteraient face caméra ou dans leurs panneaux d’affichage virtuels gente Huffington Post Paris, Slate ou Atlantico selon affinités, et encore moins à l’adversaire de la Suisse en 8ème dont je ne sais même pas qui c’est et on s’en bat les rognons de Paris à Marrakech via Londres et Bruxelles) ne trouve normalement civilisé de jeter un papier (ou un mégot, ou un chewing-gum, ou whatever petite saloperie ordinaire biodégradable en 2 ou 200 ans qu’un excellent Français, exilé fiscal revenu plus ou moins clandestinement ou réfugié politique, économique, gastronomique, climatique, médical, musical ou sociétal en France en train de brûler plus ou moins discrètement du diesel en panzer, des poubelles pour se dépenser, les bagnoles des autres, d’anonymes ou de ses copains bien assurés, ou des cartouches plus ou moins dangereuses sans penser à mal, jette comme les restes de son assiette de cantine subventionnée ou les objets ruineux, inutiles et/ou blinis, qu’il croit insuffisamment luxueux et/ou obsolète parce que ses potes en ont de plus clinquants, de plus gro(sse(s), sur la terre où se reposent ses morts et ceux des autres, entre sangs plus ou moins mêlés dans la poussière et plus ou moins grands secrets de tel(le) hiérarque ou tel état plus ou moins bien enterrés par les uns et les autres en bande organisée ou noyés sous des légions d’honneurs douteux/ses dans une repentance de crocodiles de tous âges et confessions, alors que son grand frère lui a signalé qu’il a un cendrier à chaque siège dans « sa »‘ bagnole, que sa mère lui a montré qu’il une poche à chaque fesse de « son » pantalon et même autour de ses roustons de petit con, et qu’en tout état de cause, ce qu’il pourrait faire de mieux avec sa gueule de petit braillard serait d’avaler ses saletés et de mastiquer sa langue la bouche fermée en récitant ses mantras les moins abruti(ssant)s, comme son père aurait pu lui apprendre à faire s’il ne passait pas lui-même sa vie à jouer les allocs au PMU, on ne s’était pas envolé après avoir tiré sa mère entre une prière au Dieu du choix de ses parents et/ou autres gens d’influence, et une insulte plus ou moins vulgaire à une certaine idée des droits et devoirs de l’Homme entre le café et les commentaires du match par la fille sexy de Canal qui va partir conseiller l’Elysée, par les sportifs bien membrés entre les dents au comptoir, et par les experts (c’est comme un commentateur, mais intermittent bien payé, pas grassement salarié en CDI) sur Téléfoot.

Suisse Twitter Humour Football Supporter

Allez eux (les Helvètes) ! … tant que c’est pas contre les Bleus (les nôtres de France, parce que si ceux d’Uruguay ont été dégagés hier par une Colombie costaude, il reste ceux d’Argentine qui sont loin d’avoir perdu contre la Suisse mardi, au cas où on se qualifierait contre le Nigéria lundi, étant souligné que si les Suisses mettaient les fesses rouges aux Argentins, ils auraient une voie royale devant eux pour arriver en finale … où il pourraient rencontrer la France … si nos gars ont assez de chance, de talent, de vailance et d’envie de « La Gagne » plutôt que l’esprit fonctionnaire) !

Renaud Favier – 29 juin 2014

PS : ceci twitté, si les supporters des Bleus de France sont un quart de poil de coq gaulois moins fins, distingués et fair-play que ceux des Rouges de Suisse, en général, on a vu bien pi(t)re (violent, hystérique, communautariste et/ou ordinairement haineux pour ne citer que les plus sympas avec les pompiers, les moins violents envers tous et contre tout, les moins drogués par tous les trous, et les moins coûteux en tout notamment frais de police, réparations et primes d’assurance) urbi à Paris et orbi ailleurs pas seulement au pays de la CGT spectacle et depuis le début de la Coupe, et pas seulement du côté de Belo Horizonte où les militants et zélotes Brésiliens qui ont sifflé l’hymne du Chili se sont montrés encore plus médiocres que leurs joueurs furent décevants, et auraient mérité que Dieu cesse de soutenir le(ur) Brésil et de faire bouger les poteaux, sinon les lignes du football classique, pour empêcher le Chili de marquer hier, au moins pendant les tirs au but que le Chili a tristement perdus après avoir mérité de gagner le match.

Allez les Bleus quand même !

Burki foot

 

Allez les Bleus ! (Essayez d’être à la hauteur cette fois)

En passant

France Football ClairefontaineJe ne dis pas que ça me transporte d’émotion de voir ces gens accrochés à un vieil escalier d’hôtel, parmi lesquels je ne reconnais que quelques visages, dont celui d’un ancien champion du monde, d’un joueur marseillais que j’ai vu débuter dans un village provençal, et du Français qui joue au Bayern, et puis du président de la République, aussi amoindri et insignifiant qu’un géronte du Soviet Supême genre Andropov à la veille de la mort de l’URSS, et d’une ministre dont j’ignorais qu’elle était chargée des sportifs, semblant bien trop petite pour le ballon avec lequel elle s’amuse (nb que le ballon prévu pour François Hollande a finalement été caché derrière ses talons, c’est déjà moins ridicule que s’il se le tenait devant le ventre).

Je dis que les gars ont mouillé le maillot, chanté la Marseillaise, et gagné contre la Norvège, ce qui est ce qu’on leur demande, et ce pour quoi ils sont sélectionnés, logés, nourris et rémunérés, ni plus, ni moins.

Alors je crois que nous autres citoyens devons faire pareil, ni plus, ni moins, que notre devoir de patriotes décents : soutenir moralement l’équipe de France qui s’est qualifiée pour la coupe du monde de football au Brésil, sans nous faire une montagne national-populiste de ce qui n’est qu’un sport, ni cracher dans la soupe, d’autant que comme on est nuls à la guerre, pathétiques en business, et même plus en première division européenne pour l’école et la culture (qui dans le monde réel en dehors des spectateurs de France TV et Canal+ a entendu parler d’artistes ou intellos contemporains du pays de l’exception culturelle à la Filippetti, sauf peut-être de Twin-Twin au Danemark, de Carla Bruni en Italie, et de Gérard Depardieu en Russie ?), autant se raccrocher à cette branche en espérant que nos gars passeront le premier tour sans faire grève dans un bus sous les caméras du monde entier comme en Afrique du Sud avant leur élimination lamentable, que les apparatchiks du foot ne feront pas de scandale comme quand ils claquaient des fortunes en grands vins en Corée du Sud tandis que les joueurs ne gagnaient pas un match, et que les supporters français ayant payé leur billet ou invités par des lobbies sauront être discrets dans les bordels et les hôtels, et pas trop indécents sur les plages et aux cocktails mondains.

Allez les Bleus !

Renaud Favier – 29 mai 2014

PS : je sais que je ne devrais pas twitter ça, mais ça fait plus penser au luxueux sanatorium suisse de « La Montagne Magique », de Thomas Mann, qu’à du football, plus aux poussiéreux fantômes d’Europe en confortable transit à Davos, descendant leur escalier vers le suicide de la Grande Guerre, qu’à l’Equipe de jeunes sportifs français de 1998 qui avait sèchement, presque tristement, renvoyé les Brésiliens à leurs plages après avoir tremblé contre un Paraguay calculateur et efficace qui aurait pu créer la mauvaise surprise dés le début du tournoi, failli sombrer face à une Croatie pas moins forte que la France cette année-là, et surnagé d’extrême justesse dans sa confrontation avec une Italie qui n’a pas eu de chance ce jour-ci (pour ne rien dire de la superbe équipe de 1958 qui avait tenu tête au Brésil magique du jeune Roi Pelé) cette photo, ces gens, cette situation, cette atmosphère … http://www.youtube.com/watch?v=BKAVf-O24Bo

La montagne magique - Thomas Mann

 

 

 

La France de maintenant n’est plus un pays (pris au) sérieux

François Hollande Dilma Rousseff France Brésil Rafale Dassault

« Regarde Dilma, j’ai amené le patron de Dassault dans mon avion avec les autres patrons des boites que j’empêche de réussir, et il est venu pour boire le champagne au cocktail ! »

La France n’est plus un pays (pris au) sérieux. C’est dommage pour ce qu’il reste de made in France, et ceux qui essayent de le vendre en France ou à l’étranger.

rafale-hec-lula-bresil-commerce-equitable-L-vAVDQP

Crédits : Rodho

Mais ses leaders maxi-mots se prennent très au sérieux. C’est dangereux pour ce qu’il reste de vrais emploi en France, et pour ceux qui en ont besoin pour payer leurs factures.

nicole-bricq-francois-hollande-et-laurent-fabius

« Bon, Laurent, on va rater encore quoi, et où, avec la sénatrice écolo que je croyais avoir mise hors d’état de nuire en la placardisant à Bercy, maintenant ? »

Et les Français croient sérieusement que recopier à grands frais, sans les Anglais, ni les Européens, le Concorde en plus petit est un grand prodige national qui justifie de re-veauter pour les mêmes fonctionnaires politiciens, professionnels de la politique, et politiciens à professionnel(le)s. C’est dangereux pour ce qui reste de la France, et ceux qui sont plus ou moins obligés de rester en France à cause de la scolarité des mômes, de la sécurité social(ist)e, de l’impossibilité de vendre un patrimoine immobilier normal, ou de l’égalité des sexes.

Rafale France

Pourtant, la majorité des générations qui a le droit de vote a au moins le BEPC et sait (un peu) lire, sinon élire, en France, même si on est groupie des diplômés en déconomie politique, en comptabilité particulière, ou en ingénierie de l’échec programmé, et fan de champions du du grand oral permanent mais jamais coupable, de ne pas se tromper tout le temps, de ne pas re-veauter consciencieusement pour ceux qui ont tout couaqué, de ne pas remettre encore et toujours ses godillots dans les pas des fatcats qui ratent tous les virages …

Francois-Hollande-au-Bresil

Le Brésil est un pays sérieux, maintenant que la France n’en est plus un, mais il ne suffit pas de voyager au Brésil, ni même de s’y exiler, pour être (pris au) sérieux.

Ce n’est pas sérieux, et ce n’est même pas drôle.

Renaud Favier – 19 décembre 2013 – Facebook Café du matin à Paris – LinkedIn

Café du Matin

Net Land Art  Mad in France        Frenchonomics            Compétitivité 2012 couverture

RF

* * *

Le Président de la République en voyage … à Cayenne, maintenant (déjà ?) …

Le Président Hollande paye de sa personne pour promouvoir l’image de la France et défendre les intérêts des entreprises françaises partout dans le monde.

RTR3BQXW

Lui : « Pourvu que je ne fasse pas encore une énorme gaffe cette fois … » Elle : « Que va-t’il encore faire comme gaffe cette fois ? »

Avant, François Hollande était en Afrique du Sud. Avec (Valou et Christiane) son prédécesseur et néanmoins volontaire pour le remplacer quand il aura fini son sudoku, le classement de ses dossiers et des affaires de quand il travaillait, et ses blagues à 100 000 euros l’heure de vol. Il s’est ennuyé, mais c’était gentil d’avoir promené quelques notables français désoeuvrés à Soweto.

Hollande Sarkozy

Il y a des gens dont le langage sourd-muet ne laisse pas place au doute …

Après, il est passé en Afrique de moins au Sud, sans son prédécesseur (mais quid de Valou et Christiane ?), et néanmoins adversaire, au cas où la police militaire aurait reçu l’ordre de le mettre aux arrêts. Les militaires français étaient ennuyés, parce que sécuriser l’aéroport de nuit pour un arrosage de chrysanthèmes, ça les empêchait de faire leur job et/ou de dormir, mais tout le monde à reconnu que c’était gentil de passer avant Noël.

Hollande-en-Centrafrique

« C’est beau chez vous, mais vous auriez pu faire un effort pour la lumière, c’est tout noir »

Ensuite, il est allé au Brésil (avec Valou ? avec Christiane ?), comme de Gaulle mais en plus petit, comme Mitterrand mais sans Concorde, et comme Sarkozy sans conclure pour le Rafale. Personne n’a compris comment ses conseillers ont pu le laisser se ridiculiser en annonçant la fin de l’embargo sur le Roquefort au Brésil alors qu’il a pour ça un sous-secrétaire d’état à l’agro-alimentaire qui ne marche pas quelque part dans l’organigramme de l’armée mexicaine de Solferino au gouvernement, ou Nicole Bricq la sous-ministre du redressement des parts de marché de tous sauf les Français quelque part à Bercy entre le bureau avec la vue sur la Seine coupé par une poutre en biais dont personne ne voulait et l’ascenseur pour aller à la terrasse du Cercle des Directeurs, mais la communauté des expatriés au Brésil l’a trouvé gentil, et la Présidente du Brésil a eu la gentillesse de rire à sa vanne ratée (comme d’hab’) de bête à concours administratifs permanents qui jouait au foot au tournoi des 5 ballons plutôt que de bosser à HEC.

Quand le (dé)passé et l’avenir (incertain) se rencontrent, il se parlent de football et de match France-Brésil : l’un rit du passé (et du pays d’avenir), l’autre de l’avenir (et du dépassé)

Et puis, Cayenne, avec Christiane (quid de Valou ?). « Déjà ? », regrettent ses groupies. « Pour quelques heures seulement ? » se lamentent les twitlitants de l’autre d’avant, qui lui même doit être en non-lieu quelque part ailleurs, à se poser des questions préalables de constitutionnalité ou à lire des sondages comme au bon vieux temps d’avant qu’il réussisse à perdre contre François Hollande tellement il était parti en vrille et tellement les centristes lui avait joué le replay du coup de Chirac contre Giscard en 81. En tout cas, c’est gentil pour Christiane Taubira, de revenir si vite, mais on ne sait pas si Valou ne va pas finir par être un peu jalouse, déjà qu’on dit qu’elle aurait préféré que Ségo se présente aux Légisilatives (ou au municipales, ou au cantonales, whatever works), à Cayenne.

254388_francois-hollande-a-son-arrivee-a-cayenne-en-guyane-le-16-janvier-2012

Campagne électorale 2012 en Guyane (avec les compliments du Crédit Agricole)

Après une telle semaine de tourisme (c’est malin d’avoir quitté la métropole, il avait grève des G.O. de la SNCF), on ne pourra pas dire que le Président du pays Club-Med n’est pas un gentil membre de la communauté des gens du voyage française.

Renaud Favier – 14 décembre 2013 – Facebook Café du matin à Paris – LinkedIn

Café du Matin

Net Land Art  Mad in France        Frenchonomics            Compétitivité 2012 couverture

RF

* * *

Et s’indigner contre la barbarie en général et les coups de godillots sur la Syrie en particulier, non ?

Non a la guerre

Tout, son contraire; autre chose, pire, moins pire, un peu vrai, ou très faux … peut être pensé, dit, répété, récité, contredit, crié, murmuré … sur la situation (pas réjouissante, bien sûr, pas acceptable, bien entendu, pas pire que dans tant d’autres lieux où les guerres économique, médiatique et écologique font rage et tuent silencieusement dans l’indifférence générale, quelle que soit la jolie ville, la multinationale sponsor platine et la marque de l’hôtel confortable où se passe le G20 du trimestre, le jamboree environnemental de l’année, ou le lancement en grande pompe du nouveau média, « e » ou pas mais invariablement supposé du siècle, que ce soit une ancienne journaliste ex de maître du monde comme pour le copié-collé parisocrate du Hufingtruc pour twittos, un fils de famille über-bobo -beau, ça se discute, chacun ses goûts- pour le revival du Magazine de l’Homme Moderne, ou onsaimaimpaki pour VanityFrance, qui serve de personne sandwich) en Syrie.

bla_bla

Le mieux, ce matin, pour ne pas s’y perdre trop n’y se mettre au régime avalage de couleuvres assaisonnées aux langues de vipères, c’est quand c’est un gars à peu près normal, même si médiocrate et médiaphile comme tout le petit monde qu’aime bien les journalistes paresseux encore en mode retour de vacance avec bracelet brésilien pourrissant au poignet et bronzage sans maquillage, c’est quand les phrases sont assez courtes et avec une idée par phrase de Dupont-Aignan. C’est un peu agaçant quand c’est tellement franchouillard que ça ne passe que sur Dailymotion où on ne peut même pas arrêter la pub après 5 secondes comme sur Youtube, mais bon, si on veut du discours en français pas trop langue de bois ou de boa, si on veut du parler un peu vrai en français à peu près correct par un français à peu près propre sur lui sans casseroles visibles accrochées au costard ou restes de joints, cigares ou pire sur les revers, si on n’est pas particulièrement passionné par les ronronnements d’experts télévisuels et autres philosophes de salon TV, et si on supporte le côté geignard paléo-gaulliste de ce vieux gendre idéal renégat du RPR incrusté dans l’Essonne (c’est où, l’Essonne ? C’est pas le coin ou Valls avait son job avant de faire ministre ?) de « NDA », parfois carricatural mais généralement honnête intellectuellement, sans mauvaises fréquentations connues, et pas systématiquement lapin crétin, c’est sans danger de le mettre en coin d’écran 5 minutes avec le café : http://www.dailymotion.com/video/x146djk_nicolas-dupont-aignan_news

seguin_dupont_inside

Parce que les mots d’un politicien français normalement honnête (pour un notable), normalement intelligent (pour un énarque), pas encore cacochyme revanchouillard à la Chevènement ou donneur de leçons planqué au Parlement Européen genre les EELV, les Le Pen ou le Mélenronchon, et normalement patriote (pour un français), même casse-bonbon tendance charentaises et baguette, sur des sujets simples (pour l’économie, la compétitivité, l’avenir des djeuns, les rythmes scolaires, l’écologie ou le social, on ne sait vraiment pas qui on pourrait écouter plus de 30 secondes sans vomir, éclater de rire, ou s’étouffer en essayant de faire les deux la fois), c’est toujours mieux que les éléments de langage des godillots domestiques répétant les mantras de leurs sponsors voyageant en première classe sans même passer aux grands hôtels biens garnis où leurs marionnettes s’agitent face caméras entre un cocktail de presse et une soirée plus ou moins entre soi plus ou moins bling-bunga.

Nicolas Dupont-Aignan 006

Et puis quelqu’un qui trouve qu’il serait normal que le Parlement puisse auditionner les « Services » de temps à autres, plutôt que d’écouter des vieux notables répéter ce qui est écrit dans les photocopies de rapports bidonnés et/ou  qu’ils n’ont pas lus, ne peut pas être fondamentalement mauvais (pour la France, en tant que député, parce que la Présidence, ou tout autre fonction nécessitant compétence, intégrité et vision, c’est un sujet trop sérieux pour être laissé encore longtemps à des politiciens professionnels français de maintenant).

blabla

Enfin, moi, ce que j’en dis …

carlsberg-astro-moon

Renaud Favier – 5 septembre 2013 – Café du matin à Paris – Compétitivité – English

Qu’on soit normalement crédule, énormément crédule, ou pas crédule, on peut télécharger des livres électroniques, gratuits ou au prix d’un café en terrasse dans un quartier normal de Paris, sur la plateforme française Youscribe (nb le format pdf disponible sur Youscribe est assez pratique sur grand écran et moins fantaisiste que ePub à l’impression en format A4), ou sur Amazon pour les contribuable patriotes exemplaires. Quelques exemples en cliquant sur les icônes ci-dessous.

               
               
         
           
          

Et il y a aussi du plus « atypique » (et gratuit).

Bad in France Couverture         
Et du plus « business » (gratuit, of course).
Frenchonomics Small           

Les mots râlent, en français du 21ème siècle

Sartre avait emprisonné (empoisonné ?) le concept des mots aux 20è siècle, qui fut celui de l’image, n’en déplaise aux écrivains disparus avant l’an 2000, et de la globalisation du village, n’en déplaise à nos ancêtres et autres Gaulois des passés qui croyaient tenir la plume.

Le 21è siècle pourrait être celui des mots libérés, n’en déplaise aux amateurs de Twitter et des films muets. D’une orthographe un peu rénovée, d’une grammaire un peu moins conventionnelle, d’une ponctuation moins oldschool : #Occupy les lettres !

De « A » à « Z », n’en déplaise aux « Salieri » du temps des modernes, qui criailleront : « Trop de lettes ! », « Trop de mots ! » ou « Pas assez de virgules ! » devant les mots arts nouveaux (tsars nouveaux ?) comme face aux « Mozart » (mots art ?) d’antan, cela s’entend. Autre temps (futur antans ?), autres mots (maux ?).

Artist : à tout seigneur, tout honneur, Jean Dujardin a fait bouger les lignes, faute de dire les mots à l’écran. Bref, ça farte pour Brice de Nice, c’est le pied pour un Gars et une Fille et OSS 117 fait flotter à Hollywood le drapeau de Mongénéral et du Président René Coty.

BRICS : à tout seigneur aussi … le Brésil est le 1er dans l’alphabet et le plus excitant des grands pays récemment émergés. Et puis, avoir osé construire dés les sixties la capitale du futur puis réinventer Rio au 21è siècle, chapeau bas au pays de la Bossa Nova.

Crise : qu’on se fasse une montagne des opportunités ou un film des risques, ou vice-versa, il y a du changement dans l’air du temps, de la Chine réveillée dans le pipeline & du gaz dans la continuité du fleuve tranquille en Europe. Quoi qu’on en dise ou pense à Paris.

Dégage ! : à part en Chine et en Russie où le changement dans la continuité est bien organisé par le Parti démocratique unique, l’époque est plutôt à l’alternance dans les régions où le pluralisme est institutionnel ou rendu possible par les circonstances.

Energie : quoi qu’on dise des panneaux solaires chinois, qu’on écrive sur le gaz de schiste ou qu’on pense du nucléaire made in France, et vice-versa, le réchauffement climatique est peut-être une bonne nouvelle pour l’Europe avec le pétrole à 120 dollars le baril.

Femme : on dit et écrit depuis un moment que la femme est l’avenir de l’homme. Le sujet est un peu démago la veille du 8 mars et fatalement polémique en saison électorale en Europe, même si Angela Merkel est « le seul dirigeant » sûr(e) de passer 2012. Dont acte.

Globish : like it or not, globish is here to stay. Non pas que ce soit une surprise que la langue du business, de la musique moderne et d’internet s’impose, ni un bonheur que le Français soit devenu un luxe, même en France, mais soyons réaliste, exigeons le possible.

Horreur économique : pour moins de 4 Euros en édition de poche, l’essai pédagogique de Viviane Forrester paru au siècle dernier est une alternative à la masse de papier publié « à chaud » sur la crise et aux tombereaux de « contenus » inégalement crédibles sur internet.

iTruc : quoi qu’on pense de Jobs ou dise d’Apple, & vice-versa, et même si on aimerait que les MacBook soient fabriqués par des Beach Boys et aussi solides qu’au vieux temps, il faut être de très mauvaise foi pour ne pas reconnaître que la pomme n’en est pas une.

Jeune (s’écrit aussi « Djeun ») : aussi incroyable que cela puisse paraître, les djeuns d’aujourd’hui n’étaient pas nés à la disparition du mur de Berlin et la plupart d’entre eux sera bientôt née après l’an 2000. Evidement, il va falloir adapter les éléments de langage.

Kyi (Aung San Suu) : Cristina Kirchner la rebelle était très « tendance » jusqu’à ce que le principe de réalité impose à l’Argentine l’austérité comme partout ailleurs. Aung San Suu Kyi, la patiente « Mandela d’Asie », pourrait être plus « iconique » au début du 21è siècle.

Logement (mal) : on est passé, en moins de temps qu’il n’en fallait pour sauver Boudu des eaux (Renoir, 1932), des Don Quichotte de Saint Martin à Cantona et la loi « véranda ». En attendant, les « Tanguy » ne sont pas prêts d’être propriétaires à Paris à 9000 € le mètre.

Mondialisation : cette fois, il faut se faire une raison, le rideau de fer est tombé sur le siècle dernier et le bruit a réveillé la Chine ; Inde et Brésil sont devenus très sérieux depuis 1 ou 2 décennies et les producteurs de matières 1ères ont pris le train du siècle qui est parti.

Nicosie : les supporters de foot ont généralement autant de sens de l’humour que les militants politiques et autres croyants en uniformes (ce sont souvent les mêmes, ceci expliquant cela) mais les Grecs et d’autres Européens sourient en pensant à Chypre.

Oligarchie : la roue politique tourne, on a essayé pas mal de mots en « isme » au siècle dernier et personne n’est très sûr de la différence entre ceux en « cratie » et ceux en « archie » mais il est à peu près établi que « olig » a effacé « aristo », advienne que pourra.

PME : du temps de Colbert, on plantait des forêts de chênes pour découvrir le monde ; de celui de de Gaulle, on rêvait de sequoia géant californien en chantant small is beautiful ; 2012, on met les bonsaïs à geler au balcon. On a l’esprit d’entreprise(s) qu’on (h)mérite.

Qatar : avant, l’Orient faisait rêver les enfants de mille et une nuits et les plus grands de danse des 7 voiles … maintenant les petits devenus grands vendent des Airbus à Qatar Airways et ceux qui sont restés militants regardent le champion de France sur TV Qatar.

Rire : si l’on voulait paraphraser les « Dead White Writers » d’avant iPad et Kobo, et des humoristes plus optimistes que le regretté Desproges et le regrettable Bedos, on dirait que le 21è siècle aura le sens de l’humour ou ne sera pas. Saint Groucho, priez pour nous !

Siri : de la plume d’oie au clavier virtuel en passant par la Remington, le Bic et la Sténo, malgré les écrivains publics et autres Dragons, on a depuis des millénaires un problème pour écrire un peu vite. En attendant mieux, Siri aidera peut-être à tourner une page.

Talent : le 20è siècle a cherché sa voie entre héritage à préserver et nouvelles vagues à surfer, et décidé … de préserver une sorte de statu quo entre anciennes et modernes élites. Avec le réchauffement climatique, le talent pourrait (re)devenir déterminant au 21è.

Union : il n’est pas impossible que les politiciens français abandonnent, comme les russes, le mot « Union » (pourtant supposé gage de force) si l’UMP suit le chemin électoral de l’UDF. L’Europe aura seule la responsabilité de fédérer les citoyens unionistes du vieux continent.

Vent : on ne sait toujours pas très bien d’avance où le vent peut mener, quelques siècles après la découverte des alizés et bientôt 20 ans après celle du GPS, mais il s’en lève de nouveaux un peu partout, changement climatique ou pas. C’est intéressant, voire excitant.

Watt : on a du mal à savoir si l’Iran souhaite acheter des EPR made in France et à prévoir l’impact de Désertec + la voiture électrique + le Smart Grid sur le mix énergétique en Europe mais il y a 100% de consensus, il faut consommer moins et mieux d’électricité.

X : la génération « X » est, par convention, celle des post baby boomers nés grosso modo entre 1960 et 1980, auxquels le 20è siècle a offert le walkman, la 205 GTI et la Préfon en échange de leur mise en liste d’attente pour les jobs, la politique et les pâtes aux truffes.

Youtube : Youtube a permis à ceux de la génération « Y » qui avaient un terminal et un neurone connecté de découvrir Woody Allen, de voir JFK à Rice University et la pub « 1984 » d’Apple, entre autres. No souci, les geeks trouveront un moyen de surfer ACTA.

Zorba : la Grèce a été victime comme tant d’autres des approximations de l’aide aux pays en développement au 20è siècle. Les Euros couleront moins abondamment dans les DAB d’Athènes mais les banques avaient provisionné et les piscines ne se videront pas toutes.

Enfin (en fin ?), tout ça c’est bien beau mais les mots s’envolent, les écrits restent dans les bibliothèques et la vidéo est quand même un vieux truc du siècle (dé)passé, avec ou sans bigdata, opentruc, bigbro et toussa-toussa : l’enjeu du 21è siècle, c’est la communication « newschool », whatever works.

* * *

Retour vers quelques autres e-books plus ou moins sur l’avenir en chantant (enchanté ?) de l’environnement urbi et orbi, plus que moins sur le présent de la France Ubu et urbi et souvent avec un rien plus que la dose d’humour noir réglementaire co,formément aux normes européennes mais tout juste le minimum syndical de respect de la ponctuation et d’autres conventions toxiques du siècle d’avant 2012.

            
            
              
* * *

Retour vers café du matin à Paris qui est un des rares trucs qui ne réserve pas de mauvaise surprise météo ou autre au 21è siècle (s’il consent à arriver un de ces jours) sauf si on espère des discours lénifiants sur l’avenir du modèle français RTT-Amen-Tartuffe-Elite (ça fait “raté”, amusich, nicht ?), des compliments à la génération Rolex-Audi-Truffe (ça fait “rat”, amusich aussi, nicht aussi ?) ou une admiration dévote pour les éléments de langage pour Twitter et autres affiches collées sur des poubelles, les livres de politiciens pour tables de salon de militants et autres pilons, ou les slogans pour meetings et autres crimes contre l’intelligence en bandes organisées.

 

Please, mind the gap click on the mug for English version.

  

Retour vers un excellent 2012 avec ou sans mots (maux ?) du 21è siècle.

 

Et bonne compétitivité parce que paroles qui s’envolent ou pas, business is toujours business InRealWorld 2012 et personne n’a vraiment de meilleure idée pour payer les factures d’othodontiste des gosses en attendant qu’on ait enfin inventé des dentiers artificiels pratiques, pour acheter les recharges du diffuseur électrique de parfum d’intérieur à 3 sorties dont la pub à la télé passe entre celle d’un nouveau « Senbon » à 1000 Euros le litre et celle d’un truc roulant pour brûler le commerce extérieur et du pétrole à bientôt 2 Euros le litre, ou pour financer un nouvel ordinateur portable parce que même ça n’est plus ce que c’était et l’écran ou un autre morceau un peu essentiel commence généralement à déc… sérieusement en à peine 2 ou 3 ans d’usage, obsolescence programmée juste après la fin de garantie ou pas, ce qui laisse tout juste le temps d’écrire un genre de brouillon de manuscrit entre deux twits dans le métro ou le bus aux horaires où on peut sortir un gadget électronique, de gratter quelques billets de blog dans le train ou l’avion entre deux mails si on peut s’offrir une place assise avec une tablette pas trop envahie par les cheveux du voisin de devant ou écrasée par les coudes de ceux d’à-côté, et de mettre à jour sa page Facebook entre deux paniques bancaires si on est peu ou prou concerné par le crédit-crunch, les taux d’intérêt ou le cours de l’Euro.