Les #GiletsJaunes, un genre de désordre juste, voire une bizarrerie façon puzzle au pays des Tontons Flingueurs ?

La pagaille en France et en pleine paix qui nuit à presque tout le monde pareil en brûlant autant les poubelles que les Porsche (en leasing que ce soit une bagnole de fonctions -sic- ou de pribbvilégié non salarié un brin organisé, y’a plus que les pauvres même pas éligible au crédit gratuit et les investisseurs en Pinel qui achètent leur bagnole, alors ça en secoue une sans agiter l’autre aux ceusses qui n’auront qu’à téléphoner à la boite de leasing pour en demander une autre), en bloquant autant les carrefours à ploucs de bleds du bout du monde que les matchs du PSG à la télé pour les ramollis du bulbe capables de claquer 150 euros de RSA pour un déguisement de mercenaire millionnaire du foot spectacle ou un billet pour aller beugler dans un stade, et en faisant tâche d’huile convergente dans les transports (dits) publics et l’éducation (dite) nationale en dehors des départs en vacances scolaires pour emmerder autant les otages des syndicats que les citoyens pas dépendants des zadistes d’hiver et/ou avariés, ça a une certaine élégance morale, sinon vestimentaire, et puis ça doit faire marrer les fans des Tontons Flingueurs …

Ça sent le bizarre, dirait Audiard, mais vive la France …

C’est pas le week-end où venir garer sa bagnole dans les beaux quartiers pour faire ses courses de Noël à Paris, en tout cas …

RF – 7 décembre 2018

PS : finalement, c’est de droite, de gauche, ou façon puzzle, ce binz ?

#14juillet 2017 … vaste programme

Avant la Révolution, personne, évidemment, ne fêtait le 14 juillet (double célébration de la rustique, voire virile, prise de la Bastille en 1789, et de la plus pacifique, voire joyeuse, Fête de la Fédération, en 1790), officiellement instauré en, 1880 par la IIIème République naissante, en l’honneur des pères (pairs ? paires ? pires ?) fondateurs de la République Française.

Jusqu’au grand coup de torchon anticolonial d’après la seconde guerre mondiale, le 14 juillet fut, ainsi, le jour de l’honneur aux couleurs, et de naissance des ‘Fetnat » dans les terres où l’on appelait plaisamment les enfants, toucouleurs ou pas, selon le prénom du jour dans le calendrier des PTT … c’était (pas si mal) avant (la télé génération Canal).

En (an ?) 2016, terreur sur la ville de Nice, tristesse en France, peur à Paris et orbi.

2017, les pisse-vinaigre (trop) vus à la télé et leurs fans génération nuitdebout ou twittos encore moins mûrs du bulbe aboient, le monde libre résiste, les soldats américains, et les nôtres, défileront devant le Président américain, et le nôtre, célébrant autant la fête nationale de la « Grande Nation » d’avant, que le centenaire de l’entrée en guerre mondiale, en 1917 (année de la Révolution Russe, ironiquement coïncidisch, nicht ?), de l’Empire de maintenant (L’Express).

Le 14 juillet, c’est aussi de la diplomatie globale (Euronews).

Le (vaste) programme (France 24) …

Joyeux 14 juillet !

RF – Juillet 2017

PS : mergitur, nec mergitur (Tour Eiffel ? Tour de France ? Détours ?)

‪Les troisièmes couteaux de fin de quinquennat sont (aussi) pi(t)res (et dangereux) que les autres‬

Au début de la fin d’un quinquennat, ou de toute mandature plus ou moins politique où la règle du jeu est de s’appuyer sur des proches ne vous ayant pas encore trahi(e), renvoyer l’ascenseur (social, socialiste, ou juste plus confortable et rapide que l’escalier et autres longues marches) à ceux qui vous ont aidé à conquérir la sinécure, et caser des amis amateurs de fromages républicains, et vice(s)-versa, quand les opportunistes des cabinets, cyniques des couloirs, et réalistes habiles de jamais très loin des ministres à durée déterminée et autres puissants provisoires se font parachuter à la cour des comptes s’ils sont fonctionnaires, envoyer sur un emploi réservé aux pistonnés dans une grosse boite plus ou moins publique s’ils savent compter jusqu’à 10 (après, les syndicats ont exigé qu’on ne teste plus les aptitudes et compétences, parce que trop de leurs protégés échouaient en continuant « valet, dame, roi, as … »), et placardoriser dans un observatoire solidement parapublic, un thinktank bien subventionné, ou toute riche association fidèle du pouvoir en place servant essentiellement à fournir des emplois fictifs et des tickets restochic, ont commence à sentir le souffle chaud des troisièmes couteaux dans notre bon dos de citoyen tribuable électeur et toussa-touça, non ?
Je ne dis pas ça (que) pour les sous-fifres nommées plus ou moins conseillers techniques ministres parce que personne ne veut être responsable de l’inculture, de l’inéducation, du chômisme, des migrants, des maladies plus ou moins contagieuses, des injustices ou du football, entre autres désastres volontaires de maintenant, ni pour les plus ou moins vieux crabes pas encore nommés présidents d’un truc chicosse genre le conseil constitutionnel (on dit que Fafa et Ségo se chamaillent sur le coup) ou , moins encorei pour Harlem Désir qui est sauf erreur ou omission toujours vaguement secrétaire d’état d’un truc géré par un conseiller technique de l’Elysée, mais un gouvernement avec un stagiaire de la banque Rothschild à Bercy, un intérimaire minoritaire (honni qui « aussi minus et bas du sondage que son boss » y pense) à Matignon, et un bébé joufflu pour s’occuper du Tafta, ça sent pas le Sapin tibulaire, mais presque.

RF 5 novembre 2015
Nb, pour la vidéo de Lavilliers, que c’est un dénommé Chris Tof qui est responsable de la mise en ligne et du texte d’accompagnement, moi j’ignore ce qu’est NWO et je mets des majuscules aux noms propres, fussent-ils de saltimbanques retirés de la rebellitude de salon depuis longtemps.

Podemos, no ! Ciudadanos, si ? Sinon, « Uber-iser » la politique ?

uber2

La fessée infligée aux partis politiciens espagnols reflète moins l’émergence d’alternatives constructives crédibles, que le rejet d’écuries ayant échoué (rappelant en cela les partis français dits « de gouvernement ») à produire autre chose que des champions de l’échec économique et des cracks de la corruption (de la) politique.

Mais Podemos est au pouvoir à Madrid (à Barcelone, c’est autre chose, le régio-nationalisme

L’avenir dira si « Podemos » est autre chose qu’une fuite en arrière.

Mais, what else ?

Une Uber-isation de la vie politique est-elle une option, voire une solution en vieille Europe, notamment en France, où la perte de libido pour la politique semble pousser une inquiétante majorité de cartes d’électeurs entre les fronts de protestationnismes extrêmes et l’abstentionnisme ?

L’idée est, sinon convaincante, intellectuellement stimulante, cf un papier attribué à un certain « Tetreau » (trop lisse pour être vrai, le profil de gendre idéal HEC tchatcheur dans le web est vraisemblablement un avatar avec fiche wikipedia bidon, mais peu importe) dans Les Echos : http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/021106266923-vivement-l-uberisation-de-la-vie-politique-francaise-1124576.php

Sinon, what else ?

RF – 12 juin 2015

P… seulement 3 ans ! (donc encore 2 ans de Hollande à Paris et orbi, en principe)

Hollande Canal 19 avril 2015

Le stagiaire hécéna de l’Elysée à « Alors, raconte » sur Canal+ le 19 avril – Crédit Canal+

Qui pouvait imaginer, il y a trois ans, que le successeur de François la mite serait une telle calamité ? Bien sûr, personne n’a voté pour lui, sinon par réflexe identitaire pour les Français dits (autoproclamés ?) « de gauche », et par déception (voire détestation) pour une partie de l’électorat réputé « de droite » (normale), mais il a été démocratiquement élu par une majorité de 51%, et NOUS l’avons installé sur le trône parisien de roi impuissant, sinon fainéant, au milieu de courtisans partisans, sinon sectaires. Cf Le Point http://www.lepoint.fr/invites-du-point/philippe-tesson/tesson-hollande-du-president-normal-au-roi-faineant-20-04-2015-1922879_543.php

Hollande Suisse Avril 2015

François Hollande en Suisse avec sa cour, en avril 2015

Et le Président exemplaire de la France de maintenant pour encore deux ans (P… ! 2 ans !) n’est guère plus surdoué loin de Paris (on se souvient de sa bourde au Japon où, en décalage horaire et sortie d’avion mais cela n’excuse rien, il avait confondu Japon et Chine dans un discours offciciel, créant un malaise sérieux, et de sa photo en tenue « traditionnelle » d’un pays d’Asie Centrale qui avait fait buzzer les geeks de tous bords et hurler de sourire -jaune pour certains- les twittos de tous âges pendant une semaine) … Cf (encore) Le Point http://www.lepoint.fr/insolite/un-homme-fait-un-doigt-d-honneur-lors-d-un-selfie-avec-francois-hollande-17-04-2015-1922304_48.php

hollande-doigt-3165650-jpg_2818732_652x284

Voyage officiel en Suisse de François Hollande en avril 2015 – La « quenelle » n’y a peut-être pas la même connotation qu’en France … –  Crédit Le Point © Thomas Hodel/AP/SIPA

P… encore 2 ans !

P… c’est looooonnnngggg …

Renaud Favier – 20 avril 2015

Parce qu’ils ne valent pas grand chose … Parce que vous le savez bien …

Les_combinards

Avant que la politique ne devienne le plus facilement rémunérateur métier de France (record pour le Conseil de Paris, élection par parachutage sur liste, zéro boulot, 4000 euros, ni obligation de présence, ni impératif de travail, le paradis des gagne-petit paresseux de la politiciennerie à la française), ceux (et celles) qui trouvaient fatigant ou difficile de pratiquer le plus vieux métier du monde à l’air libre ou dans les hôtels (honni qui Carlton y pense) se débrouillaient comme ils (elles) pouvaient en passagers clandestins de l’ascenseur social(iste) des Trente Glorieuses (honni qui « parce qu’il le faut bien » et/ou au délicat amour de l’héritière de l’Oréal y pense en regardent « Les Combinards », film de 1965 avec entre autres les hilarants Darry Cowl et Michel Serrault, avant que la publicité plus ou moins mensongère, les spectacles berlusconiens, la politique et autres jeux de télé-réalité bien rémunérés ne saturent irrémédiablement les écrans de l’ORTF http://www.youtube.com/watch?v=Wjt3ZtRp6y4).

Dans « combinard », il n’y a pas que « bi » …

RF – 17 mars 2015

To vote or not to vote ?

funny-vote-for-nobody-sign-politicsHeureusement, les Français ne parlent pas anglais, sinon ils pourraient être tentés de voter pour personne …

Vive la République, mais il va falloir trouver des politicien(ne)s moins consternant(e)s que celles et ceux de maintenant pour l’incarner dignement sans la rapetisser, la diriger honnêtement avec bon sens (et si possible un peu d’humour), et la laisser au moins aussi propre que notre génération l’a trouvée … http://www.facebook.com/pages/République-Française/674628339248488

RF – 12 mars 2015

Avant, on avait les dîner de cons bavards, à Paris … mais c’était avant … maintenant c’est la saison des bonnes bouffes de connards baveurs

Placide Fillon Jouyet

Tout le monde ne peut pas être (au dîner de con des) sans dents – Crédit : Placide

Le menu du chic repas (trépas ?) des deux navets de choc (un seul navénarque à table, l’ancien Premier Ministre n’a pas usé ses shorts en flanelle sur les bancs de l’usine à hauts fonctionnaires politisés, lui) Fillon et Jouyet (payé sur note de frais #UMP, frais de bouche #Elysée, ou par l’un des exemplaires convives avec ses propres (sic) deniers de Judas ?), ça devait être un connard au sang bien (arroseur) arrosé.

Renaud Favier – 10 novembre 2014

Astérix

Rien de nouveau chez les Gaulois, hélas … – Crédit Goscinny Uderzo

Houston, we have a problem in #Paris, #France …

Françosi Holande Rain ManAu début du quinquennat de François Hollande, ses électeurs les plus lucides et les observateurs étrangers voulaient espérer que ce serait Jean-Claude Duss à l’Elysée, que sur un malentendu, ça pourrait marcher.

Quand il a nommé Manuel Valls à Matignon, tout le monde a voulu croire que la 2ème moitié du mandat serait moins pi(t)re.

Hélas, on est passé de « Les Bronzés sous la pluie » à « Rain Man is back, and he is bad » …

RAIN MAN

Renaud Favier – 11 octobre 2014