#Greenpeace joue les #Hulot contre le #Nucléaire à #Bugey #France : So What ?

Greenpeace a l’humour oldschool avec ses cabrioles en parapente comme au temps de Hulot et Ushuaïa. Mais c’est bien d’avoir respecté la loi en attendant la fin des congés pour démarrer la tondeuse à gazon. Et futé d’avoir choisi le 2 mai, jour du débat Sarkozy-Hollande.

Quant à savoir si le paramoteur à moteur à explosion ou le nucléaire sont des (tran)sports (aériens) dangereux, des plaisirs de vieux riches ou des passe-temps pour ingénieurs français désoeuvrés depuis qu’on a inventé en France le chômisme des cols blancs combiné avec l’exil des talents mobiles, la mise à la retraite d’office des chercheurs et la délocalisation des centres de recherche en Chine ou n’importe où ailleurs et les prodiges de la technologie que le monde entier nous envie même s’il ne les achète pas et s’il ricane un peu sous cape quand un de nos « Concordes » fait faillite ou se crashe, c’est un vaste débat qu’il convient de n’engager que si on a le sens de l’humour bien accroché et pas trop d’idées préconçues dans un sens ou l’autre parce que certaines spécialités françaises, le nucléaire et l’amour notamment, sont quand même un peu compliquées.

Faute de meilleures certitudes, et ce n’est pas un débat à la télévision française qui va régler les controverses d’un trait de plume, on peut espérer que le niveau de risque réel dépend notamment de la qualité de fabrication, de la technique du pilote, du soin apporté au matériel, du bon usage de la machine en père de famille exemplaire (c’est un peu comme la finance) et de la peur du gendarme français.

Evidemment, en cas de crash, on regrettera toujours un peu de ne pas avoir choisi un autre … sport. Ou alors on ne regrettera plus rien du tout, ni personne, et selon les cas et la popularité de la victime, plus ou moins de gens pourront exprimer plus ou moins bruyamment leurs regrets éternels. Mais c’est pareil avec tous les sports mécaniques quand on laisse les ingénieurs français s’en occuper et les politiciens professionnels réguler (c’est vraiment comme la finance).

Evidemment, en général on arrête les dégats dés la première vraie alerte grave et sérieuse, le premier incident réel et préoccupant. Mais un peu de « pression à froid » par des proches (ou des voisins qui en ont marre des nuisances) ne peut pas faire de mal,  pour convaincre les sportifs d’arrêter les c… avant d’avoir un vrai souci, avant qu’il y ait crise cardiaque comme chez les footballeurs ou mort(s) d’homme(s) comme chez les nageurs norvégiens.

Ceci (mé)dit, le coup est plutôt malin de la part de Greenpeace, si c’est sympa de leur part d’avoir fait la promo de la région de Bugey où de vrais agriculteurs de terroir (notamment vignerons), font de magnifiques produits (notamment le vin de Cerdon) et s’ils ont raison de faire du buzz, même si on aimerait qu’ils sortent un peu de leur vieux fond de commerce « Nuklear, nein danke » du temps des SS20 et s’occupent aussi, entre eux campagnes électorales et autres compétitions de parachutisme plus ou moins acrobatique, d’autres causes environnementales méritantes dont les lobbies ont les poches moins profondes et dont les apparatchiks sont moins en effervescence pavlovienne pour cause d’espoirs post-électoraux ou de préparation des vacances au sommet de Rio (no comment sur Copenhague, of course). Ou alors qu’ils militent pour le paramoteur électrique à énergie solaire et  diffusent des informations sur comment ça va autour de Fukushima s’ils sont vraiment accros (acrobates ?) à l’anti-nucléarisme primaire et que les mesures de sécurité autour des bâtiments publics français non nucléaires sont trop renforcées en saison électorale.

Parce que l’ours polaire qui se demande s’il va d’abord se noyer loin des caméras à cause de la fonte de sa banquise, mourir de faim sans avoir été interviewé à cause de la raréfaction de tout ce qui est plus ou moins comestible ou défunter avant toute chose de la radioactivité de ce qu’il trouve encore à boire et manger, voire de l’eau dans laquelle il nage, sans avoir été invité, sinon à Rio comme tout le petit monde de l’écologisme professionnel, au moins à un vidéo-Grenelle sur le développement démocratique durable, il manque peut-être un peu d’humour, en ce moment.

* * *

Pour plus d’informations, lire des #eBook garantis non radioactifs (mais pouvant contenir des traces d’humour) sur http://www.youscribe.com/renaudfavier/, aller se promener sur un blog où on risque pas un de prendre un paramoteur sur la tête http://renaudfavier.com/ ou “liker” un café en attendant le débat à la TV où les candidats parleront sûrement un peu d’industrie, de sécurité, et de compétitivité française en général, de nucléaire en particulier http://www.facebook.com/cafe.matin.paris.

          
          
         
         
       

RF 2 Mai 2012.

Ballon Ballot … #Foot #France : So What ? So Blues ? So … rry ? So Far, So #French, So Good …

Jusqu’ici, tout va bien pour les Bleus (en globish : life is rose under blue sky). Ah ça ira, ça ira … au but (se) dit le public (en globish : Barcelona usually wins, but Chelsea is good). Mais achtung ! s’indignent le chat qu’on n’écoute pas et le ballon qu’on n’entend pas. En français.

Ce qui est certain, c’est que même si des professionnels du show-business marquent un but, et peu importe que le geste soit beau ou pas trop, que le joueur soit exemplaire sur le terrain ou pas vraiment #InRealLife, que ses éléments de langage soient admirables ou plus approximatifs, que les supporters dans le stade ou devant leur écran se lèvent pour l’encourager ou le huer, du moment que l’arbitre valide le but, c’est le résultat du match, la qualification pour la finale et l’obtention du titre qui comptent pour la postérité globale et l’audimat durable. Pas le premier but pas (qui coûte, mais c’est un autre sujet, ou pas). En plus, la seule règle d’or au foot, c’est qu’en principe ça se joue à 11, même si les Espagnols pourraient être 22 sur un malentendu sur le terrain pour la Champions League 2012,  et qu’en général ce sont les Allemands qui gagnent (on notera que Ribery marque pour son équipe d’Allemands et fait gagner le Bayern, honni soit qui mal de la France y pense).

Ce qui est certain, c’est que le chat, quelle que soit sa couleur, va prendre un pain (voire se faire casser un peu les urnes après avoir protestationné pour du vent dans un (bon ?) sens ou l’autre, mais c’est un autre sujet, quoique …). C’est le jeu, peu importe que la règle du jeu soit d’or (dors !) ou (du mal) d’airain (des reins ?). Peu importe que le match retour, la finale et la suite des évènements s’annoncent un peu compliqués, que le nom de l’équipe ou le prénom de la libertine de la 3ème mi-temps soient inconnus (présumés inaudibles ?) du grand public mondial (dans la liste des 100 personnalités qui comptent de Time, il n’y a plus que Christine Lagarde en bleu, cette année). Le public sera content, le spectacle lui plait, comme depuis qu’on a inventé la démocratie autour d’un stade romain d’avant le Bunga-Bung et la communication politique à la TV d’avec le Bunga-Bunga.

Ce qui est certain, c’est que le match ne fait que commencer.

Ce qui est certain, c’est que ballon a encore du souci à se faire, même si une partie du public n’est pas trop motivée par le championnat de France 2012 dont les leaders (en français : « these guys who talk well on TV but don’t walk the talk on the field« ) lui semblent soit un peu « provinciaux » pour la Champion’s League, soit un rien trop « vu à la TV » pour l’esprit du sport « à la française ». Mais déjà que personne à part sa famille (politique) n’écoute ce que raconte le chat protestataire, il ne manquerait plus que les militants supporters doivent s’intéresser à ce que raconte un vieux rond de cuir à pulsion abstentionniste alors qu’ils ont d’autres chats à fouetter le dimanche du match vote, déjà que la télécommande est à la ramasse et qu’on ne sait même pas à quelle heure les TV francophones belges, suisse ou whatever works sur internet ou wherever, vont annoncer le résultat du match.

Ce qui est certain, c’est que quoi qu’en pense (ceux qui fument … ? ceux qui mettent les enveloppes dans les urnes ? ceux qui préfèrent les enveloppes sous … ?) le gazon, peu importe les indignations et autres discours des chats plus ou moins réveillés par les bruits de votes, tout le monde se fiche de ce que pensent les veaux trucidés, avec ou sans anesthésiant, pour faire le ballon : un grand coup de pied quelque part s’annonce même si jusqu’ici tout va raisonnablement bien pour presque tout le monde dans la fourmillière française (et si la plupart des commentateurs étrangers voient plus un rassemblement de cigales irresponsables et/ou abstentionnistes qu’un peuple de fourmis concentrées pour éviter le but contre son camp et/ou marquer dans les arrêts de jeu) au pays de (la promo) Voltaire où l’on sait que tout peut aller pour le mieux si l’on cultive son gazon.

Ce qui est certain, même si ça ne résoudra rien #InRealLife pour les citoyens français électeurs contribuables et candidats  … à l’emploi, et même si ça n’empêchera, ni Messi d’être un joueur vraiment exceptionnel, ni probablement pas les Bleus d’être ridicules au foot en championnat d’Europe des Nations cet été de l’autre côté du rideau de bière en attendant la prochaine coupe du monde réel en 2014 au Brésil, c’est que le Facebookotantisme qui casse les urnes en français à la saison du Bunga-Bunga électoral à 500 km autour du centre de Paris devrait bientôt s’évaporer dans le cloud (la fumée, en globish français). Et c’est plutôt une bonne nouvelle, même si ça ne fera pas disparaître le vuvuzuelisme plus ou moins politisé de tous les terrains de jeu réels ou virtuels (quant à savoir combien le roi d’Espagne en cure d’austérité a dézingué d’éléphants au Botswana ou ailleurs dans sa vie, c’est un autre sujet, une autre crise, ou pas) et s’il ne faut jamais vendre, ni d’ailleurs acheter, la peau de tel ou tel animal tant que le match n’est pas terminé (ni, au demeurant, tuer les animaux avec ou sans défenses pour espérer réveiller chimiquement une virilité rendue défaillante par les abus de sièges en cuir chauffant et autres abus de pâtes aux truffes).

Mauvaise nouvelle pour les geeks supporters ? Malheur aux Twittos (des camps) vaincus ?

En attendant, même s’il y aura beaucoup de bruit (d’où l’intérêt des isoloirs) au stade de France et une retransmission en direct (about nothing ?) à la télé de France de la finale entre Quevilly et … qui d’ailleurs ?, c’est ailleurs que ça se passe, on dit même que les résultats des élections françaises s(er)ont connus sur Twitter (et peut-être par des médias français amateurs de buzz) avant d’être annoncés par les Guignols de l’Info l’arbitre de France.

* * *

Let’s Dream 2012 in #Paris the « OldSchool » Way 😉 * w/ Harry Bellafonte « Island in the Sun » – http://rf2012.wordpress.com/ … ♫ http://blip.fm/~1b1b2y

Let’s Dream « NewSchool » (?) 😉 * w/ Anggun « Une Île » –  http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-d … ♫ http://blip.fm/~1b1b1s

Let’s Dream in #Paris 😉 * w/ Carla Bruni « La Possibilité D’une île » – http://mer.glenatlivres.com/livre/le-rev… ♫ http://blip.fm/~1b1b1a

#Presidentielle #France Vais-je voter en fonction des réseaux sociaux internet ? Non Attendre 18h30 et voter + ou – #utile au 1er tour ? Oui

Renaud Favier : France & Facebook est sorti de presse! http://bit.ly/g8PTOA

Renaud Favier, le Journal est sorti de presse! http://bit.ly/dQneRc

Parfois, le rêve d’une île … se concrétise dans une librairie sympa. Merci @ #Glénat & LeCarrer pour un bon bol d’air http://mer.glenatlivres.com/livre/le-reve-d-une-ile-9782723477505.htm

L’Inde tire avec succès son 1er missile nucléaire longue portée http://bit.ly/JMDAXw Retweeted by Renaud Favier

#Présidentielle #France Annoncer les résultats avant 20h, ça risque d’inciter qqes négligents à se bouger : so what ? http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-debat-de-societe/so-what-3-1481205

#Présidentielle #France Annoncer le résultat du match avant la fin, c périlleux de nos jours, les buts sont souvent marqués en prolongation

Le foot se joue à 11 et l’#Allemagne gagne en général : le #changement, ça sera(it) 1 finale Champions League #Barça #Real avec 22 Espagnols

Fuite avant 20 heures : les propos de Sarkozy prennent de court les gardiens de la loi http://bit.ly/HRNdsZ Retweeted by Renaud Favier

Hollande sur BFMTV : j’ai « l’obligation de réussir » – http://BFMTV.COM http://bit.ly/IUQFCC Retweeted by Renaud Favier

@Iro RT « Astérix voterait Dupont-Aignan & Batman Le Pen – 20minutes.fr http://bit.ly/Jh69g6  » – Qu’en pensent Tanguy et Laverdure ? 😉 In reply to Aon

#Drogba #Chelsea a marqué et gagné le match aller : So What ? Au #Football comme aux élections, seule la finale compte http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-debat-de-societe/so-what-1382469

Si vrai qu’aux #USA résultats côte Est sont annoncés avant fermeture bureaux de vote côte Ouest, polémique en #France = retard d’une guerre

#Drogba scored : So What ? Chelsea won : So What ? #Barcelona will win next and reach Champions’ League Final anyway (So What ?) #Football

Au #Football, seules 2 choses comptent durablement, buts et titres : on oubliera le match de #Drogba, on oubliera le match de #Chelsea

Il y a vraiment des amateurs de #football pas anglais ni inconditionnels de #Drogba pour soutenir #Chelsea ce soir ?

#Football : #Chelsea #Barcelone sur #TF1, ça réconcilie avec TF1 et ça devrait réconcilier avec le foot professionnel à la TV

#Football : la généralisation des victoires sur le fil à la 90è minutes, c’est bon pour les pubs et le suspense mais c’est un peu dérangeant

ça ne va « pas pire » en #Europe (#France #Italie #Espagne #Grèce…) … si c’est le #FMI qui le dit … http://viadeo.com/s/fU0QY

ça ne va pas plus mal en #Europe (#France #Italie #Espagne#Grèce …) … si c’est le #FMI qui le dit … http://lnkd.in/2_7ViU

ça ne va pas plus mal Europe (#France #Italie #Espagne #Grèce …) … si c’est le FMI qui le dit …… http://fb.me/1ES524pUg

D’après le #FMI, ça va (un peu) mieux en #Europe : So What ? http://wp.me/pJjbe-4p3

RF 19 avril 2012.

En tout cas, il n’est pas contre-indiqué de vivre dans un pays au talent en pointillés au foot mais champion du monde de campagne électorale française plus ou moins permanente pour profiter de eBooks à l’esprit citoyen sur une plateforme électronique made in France, “liker” Café du matin à Paris sur Facebook, ou surfer un peu à gauche, à droite et ailleurs “en attendant le match de dimanche”.

          
          
         
     
       

Le slip français, après les Lip français, une certaine idée du changement (de slip) en France…

Il serait dommage d’avoir perdu le sens de l’humour au point de ne pas sourire de la campagne … publicitaire d’une marque de slips « made in France » qui surfe joyeusement sur la com des candidats à l’élection (non, pas l’érection, honni soit qui mâle slip pense…) présidentielle.

Non pas que la performance économique de la toute jeune entreprise, qui sous-traite sa production à une petite usine en Dordogne elle même récemment reprise au terme d’une descente aux enfers hélas trop classique dans l’industrie textile française, soit encore à la hauteur des géants globaux de la confection ou en mesure de déclencher une vague de licenciements chez Pôle Emploi, mais les 4000 slips vendus en quelques mois constituent un joli succès d’estime et ont assuré une part non négligeable du plan de charge du sous-traitant. C’est, peut-être, le début d’une aventure d’entrepreneur assez habile pour « rider » sur l’air du temps, et en tout cas une bonne vague médiatique pour un jeune HEC (26 ans) dont le moins que l’on puisse dire est que s’il a usé ses fonds de culottes sur les bancs standards de la méritocratie héréditaire hexagonale, il a osé braver les modes étudiantes en bousculant au passage les conventions vestimentaires. Ce n’est pas « Rasta Rocket », mais c’est cool, man !

Même si on ne peut immédiatement conclure que le bonheur est dans le slip en Dordogne comme il est réputé dans le pré dans le Gers, à tout le moins peut on supposer de la relative proximité géographique (vu de Paris …) qu’un des candidats devrait avoir assez d’humour corrézien pour ne pas en vouloir au jeune entrepreneur d’avoir un peu joué avec son image pour mieux relever l’emploi dans le Sud-Ouest.

Quant à l’autre candidat clairement marqué « Sud-Ouest » et encore plus spécifiquement attaché au « Produire en France », on pourrait même se demander s’il n’aurait pas intérêt à s’approprier le slogan détourné pour redonner de la vigueur à sa campagne un peu ramollie après un départ convaincant, si on n’avait pas le sentiment que le troisième homme manquera un peu d’humour tant qu’il ne sera que bon 5ème dans les sondages.

On ne peut par ailleurs imaginer une seconde que le sénateur candidat des luttes populaires mais de classe, par ailleurs réputé doté d’un des meilleurs sens de l’humour du politicosme même s’il est mis un peu en mode « veille » pendant la campagne électorale, puisse ne pas verser une larme révolutionnaire mêlée d’émotion ouvrière en constatant qu’à un minuscule mouvement (groupuscule ?) près, « le slip français » devient « les Lip français ».

Même le citoyen candidat président, dont les détracteurs considèrent qu’il laisse la France en slip mais les supporters soulignent qu’il a su en protéger avec vigueur toutes les parties, même s’il n’a pas pu faire de miracles, est obligé de reconnaître que ce détournement de son affiche de campagne 2007 est élégant …

… et que celui de l’affiche de 2012 est nettement plus flatteur que ceux que quelques centaines de geeks plus ou moins opposants et plus ou moins talentueux s’étaient amusés à inventer avec l’application internet proposée par les jeunes socialistes, et peut-être même plus … excitant que l’original.

Quant aux femmes de la campagne, parité et égalité de présence média oblige même s’il est improbable que leurs scores soient nettement plus significatifs que ceux des deux messieurs « snobés par les « détourneurs », elle ne sont pas oubliées par la marque qui proposera d’ailleurs « bientôt » une gamme « Pour Elle ».

      

A une exception près, toutes les interprétations étant possibles pour ce qui pourrait s’expliquer politiquement, voire commercialement, mais qui n’en reste pas moins un manque de (radio ?) courtoisie vis à vis d’une femme qui est à preuve du contraire le troisième homme de la campagne et dont même ses (nombreux) ennemis ou adversaires admettent qu’elle « en a dans le slip ». Mais une très petite entreprise n’a pas les moyens de s’offrir toute la communication qu’elle souhaiterait et c’est peut être juste une négligence bien compréhensible pour un dirigeant de PME par définition occupé à gérer les urgences au four et au moulin, à s’occuper de l’intendance, des finances et du marketing, entre autres.
Et même du cadrage des photos de promo, parce qu’on sait bien que, avec ou sans le Pen de l’un ou l’autre sexe, tout est dans les détails, quelle que soit la taille ou la couleur du diable slip (ou le pays de fabrication de la machine à coudre, mais il y a prescription) …
Last but not slip, en tout cas, une vidéo complète l’arsenal pour un buzz d’enfer.
.
.
Il serait déplacé, voire de mauvais goût, de souhaiter « bon vent » à l’entreprise à laquelle la bonne humeur sert à l’évidence de Viagra naturel. Et pessimiste, voire de mauvais esprit, de signaler que si jamais le succès commercial venait à s’essouffler, le personnel pourra peut-être se reconvertir dans la maroquinerie de haut de gamme comme les « Lejaby », quitte à devoir envisager des circuits de distribution un peu plus spécifiques pour des dessous en cuir. On peut de toute façon féliciter les parties prenantes à cette jeune réussite française à l’humour un peu gaulois, mais jamais grivois et toujours « So French, so Good Chic ».
    
* * *

RF 1er avril 2012. Retour vers des e-books et autres publications en français qui ont du slip et la dose d’humour réglementaire recommandée par les normes européennes en vigueur pour passer un excellent 1er avril sans avoir les boules.

          
          
         
       

#France 2012 : même pas une équipe de foot, mais ça promet

C’est la crise ! En 2002, on avait 16 candidats à la présidence de la République ; en 2007, il en restait 12 ; cette année, on n’a plus de quoi constituer une équipe de foot : l’espoir pour la France, c’est que parfois ça galvanise l’équipe de jouer à 10. Et/ou déstabilise les adversaires.

Le capitaine souhaite jouer la seconde mi-temps. Ses supporters canal historique sont plutôt pour parce qu’il a essayé de faire le job et que ce n’est pas seulement sa faute si ça n’a pas marché. De fait, après un début un peu brouillon, il a au moins cessé les coups de boules.

Personne n’est sûr que son rival qui veut le brassard de patron soit au niveau sportif mais les apparatchiks du foot pro n’ont pas de meilleure suggestion et le public de la coupe de France aime bien les surprises de joueurs amateurs provinciaux qui renversent la table.

Quant au 3ème prétendant, celui qui espère que le capitaine sera expulsé et que le remplaçant a oublié ses chaussures, il a ses supporters mais même ses groupies savent qu’il a dynamité son club et qu’il joue pro, mais en division d’honneur, depuis 30 ans.

Les nostalgiques des belles équipes qui perdaient avec (+ ou -) de panache et autres amateurs du foot pieds nus dans la rue ont leur favori mais il faudrait vraiment un très gros malentendu pour qu’il lui suffise de râler avec éloquence pour prendre le brassard.

Quant aux verts, ils se trompent de match depuis une éternité, leur casting est pathétique depuis des siècles et leurs éléments de langage consternent leurs supporters amoureux les plus transis, mais cela n’empêche pas leur star du moment de (se) faire (des) illusion(s).

Sinon, les autres sont sur le terrain pour regarder passer les ballons pendant que leurs collègues non sélectionnés coupent les citrons : ça ne fera pas gagner la coupe du monde mais c’est un entrainement à bon niveau et ça fera plaisir à leurs amis de les voir à la TV.

Ce qui est incompréhensible, c’est que l’équipe de France joue déjà à 10 alors que celui qui est en principe le méchant que l’arbitre devait expulser est encore sur le terrain. Et plutôt en forme, d’ailleurs. Parce qu’à 9 contre 1, ça va laisser pas mal d’espaces aux adversaires.

Allez France ! quand même.

Comme le foot en salle de meeting coûte un peu cher aux organisateurs (lire : « aux contribuables qui financent les petites entreprises politiques ») et aux spectateurs (lire : »aux citoyens amenés en transport public subventionné ou en bus financé par le contribuable cf supra), que le public des marchés, sorties de stations de métro et autres salons (de l’agriculture, du livre ou whatever évènement mondain où les visiteurs citoyens font la queue sous la pluie ou le soleil trop chaud pour pouvoir payer leur billet pendant que les notables et autres invités boivent une coupe au salon VIP climatisé) n’est pas tellement passionné par le serrage de mains ou les prospectus et que le principe d’égalité des temps de parole à la TV va amener les téléphiles les plus fanatiques à regarder les chaînes étrangères sur le câble ou à passer au replay sur ordinateur, c’est sur Twitter que les joueurs et leurs supporters attendent leurs adversaires de pied ferme … peut-être.

* * *

RF 20 Mars 2012. Retour vers des e-books et autres publications plus ou moins sur l’avenir en chantant (enchanté ?) urbi et orbi, plus que moins sur le présent Ubu etc … avec la dose d’humour réglementaire recommandée en saison électorale 2012 en France.