Non, le Front de(s) Gauch(ist)e(s) n’est pas non plus une solution

Le #FDG de Jean-Luc Mélenchon, et vice-versa, a eu le mérite d’organiser régulièrement des spectacles comiques auxquels les Parisiens des arrondissements populaires peuvent aller à pied. Cela se passe Place de la Bastille, en général, parfois à Bercy, pour changer, maintenant.

melenchon-paris-revolution-fiscale

Mais ce pauvre JLM connait le triste sort des vieilles gloires du spectacles. Par charité, on ne mentionnera pas la polémique sur les chiffres du rassemblement contre « l’injustice fiscale » du dimanche 2 décembre 2013, où, sous un joli soleil austerlitzien, les grognards vinrent à 100 000 selon les statisticiens du Front de Gauche, à 7 000 d’après les compteurs de la préfecture de police, et à une petite quarantaine, à vue de nez, pour le film mise en scène par TF1. D’autant que Mélenchon récuse toute « intox » dans l’Express http://www.lexpress.fr/actualite/politique/les-images-de-l-interview-de-jean-luc-melenchon-ont-elles-ete-manipulees-par-tf1_1304492.html et qu’on ne peut pas faire confiance au Nouvel Obs, canard de la gauche centro-bobo, pour être honnête intellectuellement en copiant-collant les éléments à charge de manipulation stalinienne par l’image http://tempsreel.nouvelobs.com/photo/20131202.OBS7810/melenchon-sur-tf1-le-zoom-qui-fache.html

Mélenchon Trucage Photoshop

Vieillir, pour un comédien, même talentueux, c’est généralement un naufrage …

Avant, il y a 2 ans maintenant, le vieux tribun qui avait alors remplacé le retraité le Pen (lui même successeur du regretté Georges Marchais sur le créneau « vieux bonimenteur pour amateurs d’idéologies d’avant les guerres ») pour les amateurs d’envolées lyriques et de grands moulinets de petits bras, semblait croire que la rive gauche de la vague bobo du Paris protestationniste lui permettrait de figurer honorablement au classement des candidats de témoignage à l’élection présidentielle.

Crédits : Hub

Sur un malentendu, ça aurait pu marcher, au moins pour tutoyer le 2ème tour.

Las, entre les trotskistes canal institutionnel qui ont trouvé une bonne bouille et un discours franc au remplaçant du jeune retraité Besancenot (lui même successeur d’Arlette), les bobos paniqués par le syndrome de 2002 qui ont préféré voter « utile » dés le premier tour, et les trotskistes canal hystérique qui ont adoré voter pour une prof de déconomie socialiste qui ne marche jamais nulle part, Jean-Luc s’est retrouvé tout gros Jean, sinon groggy, avec grosso modo la moitié du score du FN, très en deçà du résultat que ses groupies lui prédisaient et des espoirs délirants des fans qui le voyaient déjà à l’affiche du second tour.

Ensuite, il a été mis KO par la blonde du FN aux législatives, ayant confondu saut sur Dien Bien Phu et parachutage sur scrutin de liste, puis plongé en dépression par le décès d’Hugo Chavez, et il a commencé à vraiment décliner, surtout de la tête, le Vénézuélien.

On croyait qu’il était cuit, et qu’il allait passer la main à Clémentine, profiter de ses retraites privilégiées de politicien haut fonctionnaire, sénateur, et député européen, quitte à se faire parachuter au CESE comme tout le monde, ou à rejoindre l’écurie de Martine Aubry.

Jean Luc Melenchon et Martine Aubry

Pourtant, JLM avait fait des efforts pour surfer sur la vague de la désindustrialisation. Mais c’est trop compliqué pour un énarque de se faire passer pour un ouvrier au chômisme.

Jean Luc Mélenchon

Pourtant, JLM avait bien tenté le surf sur le malheur des damnés du SIDA et le clin d’oeil aux communautarismes chics de Paris. Mais ça a foiré, d’autres sont plus « glamour ».

2012-04-02autain-melenchon

Pourtant, JLM avait bien joué le coup pour draguer les post-féministes, en mettant la jolie, et militante, Clémentine Autain en avant. Mais l’écran est resté totalement transparent.

Pierre-Laurent-Clementine-Autain-Jean-Luc-Melenchon

Pourtant, JLM avait pris de gros risques physiques pour aller jouer les révolutionnaires sur les terrains les plus inhospitaliers, des haciendas du Vénézuela, jusqu’à la Fête de l’Huma.

Pourtant, JLM avait presque réussi une amusante OPA sur l’écologisme rouge-rose, avec le coup de la planification écologique (courant nucléaire), et failli pêcho la belle verte Eva.

Avignon - Eva Joly et Jean-Luc-Melenchon 15 juillet 2013

Pourtant, JLM  a encore une petite troupe de fidèles en Boboland, et s’est débrouillé pour maintenir une chance de buzz avec une chef de file souriante pour les municipales à Paris.

Et les habitants du XIIème arrondissement sont honorés d’avoir comme élu, conseiller de Paris, re-candidat pour 2014-19, un proche de JLM, le souriant historien Alexis Corbière.

643px-Alexis_C._184A_D.Labat-Gest

Crédits Photo Wikipédia / D. Labat-Gest – 643px-Alexis_C._184A_D.Labat-Gest

Mais, non, ça ne marche plus. A part Jean-Jacques Bourdin qui l’invite encore volontiers prendre un café quand il a un désistement à son talk-show du matin, JLM n’intéresse plus que quelques twittos.

Montage TF1 pour Jean-Luc Mélenchon

Crédits @MikeGuib sur Twitter

Pour tenter de rebondir et de ne pas être enterré avant le Grand Soir, JLM va devoir proposer une nouvelle donne un peu sexy, comme les autres d’à droite des gauches.

Ou essayer une alternance pour tous des gauches d’à gauche, en draguant un partenaire compatible, comme on fait les autres de la gauche des centres qui se sont pacsés.

Mais c’est peut-être déjà trop tard pour le vieux solitaire.

So long, cow-boy.

Renaud Favier – 3 décembre 2013 – Facebook Café du matin à Paris – LinkedIn

Café du Matin

Net Land Art  Mad in France        Frenchonomics            Compétitivité 2012 couverture

RF

* * *

Grand soir à #Paris XIIè ! 100% des (vrais) rebelles, et 20% des candidats de #France le 22 Avril ! #RadioLondres

Résultats du 22 avril en France : 20% … des candidats à la présidentielle et 100% des vrais rebelles (Nathalie Arthaud, LO, et Philippe Poutou, NPA) dans le 12è arrondissement de #Paris au soir du 1er tour de l’élection présidentielle 2012 (les chiffres ont un sens …) !

Les citoyens un tant soit politiquement attentifs du XIIè arrondissement de Paris se sont déjà rendus compte qu’on leur propose 2 candidats « sérieux » pour les législatives 2012 (en plus des locaux de l’étape dont les fans ont déjà collé quelques affiches pirates sur les palissades des chantiers et commencé à twitter plus ou moins énergiquement à toutes fins « utiles », et des inévitables représentants des formations politiques et assimilées qui présenteront des candidats dans des circonscriptions urbaines où le collage des affiches n’est pas très coûteux en diesel, où le militantisme actif n’est pas trop vigoureusement repoussé sur les marchés et autres lieux de « campagnage », et où les inscrits sur listes électorales sont raisonnablement concentrés dans des immeubles où l’on peut optimiser le tractage, pour obtenir des financements publics). Ces deux « poids lourds » remporteront au moins les deux tiers des suffrages et devraient se retrouver face à face au second tour des législatives, tout le reste est en principe littérature, n’en déplaise au Parti Pirate officiel et aux autres formations plus ou moins institutionnelles ou corsaires.

La députée PS sortante se représente après un premier mandat sans éclat mais dont elle n’a pas à rougir tandis le représentant de l’UMP cette saison succéde à un très justement oublié parachuté au nom prestigieux qui avait dû être exfiltré après 2 mandats dans une circonscription réputée  « imperdable » qui lui avait été offerte sur un plateau après une étape oubliable et oubliée dans les Sèvres, et au parachuté à roulettes de 2007 qui avait raté son aterrissage, mais il est vrai qu’il avait pris le risque de ne pas faire campagne, ce qui était dommage, surtout dans un arrondissement devenu « perdable » autant pour des raisons socio-démographiques que du fait de l’air du temps sur le « Front de l’Est Parisien », avant même la prise de la Bastille par Jean-Luc Mélenchon.

Mais ce n’est pas le sujet du jour : l’essentiel, le 22 avril 2012, c’est que deux candidats au 1er tour de l’élection présidentielle ont choisi le XIIè arrondissement pour passer cette soirée électorale au coeur du Paris rebelle Post-Saint-Germain-Despriste (et à deux pas de la Paris-Sillicon-Valley du XIIè, mais c’est un autre sujet, même si les rebelles aussi doivent faire bidouiller leurs disques durs ou doper le haut-parleur de leur Mac de temps à autres).

Bref, avec Nathalie Arthaud en réunion publique à l’espace Charenton (dommage, le dimanche ce n’est pas le soir du porc aux coquillage du restau portugais sympa de pas loin) et Philippe Poutou à son QG de l’Est Parisien rue Taine (il faut dire que le Crillon, ça prenait un peu les militants à contrepied), l’arrondissement concentre 100% de la vraie gauche de la gauche et rassemble 20% du total des candidats au 1er tour, ce qui en fait sans aucune contestation possible, ni de la part du Front du Centre de la Gauche dont le leader sera à Stalingrad (Paris, France, pas ex-URSS quand même, déjà qu’il fait froid ici …), moins encore de la part du Parti du Coeur droit de la Gauche dont le chef arrivera à Solférino en milieu de soirée.