Ah ! Notre-Dame des Landes …

Un petit village gaulois ...

Il y a trois principaux genres d’arguments, pour et/ou contre le projet de nouvel aéroport de Nantes, Rennes et La Rochelle, dont tout le monde reconnait qu’il n’a aucune utilité en tant que piste pour avions, à part quelques intégristes du pour et/ou contre tout, pensant à l’envers ou à contresens :

Ecolo : en gros, #EELV et autres vieux machins des gauches hippies ont rameuté des vétérans du Larzac pour mélenronchoner comme si ça allait changer le monde agricole qu’un peu plus de terre soit stérilisée et que quelques paysans supplémentaires soient privés de gagne-pain, tandis que quelques propriétaires immobiliers et résidents nantais se réjouissent d’avance qu’un peu moins d’avions passent au-dessus de leurs toits aux heures de grasse-matinée et de sieste.

Larzac des Landes

Econo :  les uns soutiennent que bétonner un peu créera un peu d’activité pour l’économie locale, notamment dans les hôtels restaurants pour ouvriers et lobbyistes, et quelques emplois de porteurs et/ou contrôleurs de bagages ; d’autres soulignent qu’une concession rapportera des impôts à l’état et des ressources fiscales aux machins territoriaux ; certains sont convaincus que les deux espoirs sont vains. Personne ne fait sérieusement semblant de penser qu’un parking payant Vinci avec pompe à kérosène autour d’un tax-free-shop d’aéroport secondaire représente un enjeu économique majeur.

NDDL

Polito : pour faire simple, tout le monde instrumentalise le Barnum, en particulier les notables locaux en campagne électorale et Copé (celui que Sarkozy surnomme « le Harlem Désir de l’UMP) qui est trop content d’avoir au moins un sujet sur lequel ses communicants ont trouvé des éléments de langage pas trop délirants, mais la plupart des gens aux agendas pas trop cachés, vides, et/ou tordus, pensent que le projet sera purement et simplement mis au placard dés que Jean-Marc Ayrault aura été renvoyé enseigner l’Allemand dans un collège nantais, et les journalistes un peu neutres constatent que ça rend service au PS et à EELV d’avoir une divergence durable sur un non-sujet médiatique, plutôt que de risquer de devoir se tirer dans les pattes en public sur le nucléaire, la transition énergétique ou les OGM, voire sur des sujets dits « sociétaux ».

Cécile Duflot EELV Jean-Marc Ayrault PS

Ceci twitté, si tout le monde, responsables, irresponsables, et commentateurs plus ou moins coupables de jeter de l’huile sur les feux, pouvait dégager une bonne fois pour toute des routes départementales d’autour de Notre-Dame des Landes, ça ferait des vacances aux bestioles du coin qui aimeraient pouvoir hiberner sans tapage.

notre-dame-des-landes

Non ?

Renaud Favier – 24 février 2014 – Facebook Café du matin à Paris – LinkedIn

Let's Walk the TalkPS : « Jacques ? Il n’est plus là ! » http://www.youtube.com/watch?v=7dAQA9KpTtE

Paris vaut-il encore une messe ?

images

A en croire les médias politiques parisiens sérieux, la guerre pour la mairie de Paris, les batailles pour les mairies d’arrondissements, et les combats de rue pour les sièges au Conseil de Paris (4000 euros par mois, pas d’obligation de résultat, boulot ou présence) font rage.

Paris--tour-Eiffel-au-bistrot_Jacques-BOSSE-dit-YACK

Crédits : Jacques-BOSSE-dit-YACK

Le sang ne serait pas loin de couler dans les couloirs du métro (qui la belle NKM trouve si poétique, et où personne de normal n’a jamais croisé l’actuelle adjointe au Maire, disposant il est vrai d’une flotte automobile municipale conséquente et d’un nombre de chauffeurs tout à fait considérable).

Sécurité à Paris

La prise, à la hussarde ou en gentle(wo)man de la Tour Eiffel serait l’objet des désirs de tous et toutes, maintenant.

img_Paris--la-tour-Eiffel--1993_Pierre-BOULAT

Crédits 1993 Pierre BOULAT

Mais les mauvaises langues des dîners en ville, et il ne manque, ni de langues de vipères, ni de dîners entre vils, à Paris, murmurent que comme tous les contribuables un peu riches n’ayant plus d’enfants scolarisés et commerçants un peu dynamiques ont émigré en klaxonnant, les artistes s’exilant pour leur part plus discrètement, mais encore plus vite en général, Paris ne serait plus qu’une vieille fête à neu-neus permanente pour pauvres, un genre de Foire du Trône géante avec grande roue à la Concorde et trains fantômes partout au prix d’un ticket RATP, pissotières gratuites pour attirer les prostatiques, Paris-Plages en été, terrasses de cafés climatisées, une nuit blanche par an (mais sans boire en dehors des bistrots), et une patinoire gratuite devant la mairie pour Noël.

cheerleaders 2CV paris

La ville serait, en outre, vendue par appartements, voire hôtels plus ou moins particuliers entiers, au Qatar ou à quiconque veut payer 10 ou 20 000 euros le mètre carré de base sans vue et mal isolé, pour y stocker ses vieux DVD, un lave-vaiselle et un frigo, tout juste occupée à temps partiel par des politiciens de province, des touristes, et des footballeurs de passage auprès de filles de passe importées de l’Est ou du Brésil.

Paris

Ceci expliquerait l’absence générale d’intérêt des candidatures pour les élections municipales, l’UMP ayant abandonné son panache bleu effiloché à la jolie, mais à côté de la plaque #NKM parachutée de banlieue Ouest ; le Parti Socialiste n’ayant pas trouvé en ses rangs plus émotionnant que la parisienne, mais un peu discrète, Anne Hidalgo pour enfourcher le vieil éléphant Rose en direction de l’Hôtel de Ville. Pour les restes, mélange prévisible d’héritiers, d’incrustés, de pistonnés, d’imposés par les alliances ou les ascenseurs à renvoyer, de frustrés et de fantaisistes, comme dans n’importe quelle ville de France ayant des appartements subventionnés, des places gratuites aux spectacles et des places en crêches à distribuer.

Paris

Vu du XIIème arrondissement (grosso-modo ce qui est dans un quadrilatère Bercy-Bastille-Nation-Vincennes avec la Gare de Lyon et le bistro Zic-Zinc au milieu, le bois de Vincennes et le périphérique à l’Est, Bercy-Village et le bord de Seine au Sud, face à la Grande Bibliothèque), on n’a pas trop l’impression que ce petit charivari soit essentiel à l’avenir de l’humanité parisienne ou des félins d’autour du métro Daumesnil, même si l’arrondissement est réputé crucial pour le gain (ou la perte) de la mairie de Paris.

Renaud Favier décembre 2013

On s’était habitué à ce que l’UMP parachute le Beigbeder qui sait compter (l’autre sait écrire) contre l’inconnu(e) du PS du moment, mais le candidat #UMP éternel perdant a jeté l’éponge dans le XIIème arrondissement (où personne ne l’a jamais vu depuis 6 ans), pour aller se faire renvoyer dans ses buts par Lellouche dans le plus chic et (supposé) facile VIIIè, et se considérant « jeune et pas écouté par NKM », déclare hésiter à faire dissidence et se donner jusqu’à début janvier pour annoncer un éventuel engagement … dont franchement, personne n’a guère plus à cirer que du cours de l’hectare à blé en Ukraine, ou le chiffre de diffusion de LUI. Complément (JDD) http://www.lejdd.fr/Politique/Charles-Beigbeder-NKM-est-meprisante-elle-n-ecoute-personne-644374

« On ne m’écoute pas (plus dans le 12è qu’à l’UMP ou au Medef), NKM me néglige, insensé, non ? »

On peut douter que le surfeur de l’Est se transforme en laboureur à l’Ouest, sauf si Sarko lance un mouvement concurrent de l’UMP, mais wait & see, le gars a réussi dans des affaires qu’on peut juger parasites (trading d’électricité, investissement opportuniste dans des terres agricoles), mais il fait « dans l’honnête » comme on dit chez les Tontons Flingueurs, il a une bonne tête, une présence média, et de l’entregent (Vice Président du Medef), il ne peut pas être si incapable que ça et toujours tout rater comme la candidature aux jeux Olympique d’Annecy ou la politique dans le XIIème, et sur un malentendu, il pourrait avoir de bonnes idées. Mais peu importe, qu’un Beigbeder soit élu au Conseil de Paris ou pas, et d’ailleurs que NKM ou Anne Hidalgo occupe le trône métropolitain, cela n’a aucune d’importance pour la circulation dans Paris, les impôts locaux, le dynamisme économique de la ville, ou l’horaire de la messe de minuit …

Paris, ville-lumière, capitale globale de presque tout, métropole culturelle mondiale …

L’essentiel est ailleurs (pour autant qu’il soit en France).

-

N’est pas Lagarde ou Merkel qui veut … mais maire de Paris, c’est possible …

Bonne année 2014 aux Parisien(ne)s. http://bonneannee2014.wordpress.com

Renaud Favier – 17 décembre 2013 – Facebook Café du matin à Paris – LinkedIn

Café du Matin

Net Land Art  Mad in France        Frenchonomics            Compétitivité 2012 couverture

RF

* * *

Relax, c’était juste l’écotaxe du Grenelle écolo, inutile d’exiger la démission de Bercy … quoique …

Comme avant

Avant l’écotaxe, on sentait que le lisier de porc à hautes doses en zone granitique n’était pas durablement excellent pour les nappes phréatiques bretonnes, et que la fermeture des abattoirs GAD sentait la compétitivité allemande, mais ça aurait fait rigoler tout le monde si on avait parlé de se déguiser en schtroumfs rouges pour aller saboter des routes gratuites.

Haine

D’autant que tout le monde qui lisait, ou comprenait le Français oral, savait que, régionalisme et clientélisme obligent, la Bretagne bénéficierait sans même besoin de reculade gouvernementale, d’une niche fiscale pour les transporteurs routiers exonérés  à 50% du péage (concédé en partenariat public-privé parce que ça fait plus « moderne » que l’économie mixte et que la puissance publique n’a plus les moyens de ses ambitions à force d’erreurs, de dérives et de fuites), de l’écotaxe dite « nationale », en principe destinée à financer la politique environnementale.

Au travail !

Qui eût cru que les rebelles radicaux de l’étape trouveraient « normal » de payer 55 Euros un bonnet de bagnard (fabriqué en France, certes, à base de laine vierge écologique, certes) pour aller respirer du pneu brûlé et du gaz lacrymogène importé ?

Qui eût pensé que les patriotes économiques bretonnants se fendraient de 45 euros pour se déguiser en commandant Cousteau avec une copie de bonnet de scaphandrier (en pure laine vierge tricotée en Bretagne, certes) d’avant l’invention du détendeur ?

Qui eût supposé que les djeuns fashion victims de Bretagne adeptes des marques portées par des sportifs professionnels trouveraient 24,90 Euros à gaspiller pour un bonnet 100% acrylique made in Dieu sait où, par qui, et comment, à porter 2 heures, le temps d’une manif avec les vieux agriculteurs du coin sous le haut patronage de communicants politiques Parisiens ?

Enfin, peu importe, l’affaire a été rondement menée, le truc est officiellement « suspendu » (lire : supprimé sine die, mais pas officiellement pour ne pas avoir à payer un dédit de 800 millions d’euros avant le changement de majorité si possible, les prochaines élections au moins), alors les Bretons « normaux » n’auront pas à fouiller leurs placards à la recherche de vieux bonnets rouges du temps où les Français moyens pouvaient s’offrir le ski, de bonnets de père Noël du temps où ça se faisait de fêter l’anniversaire de Jésus et de se déguiser pour amuser les mômes en attendant minuit pour ouvrir les cadeaux (maintenant, on se dépêche pour être les premiers à revendre les cadeaux sur LeBonCoin ou eBay), ou de trucs genre farces et attrapes à deux balles achetés en leur temps pour une fête déguisée. Sauf s’ils sont mobilisés contre le gouvernement provisoire de Paris, son fiscalisme frénétique, son amateurisme approximatif, et son affolement pathétique, mais c’est, en principe, un autre sujet.

Rouge ?

Ceci twitté, il ne faut pas se tromper de « combat », ni jeter l’écotaxe à l’eau de la mer(de) bretonne, moins encore tirer sur la mauvaise cible ou flinguer à tort et à travers tout azimut.

Emploi

Le Président est coupable, certes, et pour bien plus que l’écotaxe.

Foutu

Il est dangereux, certes, et pas seulement pour l’emploi réel et la société normale.

Hollande

Et il a beau nez rouge, certes, mais pas incontestablement du modèle rebelle breton.

Gné hé hé ...

Mais il serait irresponsable (et techniquement stupide compte-tenu de sa calvitude) de lui chercher des poux dans la tête, d’abord parce que ce serait mauvais pour ce qu’il reste d’image de la France, ensuite parce que les institutions, les questions préalables de constitutionnalitude, et toussa-touça, le protègent efficacement jusqu’au moins 2017, et il serait aussi fou qu’un fonctionnaire ou un citoyen en CDI de filer sa dém’ sur un moment de déprime, tant qu’il lui reste des fusibles, des gens qui le présument légitime et innocent parce qu’élu par 51% des veaux nationaux ayant pris la peine d’aller voter sous Prozac, H, ou influence politicienne plus toxique encore, en mai 2012, et qu’il n’y a personne de crédible dans son camp, ni en face, pour le remplacer.

Made in France

Mieux vaudrait négocier avec lui, comme avec Bernard Tapie en son temps, mais sans indemnité transactionnelle, ni arbitrage, pour éviter les contestations ultérieures. Lui proposer un long préavis, jusqu’à 2017, genre cohabitation avec des gens raisonnables, en compensation du nettoyage au karcher des pires lapins crétins toxiques et sectaires du gouvernement de maintenant.

Personnalité

A minima, d’un bon nettoyage par le vide des clowns de Bercy. Non  pas que ça sera facile de trouver assez de volontaires pour remplir les bureaux de ministres et …seillers techniques, maintenant que le roi est nu et que les petits marquis vont avoir du mal à s’amuser au mécano industriel, à ramener au bercail des exilés fiscaux, ou à faire croire aux marchés financiers que la qualités des infrastructures, la performance fiscale, l’éducation des djeuns, le dialogue social, le TGV à l’heure et toussa-touça justifient une dette de 100% du PIB et des déficits de 4 ou 5% à taux AAA … Mais maintenant que Bricq a branché Ubifrance sur la BPI et fait régler le bug en Californie qui faisait souci à son mari, que Montebourg a reconnecté les irréductibles de la CGT de Goodyear avec son pote le boss de Titan, que Pellerin a laissé Niel lancer son éléphant blanc numérique subventionné à la Halle Freyssinet, que le successeur de Cahuzac a fait voter une ou deux lignes de sa PLF dans l’hémicycle vide, que Hamon a compris que l’économie solidaire ne marche pas sans une économie normale, et que même ce chauve dksiste dépressif de Mosco a pêcho sans même devoir aller jusqu’en Bretagne avec un bonnet rouge pour se protéger le neurone (le bracelet brésilien, c’est autre chose, c’est pour draguer aux cafés pour intellos de la rive gauche), il est temps de remanier au moins à Bercy, et de mettre au boulot avec vue sur la Seine et le quartier chinois les retraités Lamy, Lauvergeon, le gars du rapport sur le choc de compétitivité dont on a déjà oublié le nom, quelqu’un qui soit pote avec Christine Lagarde et parle anglais pour les négos de consolidation de dette de Club de Paris avec le FMI, et quelqu’un qui parle allemand et sache utiliser un téléphone portable sécurisé, pour tenter ne négocier l’unification franco-allemande avec Angela Merkel avant qu’il ne soit trop tard et que la France soit condamnée à une co-gestion de la zone Euro-CFA avec Athènes, Nicosie et Lisbonne sous tutelle de Franfcort …

Cazeneuve-Moscovici-reprise-economique-en-vue

Maintenant.

Renaud Favier – 29 octobre 2013 – Café du matin à Paris – Compétitivité – English

Qu’on soit normalement supporter politique et/ou sportif (c’est comme intégriste religieux, mais plus facile, on n’est pas obligé de lire un livre), énormément militant canal historique, ou pas très impressionné, ni intimidé, par les politiciens et déconomistes français contemporains baisocrates, alcooliques, baisocrates alcooliques, ou d’autres partis (pastis ?), on peut télécharger des livres électroniques, gratuits ou au prix d’un café en terrasse dans un quartier normal de Paris, sur la plateforme française Youscribe (nb le format pdf disponible sur Youscribe est assez pratique sur grand écran et moins fantaisiste que ePub à l’impression en format A4), ou sur Amazon pour les contribuable patriotes exemplaires défenseurs en mode über-tartuffe de première catégorie des librairies, et de l’avenir d’une certaine idée de la civilisation. Quelques exemples en cliquant sur les icônes ci-dessous.

               
               
         
           
          

Et il y a aussi du plus « atypique » (et gratuit).

Bad in France Couverture         
Et du plus « business » (gratuit, of course).
Frenchonomics Small           
. . .
Le bonus : la déconomie, une science http://www.youtube.com/watch?v=mW0dlAAMki4
Bonus 2 : la compétitivité, un métier http://www.youtube.com/watch?v=wRS0eFa3Yo4
Bonus 3 : l’international, enjeu crucial : http://www.youtube.com/watch?v=Sr2RxH9AEX0

Quand on est femme ministre (de l’écologie d’un gouvernement normal de gauche), on ferme sa g…, ou on est démissionnée

nicole-bricq-delphine-batho

Le limogeage de (complot machiste contre ?) Delphine Batho du ministère de l’écologie réellement socialiste de marché en 2012, nous fait penser que Nicole Bricq en avait elle-même été évincée mi-2012 à peine revenue du sommet des écolocrates de Rio, mais surtout, nous rappelle avec une tendre émotion le vieux cri républicain, presque Audiardien, de Jean-Pierre Chevènement (tiens, au fait, il a quitté son appartement social, lui, ou obtenu une dérogation pour y rester jusqu’à ce que mort s’ensuive, la sienne ou celle des méritants en liste d’attente comme dans ce délicieux film « Le Viager » ?), poussé dans un autre temps : « On ferme sa gueule, ou on démissionne ».

Ectac.Presidentielle-2012-Chevenement-candidat.03

Quoi qu’il en soit Delphine Batho a été limogée (et byzeway, certains esprits forts observent que Montebourg, qui n’épargne pas le Premier Ministre d’au moins une saillie hebdomadaire, mais n’a jamais contredit publiquement Ségolène Royal ou été en situation de s’opposer à la commande publique sur fonds des tribuables d’une flotte de ségomobiles subventionnée par les tribuables, n’a pas encore été expulsé de son étage à Bercy, lui).

532615-france-s-minister-of-ecology-sustainable-development-and-energy-delphine-batho-leaves-after-the-week

Les plus cyniques souriront en pensant que quand on sait que de toute façon on sera lourdée au remaniement, ça peut être une bonne stratégie perso, surtout quand on a pas les diplômes permettant de se recaser facilement par réseau, de faire semblant de s’indigner sur un dossier qu’on n’a même pas lu (de fait, son budget direct est réduit de 7% mais c’est plus que compensé par des transferts a priori favorables à l’environnement, notamment pour le logement chez Duflot, qui sait bien qu’on n’est jamais si bien servie par Bercy que quand on pique soi-même aux autres ministres) et de se mettre sur les rangs pour un bon fromage républicain avant que tous les autres remaniés soient sur les bonnes affaires (pour Bricq, on ne comprend vraiment pas pourquoi elle ne fait pas pareil, mais peut-être qu’à son âge, avec une petite retraite privilégiée de sénatrice et un mari politicien de base en Ile de France sans avantages acquis particuliers (ni immense logement de fonctions et/ou social(iste) à prix d’amis garantie à vie à Paris intra muros, même si ça semble assez commun en Normalie) en principe (nom commun, dont certains manquent, et que d’autres ignorent), elle préfère voyager encore un peu en First pour gagner assez de miles Air France pour maintenir son train de vie sans devoir renoncer au café du matin en terrasse quand il fait beau et qu’il n’y a pas encore invasion de fumeurs de cigares et autres puanteries).

les-jardins-plein-ciel

Mais c’est peut aussi la reco de ses communicants politiques en Porsche, de quitter le paquebot Hollande en mélenronchonnant face caméra, pour ne pas rater le départ d’un nouveau France en 2014.

445048-delphine-batho-france-s-minister-of-ecology-sustainable-development-and-energy-attends-the-minister-

Mais peu importe, et de toute façon, être ministre l’été, si on n’est pas passionné des places gratuites dans les festivals ou de la gestion des carrières dans son cabinet (quand il y a des bruits de remaniement, ou des opportunités de sauter sur de bons fromages, les conseillers fidèles et militants les moins idiots n’attendent pas la prochaine réduction des enveloppes pour regarder et s’envoler ailleurs), ça n’a guère d’intérêt de rester ministre alors que les administrations ronronnent comme les climatiseurs des hauts fonctionnaires stakhanovistes et/ou ambitieux en ressortant de vieux rapports pour répondre aux questions parlementaires écrites (une fois par an, de nouveaux ou vieux députés reposent de vieilles questions parce que leurs assistants sont en vacances et que personne ne sait utiliser le traitement de texte, et de nouveaux ou vieux fonctionnaires photocopient les mêmes vieilles réponses en actualisant ou inventant quelques chiffres s’il y a quelqu’un qui s’aperçoit que le gisement de réponses date du temps des télex Comatta, c’est une tradition républicaine d’avant Paris-Plages comme de perdre toutes les guerres, même économiques) et que les correspondants et journalistes étrangers savent que la France est arrêtée et respectent sa petite mort annuelle en évitant de téléphoner ou d’envoyer des télégrammes diplomatiques demandant réponse avant octobre). A part Nicole Bricq qui juge crucial d’annoncer quelque chose avant le Festival d’Avignon, ou son propre (second) limogeage, tout le monde la ferme, et comme dirait Chevènement, c’est bien mieux comme ça, de pas bosser comme si on avait (été) démissionné, mais de toucher ses privilèges quand même.

affiche-paris-plages-2013-kiraz

Ceci twitté, tant qu’on aura Montebourg (que ça ferait désordre de virer, pas tant vis à vis de la droite de la gauche de la gauche dont la gauche normale pourrait avoir besoin pour ne pas devoir donner trop de fromages aux communistes, syndicalistes et autres vieux pirates d’avant l’électricité et #anonymous pour ne pas risquer de perdre trop de mairies en 2014 au cas improbable où les zélecteurs seraient plus cohérents avec eux-mêmes, sobres et lucides que godillots, sourds-aveugles-paralysés, ou abstentionnistes, que parce que comme il faut déjà virer Mosco à cause de Cahuzac et Bricq à cause de Bricq, il faudrait mandater un chasseur de têtes pour repeupler vite et bien Bercy avec des gens capables de faire avancer le schmiliblick, et no seulement c’est pas simple de trouver un cabinet RH ouvert en été, non seulement tous les bons cabinets savent que personne de bon, sensé et capable ne voudrait de Bercy maintenant, mais surtout, budget ne permet pas de payer ça, parce qu’avec des success fees genre un an de salaire de ministre, on pourrait faire un gros cocktail de team building pré-électoral au Festival d’Avignon) … tant qu’on aura l’exceptionnel Montebourg twittais-je, ça gueulera sans démissionner dans les ministères pour confirmer la règle de Chevènement, et assurer qu’il y aura du monde à Paris-Plage comme en 2012, même si la météo est pourrie cet été.

12-07-27-valls-montebourg-fabius-hollande-ayraultEn France, on peut virer une secrétaire, délocaliser une boite rentable, vendre les bijoux de famille au Qatar comme tous les pays normaux et écologistes importateurs de pétrole avec dessous de table, et les vignobles aux Chinois comme tous les pays exemplaires et écologistes exportateurs avec pots de vin, ou limoger un(e) ministre plus ou moins volontaire, mais on ne change pas une équipe de comiques qui s’accrochent aux vieilles pierres en gueulant fort … ou alors, c’est compliqué.

305706_4776888382603_40992208_nAllons enfants, vers un monde plus vert quand même … (et SVP, si vous mâchouilles patriotiquement un chewing gum pendant  la Marseillaise parce que ça vous décontracte mieux que de penser à la France, ne le jetez pas par terre comme les manifestants ou comme votre mégot -pas biodégradable, byzeway, mieux vaut se rouler son tabac sans filtre, si on est écolo, et pas milliardaire-, ça va coûter une fortune en karcher bio à la Mairie de nettoyer avant Paris-Plage sous la pluie grosse comme les sincèrement tristes larmes de crocodiles #UMP pour Batho #PS courant Fabius/Dray/SOSRacisme/Ségo, les saletés de toutes ces manifs d’avant pour tous, envers rien ou son contraire, ou contre tout, de depuis le dernier Paris-Plage sous la pluie grosse comme les si purement politiciennes larmes de crocodiles #EELV pour Batho #PS normal pas courant vert incrusté aux maroquins avec privilèges et/ou fauteuils en velours avec avantages acquis), en marche arrière vers les Trente Glorieuses et le temps des BD avec humour qui sont les références principales de la promo Voltaire, avec les Soviets mais bientôt sans électricité pour lire les rapports d’expert sur l’environnement global, ceux de la Cour des Comptes sur la France, et ceux des consultants anglo-saxons sur la réforme de l’état.

gaston-l-ecologie-selon-lagaffe

Tout ça n’est ni très important, puisque ça concerne la France, ni très sérieux puisque ça s’agite autour de la pyramide du Louvre, pas des ruines en Egypte, ni très durable, puisque cela concerne le gouvernement provisoire rose-vert, pas la pierre de Rosette, mais ça mérite quand même un (re)twit ou deux en français, avec le café.

Larzac 2.0 ou Flughafen XXIè siècle à Notre-Dame-des-Landes ? Les deux, probablement …

L’opposition au projet d’aéroport à Nantes rassemble très hexagonalement les #occupy de l’étape contrariés par le risque de disparition d’une race de batraciens, attachés à leur sam’suffit et/ou n’aimant pas l’avion, et l’écolocosme du national-protestationnisme canal historique.

Avant, tous les candidats écolos à l’élection présidentielle venaient manifester devant les caméras ensemble à Nantes, mais c’était avant les primaires EELV.

Avant, Cécile Duflot venait parler en public avec tous les apparatchicks EELV et autres écologistes candidats à un maroquin, mais c’était avant les élections présidentielles et le rituel du chili con carne familial du week-end.

Maintenant, c’est un brin plus compliqué, avec toutes les récupérations, même si les corps et les esprits demeurent très verts.

Le canal historique écolo vient en pélérinage se souvenir du bon vieux temps du Larzac.

Le médiécolo en chambre (des députés) « tombe de l’armoire » (placard doré ?).

Les djeuns écolos sportifs viennent faire de l’exercice devant les caméras.

Les djeuns écolos notables viennent prendre l’air devant les micros.

Même les écolobabas sont là.

Et les écolotwittos qui n’ont pas pu venir forwardent des messages de solidarité et des images mobilisatrices dans le cloud.

Mais il y aussi les militants tendance #occupy venus voir à la campagne s’il y aurait moins de vent et plus de caméras que sous l’arche de la Défénse.

Et globalement tout le protestatocosme parisien et/ou exilé à Strasbourg qui avait piscine le jour de la manif de « solidarité européenne » en semaine bravera le crachin nantais en TGV (1ère ou 2nde classe selon grade et ancienneté) pour profiter de la solide présence médiatique.

Bref, il faudra être vu, filmé, et si possible interviewé à Nantes ce week-end pour préparer les élections à la proportionnelle de 2014, voire pour se positionner pour après le remaniement ministériel, au cas où il y aurait encore des sièges réservés pour les écolocrates. Quant à savoir s’il y a vraiment besoin d’un référendum citoyen, d’un séminaire intergouvernemental, d’un Grenelle de Notre-Dame-des-Landes … ou d’un nouvel aéroport à Nantes, il faudrait soit être directement concerné, soit instrumentalisé, soit instrumentalisant, soit compétent et/ou bien informé pour exprimer un avis, d’autant que les promoteurs du projet on quand même fait de gros efforts, de greenwashing ruineux diront les uns, de respect contraint et forcé mais réel de l’environnement, murmureront les autres en attendant que les écolos soient repartis barouder ailleurs avec journalistes et caméras, pendant que l’herbe repoussera tranquillement entre les pistes et sur les toits.

Ceci écrit, on ne peut que regretter que les activistes français et leurs sponsors manquent de compétitivité question logo : l’avion noir est vraiment ringard poilaupattes, même pas niveau Larzac, par rapport au joli soleil « Atomkraft, nein danke » qui décorait si bien les coccinelles des années 80.

Moche logo vert noir et rouge et protestationnisme d’écolocosme sans talent, nein danke ! Lieber Développement Démocratique Durable als GreenSurfing, et plutôt faire un don à http://www.wwf.fr/ que sponsoriser la SNCF pour aller à Nantes, même avec compensation carbone du billet sur http://www.actioncarbone.org/.

Renaud Favier – 17 novembre 2012

Quoi qu’il en soit, qu’on soit, ou pas, en route pour LA manif à Nantes, en train de se préparer un sac à dos pour un week-end au vert ou de se brosser les dents avant de prendre le métro ou un truc du genre, si on peut porter un Kindle et si on sait télécharger sur Amazon, on peut emporter dans sa poche une bibliothèque électronique entière pas nocive pour le neurone ni pour le dos, maintenant. Quelques échantillons en cliquant sur les icônes.

        

Si on a un SmartPhone ou un hybride moderne, on peut également lire online ou télécharger plein de livres électroniques sur la plateforme française Youscribe (nb le format pdf disponible sur Youscribe est assez pratique sur grand écran et moins fantaisiste que ePub à l’impression en format A4). Quelques exemples en cliquant sur les icônes ci-dessous.

               
               
         
           
        

Et si on préfère lire ce qui est gratuit, rapport à l’argent, ou parce qu’on en fait une question de principe, ou parce que c’est la crise, par exemple, on n’a qu’à cliquer sur les icônes ci-dessous pour télécharger des livres électroniques, mais pas tristes, à l’oeil.

       

Et puis, si on est vraiment fanatique du commerce extérieur français qui ne s’est pas tellement amélioré depuis que la nouvelle Ministre achète des sacs à main made by France à l’étranger pour doper les chiffres de l’export en mouillant elle-même le chemisier, ou passionné par la compétitivité des entreprises françaises avant les éléments de langage des conseillers en communication de Montebourg ; le rapport Gallois ; le Plan Hollande au XXIè siècle, ou si on a un peu besoin de se documenter sur le sujet en mode un peu “think different” pour son boulot ou ses études, on peut aussi e-lire gratuitement sur le sujet en cliquant ci-dessous.

          

Le bonus de saison (pas d’angoisse, cliquer sur l’image est sans danger de tomber sur de la propagande pour ou contre l’aéroport de Nantes, l’opposition à l’aéroport de Nantes, la manif contre l’aéroport de Nantes, l’instrumentalisation de l’aéroport de Nantes ou le greensurfing en général).

* * *