Dans #Eurovision, il y a « Europe » et « Vision » … et en France, on a Twin » et « Twin »

Le trio "Twin-Twin", désigné pour porter le drapeau français à l'Eurovision 2014

Le trio « Twin-Twin », désigné pour porter le drapeau français à l’Eurovision 2014

Un sondage d’internautes a décidé que la France sera représentée par le trio dénommé « Twin-Twin » à l’Eurovision 2014. Soit. Ce n’est pas plus voué à l’échec que ne l’eût été une désignation par ministère ou vote d’intermittents caviar au théâtre du Rond-Point des Champs-Elysées.

twin-twin

On ne peut en tout cas que difficilement contester que « le trio déjanté envoit grave« , ni que « les mecs cultivent un style trop hype » cf pleaz.fr http://www.pleaz.fr/non-classe/twin-twin-oh-yeah/

twin-twin

Twin-Twin – Crédits : Pleaz.fr

Jusqu’à preuve et/ou éventuel jugement du contraire par un tribunal, la triplette est présumée innocente des accusations de plagiat d’une chanson de Stromae, et on peut donner acte à ces artistes d’avoir leur propre « style, mix de chanson,d’électro, de hip-hop et de rock » (avec un gros peu de slam) cf musiquemag.com : http://musique.jeuxactu.com/news-twin-twin-accuse-d-avoir-plagie-stromae-pour-moustache-16248.htm

twin-twin-video-52937b71eaa06

Twin-Twin – Crédits musique.com

Et puis, Twin-Twin pourrait emballer le public et le jury de l’Eurovision, parce que « sur scène leur rockelectrohiphopslam est totalement explosif » cf la coopérative http://www.lacoope.org/artiste/twin-twin

twintwin2_theo-gennitsakis

Twin-Twin – Crédits : lacoope.org

Mais ce serait superficiel de les juger seulement sur leur style, voire leur look, alors que les auteurs de « Moustache » sont des artistes complets, cf le texte de leur titre de combat, dont l’honnêteté oblige à reconnaître qu’il est moins vide de sens que pas mal de chansons de maintenant (no comment) et d’avant (les yé-yés, c’était quelque chose), moins mensonger que la plupart des éléments de langage des politiciens en campagne électorale et/ou pour sauver leur fromage ministériels ou parapublic, et pas pire que les discours des abonnés aux plateaux TV de commentaire sur l’actualité du monde réel, les frasques des politiciens de France et orbi, la météo et la pollution aux heures de pointe du Vélib’, ou la vie nocturne des VIPeople et autres footballeurs à Paris et outre-périphérique.

Quelque chose me manque
Mais quoi?
Je veux ci, je veux ça…
Quand j’dors j’fait des rêves en dollars
Tous les jours, j’ai un nouveau costard
Chez moi, tout est neuf, tout est beau
Le monde pleure derrière mes rideaux
J’m’en fous
J’habite au dernier étage
J’connais même pas ma femme de ménage !

Y’a du cuir dans ma voiture
L’odeur de mon parfum me rassure
Je n’aime pas montrer mes émotions…
A la salle de musculation
Je soulève quelques poids et altères
Mon corps est une machine de guerre
J’ai tout ce qu’on rêverait d’avoir
J’ai p’tre tout, c’est vrai…

Mais moi, je voulais
Une moustache !
Une moustache !
Une moustache !

I wanna have a moustache
a moustache
a moustache
quiera un bigote

Je veux ci, je veux ça…
Y’en a jamais assez pour moi !
C’est comme si, c’est comme ça
Y’a toujours un truc que j’ai pas !
Je veux ci, je veux ça…
Y’en a jamais assez pour moi !
C’est comme ci, c’est comme ça
Y’a toujours un truc que j’ai pas !

Je veux ci, je veux ça…
C’est comme ci, c’est comme ça !
Je veux ci, je veux ça…
C’est comme ci, c’est comme ça !
Y’a toujours un truc que j’ai pas !

Alors j’en rajoute encore
Des tonnes de choses derrière mes placards
J’ai des amis quand même…
Et  même, j’ai des amis qui m’aiment
J’me dis , j’ai tout pour plaire
J’ai tout, j’ai  le monde à mes pieds !
C’est fou, j’ai tout ce qu’on rêverait d’avoir
J’ai peut-être tout c’est vrai…

Mais moi, je voulais
Une moustache !
Une moustache !
Une moustache !

I wanna have a moustache
a moustache
a moustache
quiera un bigote

Je veux ci, je veux ça…
Y’en a jamais assez pour moi !
C’est comme ci, c’est comme ça
Y’a toujours un truc que j’ai pas !
Je veux ci, je veux ça…
Y’en a jamais assez pour moi !
C’est comme ci, c’est comme ça
Y’a toujours un truc que j’ai pas !

J’ donnerai tout ce que j’ai…
Contre une moustache
Maintenant je sais
C’que j’veux c’est : une moustache !

Je pourrais tout laisser, tout donner
Pour une moustache !
J’ai peut être tout c’est vrai
Mais pas c’ que j’voulais

Je veux ci, je veux ça
Y’en a jamais assez pour moi !
C’est comme ci, c’est comme ça
Y’a toujours un truc que j’ai pas !
Je veux ci, je veux ça
Y’en a jamais assez pour moi !
C’est comme ci, c’est comme ça
Y’a toujours un truc que j’ai pas :

Une moustache !

twin_twin_2014

Twin-Twin – Crédits concertlive.fr

Wait and see le concours Eurovision, what else ?

Renaud Favier – 15 mars 2014 – Facebook Café du matin à Paris – LinkedIn

Let's Walk the Talk

PS : Twin-Twin slamme même du rock http://www.youtube.com/watch?v=0cWtDJ7n-fA

PS 2 : On va tous très bien en France … http://www.youtube.com/watch?v=6a5xix1kzvg

PS 3 : Twin-Twin a la French Touch … http://www.youtube.com/watch?v=3ex6i6upvU8

* * *

Eurovision France

Crédits : Olivero

Dégoût de la politique … Dégoût des autres … What else à Paris ?

Degout

Le dégoût des Français pour la politique et les politiciens, quelles qu’en soient les couleurs, ça ne se discute pas … avec le café, si on n’a pas le coeur bien accroché.

On n'aime pas

Et une soif franchement masochiste pour les sujets qui consternent.

Vomir

Pas besoin de longs discours de champions de grands oraux, de dessins de consultants, moins encore de vidéos sur réseaux sociaux, de twits d’éléments de langage de communicants politiques, ou de powerpoint de gourous conférenciers encore plus chers que des avocats stars …

DSK-traité-de-mi-homme-mi-cochon-par-son-ex-éprouve-du-dégoût-e1361532275538

La radio France Info fait, en deux minutes, un bref survol, superficiel mais pertinent, presque clinique, de la situation au 18 octobre 2013, entre le (médiatique) patakès Leonarda, les (discrètes) carabistouilles budgétaires, et la (triste) bouillabaisse des primaires marseillaises du PS : http://www.franceinfo.fr/politique/l-info-politique-le-7h40/les-francais-et-le-degout-de-la-politique-1180883-2013-10-18

logo

Alors, l’affaire Leonarda, petit électrochoc ou mini cerise sur un mauvais mille-feuille perpétuel auquel les Français sont tellement habitués qu’ils l’avaleront comme bûche de Noël, puis s’en contenteront comme pâtisserie de Pâques, avant d’emporter les restes pour le pique-nique sur la route des grandes vacances ?

Rive Gauche

Vaste question

Nihilisme

Ceci twitté, si on est trop dégoûté par la politique pour en supporter même un quart de page dans le journal avec le café au comptoir ou deux minutes à la radio du bistrot, on peut se brancher le baladeur sur FIP, Nostalgie, Radio Classique ou Le Mouv’, selon ses goûts musicaux, et lire un vrai bouquin, pour se changer les idées (ou pas) et s’aérer le neurone pendant les vacances scolaires. http://www.decitre.fr/livres/degout-9782362790263.html

Dégoût

What else ?

Renaud Favier – 18 octobre 2013 – Café du matin à Paris – Compétitivité – English

Qu’on soit normalement supporter politique et/ou sportif (c’est comme intégriste religieux, mais plus facile, on n’est pas obligé de lire un livre), énormément militant canal historique, ou pas très impressionné, ni intimidé, par les politiciens français contemporains baisocrates, alcooliques, baisocrates alcooliques, ou d’autres partis (pastis ?), on peut télécharger des livres électroniques, gratuits ou au prix d’un café en terrasse dans un quartier normal de Paris, sur la plateforme française Youscribe (nb le format pdf disponible sur Youscribe est assez pratique sur grand écran et moins fantaisiste que ePub à l’impression en format A4), ou sur Amazon pour les contribuable patriotes exemplaires défenseurs en mode über-tartuffe de première catégorie des librairies, et de l’avenir d’une certaine idée de la civilisation. Quelques exemples en cliquant sur les icônes ci-dessous.

               
               
         
           
          

Et il y a aussi du plus « atypique » (et gratuit).

Bad in France Couverture         
Et du plus « business » (gratuit, of course).
Frenchonomics Small           
. . .
Le bonus : Parachute doré … http://www.youtube.com/watch?v=pKtagopaSIA
Bonus 2 : Rêver, c’est déjà ça … http://www.youtube.com/watch?v=jBIWL9S32QQ

Ballon Ballot … #Foot #France : So What ? So Blues ? So … rry ? So Far, So #French, So Good …

Jusqu’ici, tout va bien pour les Bleus (en globish : life is rose under blue sky). Ah ça ira, ça ira … au but (se) dit le public (en globish : Barcelona usually wins, but Chelsea is good). Mais achtung ! s’indignent le chat qu’on n’écoute pas et le ballon qu’on n’entend pas. En français.

Ce qui est certain, c’est que même si des professionnels du show-business marquent un but, et peu importe que le geste soit beau ou pas trop, que le joueur soit exemplaire sur le terrain ou pas vraiment #InRealLife, que ses éléments de langage soient admirables ou plus approximatifs, que les supporters dans le stade ou devant leur écran se lèvent pour l’encourager ou le huer, du moment que l’arbitre valide le but, c’est le résultat du match, la qualification pour la finale et l’obtention du titre qui comptent pour la postérité globale et l’audimat durable. Pas le premier but pas (qui coûte, mais c’est un autre sujet, ou pas). En plus, la seule règle d’or au foot, c’est qu’en principe ça se joue à 11, même si les Espagnols pourraient être 22 sur un malentendu sur le terrain pour la Champions League 2012,  et qu’en général ce sont les Allemands qui gagnent (on notera que Ribery marque pour son équipe d’Allemands et fait gagner le Bayern, honni soit qui mal de la France y pense).

Ce qui est certain, c’est que le chat, quelle que soit sa couleur, va prendre un pain (voire se faire casser un peu les urnes après avoir protestationné pour du vent dans un (bon ?) sens ou l’autre, mais c’est un autre sujet, quoique …). C’est le jeu, peu importe que la règle du jeu soit d’or (dors !) ou (du mal) d’airain (des reins ?). Peu importe que le match retour, la finale et la suite des évènements s’annoncent un peu compliqués, que le nom de l’équipe ou le prénom de la libertine de la 3ème mi-temps soient inconnus (présumés inaudibles ?) du grand public mondial (dans la liste des 100 personnalités qui comptent de Time, il n’y a plus que Christine Lagarde en bleu, cette année). Le public sera content, le spectacle lui plait, comme depuis qu’on a inventé la démocratie autour d’un stade romain d’avant le Bunga-Bung et la communication politique à la TV d’avec le Bunga-Bunga.

Ce qui est certain, c’est que le match ne fait que commencer.

Ce qui est certain, c’est que ballon a encore du souci à se faire, même si une partie du public n’est pas trop motivée par le championnat de France 2012 dont les leaders (en français : « these guys who talk well on TV but don’t walk the talk on the field« ) lui semblent soit un peu « provinciaux » pour la Champion’s League, soit un rien trop « vu à la TV » pour l’esprit du sport « à la française ». Mais déjà que personne à part sa famille (politique) n’écoute ce que raconte le chat protestataire, il ne manquerait plus que les militants supporters doivent s’intéresser à ce que raconte un vieux rond de cuir à pulsion abstentionniste alors qu’ils ont d’autres chats à fouetter le dimanche du match vote, déjà que la télécommande est à la ramasse et qu’on ne sait même pas à quelle heure les TV francophones belges, suisse ou whatever works sur internet ou wherever, vont annoncer le résultat du match.

Ce qui est certain, c’est que quoi qu’en pense (ceux qui fument … ? ceux qui mettent les enveloppes dans les urnes ? ceux qui préfèrent les enveloppes sous … ?) le gazon, peu importe les indignations et autres discours des chats plus ou moins réveillés par les bruits de votes, tout le monde se fiche de ce que pensent les veaux trucidés, avec ou sans anesthésiant, pour faire le ballon : un grand coup de pied quelque part s’annonce même si jusqu’ici tout va raisonnablement bien pour presque tout le monde dans la fourmillière française (et si la plupart des commentateurs étrangers voient plus un rassemblement de cigales irresponsables et/ou abstentionnistes qu’un peuple de fourmis concentrées pour éviter le but contre son camp et/ou marquer dans les arrêts de jeu) au pays de (la promo) Voltaire où l’on sait que tout peut aller pour le mieux si l’on cultive son gazon.

Ce qui est certain, même si ça ne résoudra rien #InRealLife pour les citoyens français électeurs contribuables et candidats  … à l’emploi, et même si ça n’empêchera, ni Messi d’être un joueur vraiment exceptionnel, ni probablement pas les Bleus d’être ridicules au foot en championnat d’Europe des Nations cet été de l’autre côté du rideau de bière en attendant la prochaine coupe du monde réel en 2014 au Brésil, c’est que le Facebookotantisme qui casse les urnes en français à la saison du Bunga-Bunga électoral à 500 km autour du centre de Paris devrait bientôt s’évaporer dans le cloud (la fumée, en globish français). Et c’est plutôt une bonne nouvelle, même si ça ne fera pas disparaître le vuvuzuelisme plus ou moins politisé de tous les terrains de jeu réels ou virtuels (quant à savoir combien le roi d’Espagne en cure d’austérité a dézingué d’éléphants au Botswana ou ailleurs dans sa vie, c’est un autre sujet, une autre crise, ou pas) et s’il ne faut jamais vendre, ni d’ailleurs acheter, la peau de tel ou tel animal tant que le match n’est pas terminé (ni, au demeurant, tuer les animaux avec ou sans défenses pour espérer réveiller chimiquement une virilité rendue défaillante par les abus de sièges en cuir chauffant et autres abus de pâtes aux truffes).

Mauvaise nouvelle pour les geeks supporters ? Malheur aux Twittos (des camps) vaincus ?

En attendant, même s’il y aura beaucoup de bruit (d’où l’intérêt des isoloirs) au stade de France et une retransmission en direct (about nothing ?) à la télé de France de la finale entre Quevilly et … qui d’ailleurs ?, c’est ailleurs que ça se passe, on dit même que les résultats des élections françaises s(er)ont connus sur Twitter (et peut-être par des médias français amateurs de buzz) avant d’être annoncés par les Guignols de l’Info l’arbitre de France.

* * *

Let’s Dream 2012 in #Paris the « OldSchool » Way 😉 * w/ Harry Bellafonte « Island in the Sun » – http://rf2012.wordpress.com/ … ♫ http://blip.fm/~1b1b2y

Let’s Dream « NewSchool » (?) 😉 * w/ Anggun « Une Île » –  http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-d … ♫ http://blip.fm/~1b1b1s

Let’s Dream in #Paris 😉 * w/ Carla Bruni « La Possibilité D’une île » – http://mer.glenatlivres.com/livre/le-rev… ♫ http://blip.fm/~1b1b1a

#Presidentielle #France Vais-je voter en fonction des réseaux sociaux internet ? Non Attendre 18h30 et voter + ou – #utile au 1er tour ? Oui

Renaud Favier : France & Facebook est sorti de presse! http://bit.ly/g8PTOA

Renaud Favier, le Journal est sorti de presse! http://bit.ly/dQneRc

Parfois, le rêve d’une île … se concrétise dans une librairie sympa. Merci @ #Glénat & LeCarrer pour un bon bol d’air http://mer.glenatlivres.com/livre/le-reve-d-une-ile-9782723477505.htm

L’Inde tire avec succès son 1er missile nucléaire longue portée http://bit.ly/JMDAXw Retweeted by Renaud Favier

#Présidentielle #France Annoncer les résultats avant 20h, ça risque d’inciter qqes négligents à se bouger : so what ? http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-debat-de-societe/so-what-3-1481205

#Présidentielle #France Annoncer le résultat du match avant la fin, c périlleux de nos jours, les buts sont souvent marqués en prolongation

Le foot se joue à 11 et l’#Allemagne gagne en général : le #changement, ça sera(it) 1 finale Champions League #Barça #Real avec 22 Espagnols

Fuite avant 20 heures : les propos de Sarkozy prennent de court les gardiens de la loi http://bit.ly/HRNdsZ Retweeted by Renaud Favier

Hollande sur BFMTV : j’ai « l’obligation de réussir » – http://BFMTV.COM http://bit.ly/IUQFCC Retweeted by Renaud Favier

@Iro RT « Astérix voterait Dupont-Aignan & Batman Le Pen – 20minutes.fr http://bit.ly/Jh69g6  » – Qu’en pensent Tanguy et Laverdure ? 😉 In reply to Aon

#Drogba #Chelsea a marqué et gagné le match aller : So What ? Au #Football comme aux élections, seule la finale compte http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-debat-de-societe/so-what-1382469

Si vrai qu’aux #USA résultats côte Est sont annoncés avant fermeture bureaux de vote côte Ouest, polémique en #France = retard d’une guerre

#Drogba scored : So What ? Chelsea won : So What ? #Barcelona will win next and reach Champions’ League Final anyway (So What ?) #Football

Au #Football, seules 2 choses comptent durablement, buts et titres : on oubliera le match de #Drogba, on oubliera le match de #Chelsea

Il y a vraiment des amateurs de #football pas anglais ni inconditionnels de #Drogba pour soutenir #Chelsea ce soir ?

#Football : #Chelsea #Barcelone sur #TF1, ça réconcilie avec TF1 et ça devrait réconcilier avec le foot professionnel à la TV

#Football : la généralisation des victoires sur le fil à la 90è minutes, c’est bon pour les pubs et le suspense mais c’est un peu dérangeant

ça ne va « pas pire » en #Europe (#France #Italie #Espagne #Grèce…) … si c’est le #FMI qui le dit … http://viadeo.com/s/fU0QY

ça ne va pas plus mal en #Europe (#France #Italie #Espagne#Grèce …) … si c’est le #FMI qui le dit … http://lnkd.in/2_7ViU

ça ne va pas plus mal Europe (#France #Italie #Espagne #Grèce …) … si c’est le FMI qui le dit …… http://fb.me/1ES524pUg

D’après le #FMI, ça va (un peu) mieux en #Europe : So What ? http://wp.me/pJjbe-4p3

RF 19 avril 2012.

En tout cas, il n’est pas contre-indiqué de vivre dans un pays au talent en pointillés au foot mais champion du monde de campagne électorale française plus ou moins permanente pour profiter de eBooks à l’esprit citoyen sur une plateforme électronique made in France, “liker” Café du matin à Paris sur Facebook, ou surfer un peu à gauche, à droite et ailleurs “en attendant le match de dimanche”.

          
          
         
     
       

Les mots râlent, en français du 21ème siècle

Sartre avait emprisonné (empoisonné ?) le concept des mots aux 20è siècle, qui fut celui de l’image, n’en déplaise aux écrivains disparus avant l’an 2000, et de la globalisation du village, n’en déplaise à nos ancêtres et autres Gaulois des passés qui croyaient tenir la plume.

Le 21è siècle pourrait être celui des mots libérés, n’en déplaise aux amateurs de Twitter et des films muets. D’une orthographe un peu rénovée, d’une grammaire un peu moins conventionnelle, d’une ponctuation moins oldschool : #Occupy les lettres !

De « A » à « Z », n’en déplaise aux « Salieri » du temps des modernes, qui criailleront : « Trop de lettes ! », « Trop de mots ! » ou « Pas assez de virgules ! » devant les mots arts nouveaux (tsars nouveaux ?) comme face aux « Mozart » (mots art ?) d’antan, cela s’entend. Autre temps (futur antans ?), autres mots (maux ?).

Artist : à tout seigneur, tout honneur, Jean Dujardin a fait bouger les lignes, faute de dire les mots à l’écran. Bref, ça farte pour Brice de Nice, c’est le pied pour un Gars et une Fille et OSS 117 fait flotter à Hollywood le drapeau de Mongénéral et du Président René Coty.

BRICS : à tout seigneur aussi … le Brésil est le 1er dans l’alphabet et le plus excitant des grands pays récemment émergés. Et puis, avoir osé construire dés les sixties la capitale du futur puis réinventer Rio au 21è siècle, chapeau bas au pays de la Bossa Nova.

Crise : qu’on se fasse une montagne des opportunités ou un film des risques, ou vice-versa, il y a du changement dans l’air du temps, de la Chine réveillée dans le pipeline & du gaz dans la continuité du fleuve tranquille en Europe. Quoi qu’on en dise ou pense à Paris.

Dégage ! : à part en Chine et en Russie où le changement dans la continuité est bien organisé par le Parti démocratique unique, l’époque est plutôt à l’alternance dans les régions où le pluralisme est institutionnel ou rendu possible par les circonstances.

Energie : quoi qu’on dise des panneaux solaires chinois, qu’on écrive sur le gaz de schiste ou qu’on pense du nucléaire made in France, et vice-versa, le réchauffement climatique est peut-être une bonne nouvelle pour l’Europe avec le pétrole à 120 dollars le baril.

Femme : on dit et écrit depuis un moment que la femme est l’avenir de l’homme. Le sujet est un peu démago la veille du 8 mars et fatalement polémique en saison électorale en Europe, même si Angela Merkel est « le seul dirigeant » sûr(e) de passer 2012. Dont acte.

Globish : like it or not, globish is here to stay. Non pas que ce soit une surprise que la langue du business, de la musique moderne et d’internet s’impose, ni un bonheur que le Français soit devenu un luxe, même en France, mais soyons réaliste, exigeons le possible.

Horreur économique : pour moins de 4 Euros en édition de poche, l’essai pédagogique de Viviane Forrester paru au siècle dernier est une alternative à la masse de papier publié « à chaud » sur la crise et aux tombereaux de « contenus » inégalement crédibles sur internet.

iTruc : quoi qu’on pense de Jobs ou dise d’Apple, & vice-versa, et même si on aimerait que les MacBook soient fabriqués par des Beach Boys et aussi solides qu’au vieux temps, il faut être de très mauvaise foi pour ne pas reconnaître que la pomme n’en est pas une.

Jeune (s’écrit aussi « Djeun ») : aussi incroyable que cela puisse paraître, les djeuns d’aujourd’hui n’étaient pas nés à la disparition du mur de Berlin et la plupart d’entre eux sera bientôt née après l’an 2000. Evidement, il va falloir adapter les éléments de langage.

Kyi (Aung San Suu) : Cristina Kirchner la rebelle était très « tendance » jusqu’à ce que le principe de réalité impose à l’Argentine l’austérité comme partout ailleurs. Aung San Suu Kyi, la patiente « Mandela d’Asie », pourrait être plus « iconique » au début du 21è siècle.

Logement (mal) : on est passé, en moins de temps qu’il n’en fallait pour sauver Boudu des eaux (Renoir, 1932), des Don Quichotte de Saint Martin à Cantona et la loi « véranda ». En attendant, les « Tanguy » ne sont pas prêts d’être propriétaires à Paris à 9000 € le mètre.

Mondialisation : cette fois, il faut se faire une raison, le rideau de fer est tombé sur le siècle dernier et le bruit a réveillé la Chine ; Inde et Brésil sont devenus très sérieux depuis 1 ou 2 décennies et les producteurs de matières 1ères ont pris le train du siècle qui est parti.

Nicosie : les supporters de foot ont généralement autant de sens de l’humour que les militants politiques et autres croyants en uniformes (ce sont souvent les mêmes, ceci expliquant cela) mais les Grecs et d’autres Européens sourient en pensant à Chypre.

Oligarchie : la roue politique tourne, on a essayé pas mal de mots en « isme » au siècle dernier et personne n’est très sûr de la différence entre ceux en « cratie » et ceux en « archie » mais il est à peu près établi que « olig » a effacé « aristo », advienne que pourra.

PME : du temps de Colbert, on plantait des forêts de chênes pour découvrir le monde ; de celui de de Gaulle, on rêvait de sequoia géant californien en chantant small is beautiful ; 2012, on met les bonsaïs à geler au balcon. On a l’esprit d’entreprise(s) qu’on (h)mérite.

Qatar : avant, l’Orient faisait rêver les enfants de mille et une nuits et les plus grands de danse des 7 voiles … maintenant les petits devenus grands vendent des Airbus à Qatar Airways et ceux qui sont restés militants regardent le champion de France sur TV Qatar.

Rire : si l’on voulait paraphraser les « Dead White Writers » d’avant iPad et Kobo, et des humoristes plus optimistes que le regretté Desproges et le regrettable Bedos, on dirait que le 21è siècle aura le sens de l’humour ou ne sera pas. Saint Groucho, priez pour nous !

Siri : de la plume d’oie au clavier virtuel en passant par la Remington, le Bic et la Sténo, malgré les écrivains publics et autres Dragons, on a depuis des millénaires un problème pour écrire un peu vite. En attendant mieux, Siri aidera peut-être à tourner une page.

Talent : le 20è siècle a cherché sa voie entre héritage à préserver et nouvelles vagues à surfer, et décidé … de préserver une sorte de statu quo entre anciennes et modernes élites. Avec le réchauffement climatique, le talent pourrait (re)devenir déterminant au 21è.

Union : il n’est pas impossible que les politiciens français abandonnent, comme les russes, le mot « Union » (pourtant supposé gage de force) si l’UMP suit le chemin électoral de l’UDF. L’Europe aura seule la responsabilité de fédérer les citoyens unionistes du vieux continent.

Vent : on ne sait toujours pas très bien d’avance où le vent peut mener, quelques siècles après la découverte des alizés et bientôt 20 ans après celle du GPS, mais il s’en lève de nouveaux un peu partout, changement climatique ou pas. C’est intéressant, voire excitant.

Watt : on a du mal à savoir si l’Iran souhaite acheter des EPR made in France et à prévoir l’impact de Désertec + la voiture électrique + le Smart Grid sur le mix énergétique en Europe mais il y a 100% de consensus, il faut consommer moins et mieux d’électricité.

X : la génération « X » est, par convention, celle des post baby boomers nés grosso modo entre 1960 et 1980, auxquels le 20è siècle a offert le walkman, la 205 GTI et la Préfon en échange de leur mise en liste d’attente pour les jobs, la politique et les pâtes aux truffes.

Youtube : Youtube a permis à ceux de la génération « Y » qui avaient un terminal et un neurone connecté de découvrir Woody Allen, de voir JFK à Rice University et la pub « 1984 » d’Apple, entre autres. No souci, les geeks trouveront un moyen de surfer ACTA.

Zorba : la Grèce a été victime comme tant d’autres des approximations de l’aide aux pays en développement au 20è siècle. Les Euros couleront moins abondamment dans les DAB d’Athènes mais les banques avaient provisionné et les piscines ne se videront pas toutes.

Enfin (en fin ?), tout ça c’est bien beau mais les mots s’envolent, les écrits restent dans les bibliothèques et la vidéo est quand même un vieux truc du siècle (dé)passé, avec ou sans bigdata, opentruc, bigbro et toussa-toussa : l’enjeu du 21è siècle, c’est la communication « newschool », whatever works.

* * *

Retour vers quelques autres e-books plus ou moins sur l’avenir en chantant (enchanté ?) de l’environnement urbi et orbi, plus que moins sur le présent de la France Ubu et urbi et souvent avec un rien plus que la dose d’humour noir réglementaire co,formément aux normes européennes mais tout juste le minimum syndical de respect de la ponctuation et d’autres conventions toxiques du siècle d’avant 2012.

            
            
              
* * *

Retour vers café du matin à Paris qui est un des rares trucs qui ne réserve pas de mauvaise surprise météo ou autre au 21è siècle (s’il consent à arriver un de ces jours) sauf si on espère des discours lénifiants sur l’avenir du modèle français RTT-Amen-Tartuffe-Elite (ça fait “raté”, amusich, nicht ?), des compliments à la génération Rolex-Audi-Truffe (ça fait “rat”, amusich aussi, nicht aussi ?) ou une admiration dévote pour les éléments de langage pour Twitter et autres affiches collées sur des poubelles, les livres de politiciens pour tables de salon de militants et autres pilons, ou les slogans pour meetings et autres crimes contre l’intelligence en bandes organisées.

 

Please, mind the gap click on the mug for English version.

  

Retour vers un excellent 2012 avec ou sans mots (maux ?) du 21è siècle.

 

Et bonne compétitivité parce que paroles qui s’envolent ou pas, business is toujours business InRealWorld 2012 et personne n’a vraiment de meilleure idée pour payer les factures d’othodontiste des gosses en attendant qu’on ait enfin inventé des dentiers artificiels pratiques, pour acheter les recharges du diffuseur électrique de parfum d’intérieur à 3 sorties dont la pub à la télé passe entre celle d’un nouveau « Senbon » à 1000 Euros le litre et celle d’un truc roulant pour brûler le commerce extérieur et du pétrole à bientôt 2 Euros le litre, ou pour financer un nouvel ordinateur portable parce que même ça n’est plus ce que c’était et l’écran ou un autre morceau un peu essentiel commence généralement à déc… sérieusement en à peine 2 ou 3 ans d’usage, obsolescence programmée juste après la fin de garantie ou pas, ce qui laisse tout juste le temps d’écrire un genre de brouillon de manuscrit entre deux twits dans le métro ou le bus aux horaires où on peut sortir un gadget électronique, de gratter quelques billets de blog dans le train ou l’avion entre deux mails si on peut s’offrir une place assise avec une tablette pas trop envahie par les cheveux du voisin de devant ou écrasée par les coudes de ceux d’à-côté, et de mettre à jour sa page Facebook entre deux paniques bancaires si on est peu ou prou concerné par le crédit-crunch, les taux d’intérêt ou le cours de l’Euro.