Quand on est femme ministre (de l’écologie d’un gouvernement normal de gauche), on ferme sa g…, ou on est démissionnée

nicole-bricq-delphine-batho

Le limogeage de (complot machiste contre ?) Delphine Batho du ministère de l’écologie réellement socialiste de marché en 2012, nous fait penser que Nicole Bricq en avait elle-même été évincée mi-2012 à peine revenue du sommet des écolocrates de Rio, mais surtout, nous rappelle avec une tendre émotion le vieux cri républicain, presque Audiardien, de Jean-Pierre Chevènement (tiens, au fait, il a quitté son appartement social, lui, ou obtenu une dérogation pour y rester jusqu’à ce que mort s’ensuive, la sienne ou celle des méritants en liste d’attente comme dans ce délicieux film « Le Viager » ?), poussé dans un autre temps : « On ferme sa gueule, ou on démissionne ».

Ectac.Presidentielle-2012-Chevenement-candidat.03

Quoi qu’il en soit Delphine Batho a été limogée (et byzeway, certains esprits forts observent que Montebourg, qui n’épargne pas le Premier Ministre d’au moins une saillie hebdomadaire, mais n’a jamais contredit publiquement Ségolène Royal ou été en situation de s’opposer à la commande publique sur fonds des tribuables d’une flotte de ségomobiles subventionnée par les tribuables, n’a pas encore été expulsé de son étage à Bercy, lui).

532615-france-s-minister-of-ecology-sustainable-development-and-energy-delphine-batho-leaves-after-the-week

Les plus cyniques souriront en pensant que quand on sait que de toute façon on sera lourdée au remaniement, ça peut être une bonne stratégie perso, surtout quand on a pas les diplômes permettant de se recaser facilement par réseau, de faire semblant de s’indigner sur un dossier qu’on n’a même pas lu (de fait, son budget direct est réduit de 7% mais c’est plus que compensé par des transferts a priori favorables à l’environnement, notamment pour le logement chez Duflot, qui sait bien qu’on n’est jamais si bien servie par Bercy que quand on pique soi-même aux autres ministres) et de se mettre sur les rangs pour un bon fromage républicain avant que tous les autres remaniés soient sur les bonnes affaires (pour Bricq, on ne comprend vraiment pas pourquoi elle ne fait pas pareil, mais peut-être qu’à son âge, avec une petite retraite privilégiée de sénatrice et un mari politicien de base en Ile de France sans avantages acquis particuliers (ni immense logement de fonctions et/ou social(iste) à prix d’amis garantie à vie à Paris intra muros, même si ça semble assez commun en Normalie) en principe (nom commun, dont certains manquent, et que d’autres ignorent), elle préfère voyager encore un peu en First pour gagner assez de miles Air France pour maintenir son train de vie sans devoir renoncer au café du matin en terrasse quand il fait beau et qu’il n’y a pas encore invasion de fumeurs de cigares et autres puanteries).

les-jardins-plein-ciel

Mais c’est peut aussi la reco de ses communicants politiques en Porsche, de quitter le paquebot Hollande en mélenronchonnant face caméra, pour ne pas rater le départ d’un nouveau France en 2014.

445048-delphine-batho-france-s-minister-of-ecology-sustainable-development-and-energy-attends-the-minister-

Mais peu importe, et de toute façon, être ministre l’été, si on n’est pas passionné des places gratuites dans les festivals ou de la gestion des carrières dans son cabinet (quand il y a des bruits de remaniement, ou des opportunités de sauter sur de bons fromages, les conseillers fidèles et militants les moins idiots n’attendent pas la prochaine réduction des enveloppes pour regarder et s’envoler ailleurs), ça n’a guère d’intérêt de rester ministre alors que les administrations ronronnent comme les climatiseurs des hauts fonctionnaires stakhanovistes et/ou ambitieux en ressortant de vieux rapports pour répondre aux questions parlementaires écrites (une fois par an, de nouveaux ou vieux députés reposent de vieilles questions parce que leurs assistants sont en vacances et que personne ne sait utiliser le traitement de texte, et de nouveaux ou vieux fonctionnaires photocopient les mêmes vieilles réponses en actualisant ou inventant quelques chiffres s’il y a quelqu’un qui s’aperçoit que le gisement de réponses date du temps des télex Comatta, c’est une tradition républicaine d’avant Paris-Plages comme de perdre toutes les guerres, même économiques) et que les correspondants et journalistes étrangers savent que la France est arrêtée et respectent sa petite mort annuelle en évitant de téléphoner ou d’envoyer des télégrammes diplomatiques demandant réponse avant octobre). A part Nicole Bricq qui juge crucial d’annoncer quelque chose avant le Festival d’Avignon, ou son propre (second) limogeage, tout le monde la ferme, et comme dirait Chevènement, c’est bien mieux comme ça, de pas bosser comme si on avait (été) démissionné, mais de toucher ses privilèges quand même.

affiche-paris-plages-2013-kiraz

Ceci twitté, tant qu’on aura Montebourg (que ça ferait désordre de virer, pas tant vis à vis de la droite de la gauche de la gauche dont la gauche normale pourrait avoir besoin pour ne pas devoir donner trop de fromages aux communistes, syndicalistes et autres vieux pirates d’avant l’électricité et #anonymous pour ne pas risquer de perdre trop de mairies en 2014 au cas improbable où les zélecteurs seraient plus cohérents avec eux-mêmes, sobres et lucides que godillots, sourds-aveugles-paralysés, ou abstentionnistes, que parce que comme il faut déjà virer Mosco à cause de Cahuzac et Bricq à cause de Bricq, il faudrait mandater un chasseur de têtes pour repeupler vite et bien Bercy avec des gens capables de faire avancer le schmiliblick, et no seulement c’est pas simple de trouver un cabinet RH ouvert en été, non seulement tous les bons cabinets savent que personne de bon, sensé et capable ne voudrait de Bercy maintenant, mais surtout, budget ne permet pas de payer ça, parce qu’avec des success fees genre un an de salaire de ministre, on pourrait faire un gros cocktail de team building pré-électoral au Festival d’Avignon) … tant qu’on aura l’exceptionnel Montebourg twittais-je, ça gueulera sans démissionner dans les ministères pour confirmer la règle de Chevènement, et assurer qu’il y aura du monde à Paris-Plage comme en 2012, même si la météo est pourrie cet été.

12-07-27-valls-montebourg-fabius-hollande-ayraultEn France, on peut virer une secrétaire, délocaliser une boite rentable, vendre les bijoux de famille au Qatar comme tous les pays normaux et écologistes importateurs de pétrole avec dessous de table, et les vignobles aux Chinois comme tous les pays exemplaires et écologistes exportateurs avec pots de vin, ou limoger un(e) ministre plus ou moins volontaire, mais on ne change pas une équipe de comiques qui s’accrochent aux vieilles pierres en gueulant fort … ou alors, c’est compliqué.

305706_4776888382603_40992208_nAllons enfants, vers un monde plus vert quand même … (et SVP, si vous mâchouilles patriotiquement un chewing gum pendant  la Marseillaise parce que ça vous décontracte mieux que de penser à la France, ne le jetez pas par terre comme les manifestants ou comme votre mégot -pas biodégradable, byzeway, mieux vaut se rouler son tabac sans filtre, si on est écolo, et pas milliardaire-, ça va coûter une fortune en karcher bio à la Mairie de nettoyer avant Paris-Plage sous la pluie grosse comme les sincèrement tristes larmes de crocodiles #UMP pour Batho #PS courant Fabius/Dray/SOSRacisme/Ségo, les saletés de toutes ces manifs d’avant pour tous, envers rien ou son contraire, ou contre tout, de depuis le dernier Paris-Plage sous la pluie grosse comme les si purement politiciennes larmes de crocodiles #EELV pour Batho #PS normal pas courant vert incrusté aux maroquins avec privilèges et/ou fauteuils en velours avec avantages acquis), en marche arrière vers les Trente Glorieuses et le temps des BD avec humour qui sont les références principales de la promo Voltaire, avec les Soviets mais bientôt sans électricité pour lire les rapports d’expert sur l’environnement global, ceux de la Cour des Comptes sur la France, et ceux des consultants anglo-saxons sur la réforme de l’état.

gaston-l-ecologie-selon-lagaffe

Tout ça n’est ni très important, puisque ça concerne la France, ni très sérieux puisque ça s’agite autour de la pyramide du Louvre, pas des ruines en Egypte, ni très durable, puisque cela concerne le gouvernement provisoire rose-vert, pas la pierre de Rosette, mais ça mérite quand même un (re)twit ou deux en français, avec le café.

Respect pour Aubrac

Aubrac n’était probablement pas « parfait ». Nobody’s perfect, même si un historien du futur ou un martien pourrait le croire s’il ne lisait que des nécrologies genre « Who was Who », des éléments de langage de campagne électorale mettant le Conseil National de la Résistance à toutes les sauces ou des discours de remise de la Légion d’Honneur qui donnent une certaine idée des Français. Mais il y a des gens qu’on n’imagine pas trop se garer sur une place pour handicapé en Porsche Cayenne et dont on se dit qu’ils sont dans le « vrai » pour toujours même s’ils ne parlent pas assez fort, et c’est déjà très, très bien.

Et Aubrac sera pour l’éternité un « juste » resté debout pendant une guerre où beaucoup n’ont pas eu la force ou le caractère de ne pas se coucher ou pire, qui l’est resté toute sa vie pendant que tant d’autres n’avaient pas la force ou le caractère de résister à la tentation de telles ou telles pâtes aux truffes quitte à piétiner leurs racines et à trahir l’avenir de leur pays en insultant le présent de leurs concitoyens : ça force le respect.

Pensée pour Lucie, aussi, et pour les « Aubrac » vivants et morts de France et d’ailleurs, d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Merci, bonne éternité et à un de ces jours.

Le slip français, après les Lip français, une certaine idée du changement (de slip) en France…

Il serait dommage d’avoir perdu le sens de l’humour au point de ne pas sourire de la campagne … publicitaire d’une marque de slips « made in France » qui surfe joyeusement sur la com des candidats à l’élection (non, pas l’érection, honni soit qui mâle slip pense…) présidentielle.

Non pas que la performance économique de la toute jeune entreprise, qui sous-traite sa production à une petite usine en Dordogne elle même récemment reprise au terme d’une descente aux enfers hélas trop classique dans l’industrie textile française, soit encore à la hauteur des géants globaux de la confection ou en mesure de déclencher une vague de licenciements chez Pôle Emploi, mais les 4000 slips vendus en quelques mois constituent un joli succès d’estime et ont assuré une part non négligeable du plan de charge du sous-traitant. C’est, peut-être, le début d’une aventure d’entrepreneur assez habile pour « rider » sur l’air du temps, et en tout cas une bonne vague médiatique pour un jeune HEC (26 ans) dont le moins que l’on puisse dire est que s’il a usé ses fonds de culottes sur les bancs standards de la méritocratie héréditaire hexagonale, il a osé braver les modes étudiantes en bousculant au passage les conventions vestimentaires. Ce n’est pas « Rasta Rocket », mais c’est cool, man !

Même si on ne peut immédiatement conclure que le bonheur est dans le slip en Dordogne comme il est réputé dans le pré dans le Gers, à tout le moins peut on supposer de la relative proximité géographique (vu de Paris …) qu’un des candidats devrait avoir assez d’humour corrézien pour ne pas en vouloir au jeune entrepreneur d’avoir un peu joué avec son image pour mieux relever l’emploi dans le Sud-Ouest.

Quant à l’autre candidat clairement marqué « Sud-Ouest » et encore plus spécifiquement attaché au « Produire en France », on pourrait même se demander s’il n’aurait pas intérêt à s’approprier le slogan détourné pour redonner de la vigueur à sa campagne un peu ramollie après un départ convaincant, si on n’avait pas le sentiment que le troisième homme manquera un peu d’humour tant qu’il ne sera que bon 5ème dans les sondages.

On ne peut par ailleurs imaginer une seconde que le sénateur candidat des luttes populaires mais de classe, par ailleurs réputé doté d’un des meilleurs sens de l’humour du politicosme même s’il est mis un peu en mode « veille » pendant la campagne électorale, puisse ne pas verser une larme révolutionnaire mêlée d’émotion ouvrière en constatant qu’à un minuscule mouvement (groupuscule ?) près, « le slip français » devient « les Lip français ».

Même le citoyen candidat président, dont les détracteurs considèrent qu’il laisse la France en slip mais les supporters soulignent qu’il a su en protéger avec vigueur toutes les parties, même s’il n’a pas pu faire de miracles, est obligé de reconnaître que ce détournement de son affiche de campagne 2007 est élégant …

… et que celui de l’affiche de 2012 est nettement plus flatteur que ceux que quelques centaines de geeks plus ou moins opposants et plus ou moins talentueux s’étaient amusés à inventer avec l’application internet proposée par les jeunes socialistes, et peut-être même plus … excitant que l’original.

Quant aux femmes de la campagne, parité et égalité de présence média oblige même s’il est improbable que leurs scores soient nettement plus significatifs que ceux des deux messieurs « snobés par les « détourneurs », elle ne sont pas oubliées par la marque qui proposera d’ailleurs « bientôt » une gamme « Pour Elle ».

      

A une exception près, toutes les interprétations étant possibles pour ce qui pourrait s’expliquer politiquement, voire commercialement, mais qui n’en reste pas moins un manque de (radio ?) courtoisie vis à vis d’une femme qui est à preuve du contraire le troisième homme de la campagne et dont même ses (nombreux) ennemis ou adversaires admettent qu’elle « en a dans le slip ». Mais une très petite entreprise n’a pas les moyens de s’offrir toute la communication qu’elle souhaiterait et c’est peut être juste une négligence bien compréhensible pour un dirigeant de PME par définition occupé à gérer les urgences au four et au moulin, à s’occuper de l’intendance, des finances et du marketing, entre autres.
Et même du cadrage des photos de promo, parce qu’on sait bien que, avec ou sans le Pen de l’un ou l’autre sexe, tout est dans les détails, quelle que soit la taille ou la couleur du diable slip (ou le pays de fabrication de la machine à coudre, mais il y a prescription) …
Last but not slip, en tout cas, une vidéo complète l’arsenal pour un buzz d’enfer.
.
.
Il serait déplacé, voire de mauvais goût, de souhaiter « bon vent » à l’entreprise à laquelle la bonne humeur sert à l’évidence de Viagra naturel. Et pessimiste, voire de mauvais esprit, de signaler que si jamais le succès commercial venait à s’essouffler, le personnel pourra peut-être se reconvertir dans la maroquinerie de haut de gamme comme les « Lejaby », quitte à devoir envisager des circuits de distribution un peu plus spécifiques pour des dessous en cuir. On peut de toute façon féliciter les parties prenantes à cette jeune réussite française à l’humour un peu gaulois, mais jamais grivois et toujours « So French, so Good Chic ».
    
* * *

RF 1er avril 2012. Retour vers des e-books et autres publications en français qui ont du slip et la dose d’humour réglementaire recommandée par les normes européennes en vigueur pour passer un excellent 1er avril sans avoir les boules.