Paris brûle-t’il ? Mektoub pour l’hôtel Lambert, en tout cas …

images-9

Cet Hôtel Lambert qui brûle alors qu’il était en travaux de mise aux normes genre maître de l’univers qui considère Louis 14 comme un court jeune homme d’avant, ce n’était pas un simple « hôtel de (poules de) luxe » au sens contemporain du terme. Moins encore un petit claque de Rastignac provincial à la fortune anémique genre ce pauvre Nanar. C’était rien moins qu’un plus beaux lieux de Paris. Accessoirement, un monument historique français. http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2013/07/10/Le-prestigieux-Hotel-Lambert-ravage-par-un-incendie-a-Paris-1544249

cec7c6358a97d1a1832b4644e61486375e9e7895_reference

Crédits : La Nouvelle République

Ce lieu magique occupant presque toute l’extrémité de l’île Saint Louis était passé en mains étrangères il y a peu d’années et faisait l’objet d’une rénovation pharaonique, après l’extinction, sinon de tous les feux verts, rouges ou whatever works, comme il apparait, des quelques attentismes, « procrastinimses » et polémiques plus que moins inévitables en pareilles circonstances. http://lambert.over-blog.org/article-32877324.html

images-7
Mais maintenant, ça brûle, pourtant. Et les dégâts sont d’ores et déjà jugés « irréversibles ». http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/07/10/important-incendie-dans-l-hotel-lambert-a-paris_3445197_3224.html

635034 On observe, sans rien sous-penser rapport aux spéculations et autres versations de mâles dominants (certains appelleraient ça des malversations, mais il faut avoir du vocabulaire et des preuves, sinon, c’est moins pertinent, voire plus impertinent), honni soit qui aurait mauvais esprit ou la suspicion tatillonne exacerbée en saison de crise économique, que l’interruption de l’hyper inflation sur l’immobilier parisien, même d’exception, rendait très hypothétique une nouvelle plus value (d’autant que c’était déjà le plus riche du Monopoly qui le possédait, ce qui réduisait les chances d’une guerre économique de surenchères) sans rien faire comme ça marchait si tranquillement depuis un bon moment dans les quartiers de Paris encore fréquentables de nuit en Bugatti décapotable ou autre véhicule inabordable, donc indispensable aux inégalement fréquentables. http://www.lefigaro.fr/culture/2013/07/10/03004-20130710ARTFIG00268-l-hotel-lambert-ravage-par-les-flammes.php

images-10

Crédits : Le Figaro

Alors sans vouloir sous-entendre que l’incendie tombe bien (parce qu’avec le manque de soin des ouvriers de maintenant, les contrefaçons asiatiques de prises Legrand, et le prix de l’électricité qui pousse à éteindre les alarmes incendie, aussi bien c’est un accident bête, un coup de pas de chance, la force d’un destin qui se venge -ou tente de donner un signal-, Mektoub, quoi …), moins encore que l’assurance n’est pas chère avant un sinistre (et puis on n’est pas à ça près, surtout aux cours actuels des hydrocarbures, quand c’est l’Histoire qu’on assassine, même si on possède aussi la société d’assurance, l’entreprise de réassurance, et les actionnaires financiers ou pas d’elles toutes), on ne peut s’empêcher de se demander si le permis de reconstruire ne portera pas sur un bout de l’île Saint Louis moins étriqué, histoire de pouvoir mettre une marina digne du GrossParis de bientôt avec annexes à Rouen et au Havre sur la route de Suez via Marbella et Chypre, une petite station de ski avec héliport pour ne pas avoir à gâcher du bilan carbone pour atteindre la Gare de Lyon (qui faudra penser à acheter, comme EDF, Total et EADS, par souci de simplification) ou le Bourget en hélico sur le chemin de Suez via Davos ou Cortina (qu’il faudra penser à racheter, si ce n’est pas déjà fait) à chaque fois que les enfants ont envie de faire une bataille de boules de neige hors saison, ou en hiver mais sans sortir au froid sous la vraie neige, et une Tour un peu moins modeste que celle de ce bon petit Monsieur Eiffel qui devait être très « gentil » mais était à l’évidence (comme Lesseps, les Français de cette époque manquaient de mégalomanie) trop respecteux de riverains et fonctionnaires de l’urbanisme manquant de classe, d’ambition et de créativité, pour n’avoir pas pensé qu’en grimpant un peu plus follevilement haut, on pourrait voire non seulement la « Bande des 4 Grands » d’autour de Paris (le 4G = Versailles, Vaux, Fontainebleau, et Chambord), mais, peut être … Dubaï et Doha (tiens, ça fait DD, comme développement durable, ironisch, nicht) ? Il faudra trouver un nom : Lambert City ? Non, ça fait titi parisien d’avant voulant frimer en angliche. New Saint Louis ? Non, ça fait vendeur de moquette, même pas niveau communicant en Porsche. Les bijoux de famille ? Non, ça sonne défaitiste et vaguement queue de race, voire DSK en fin de règne. Désert en Seine ? Non, c’est ballot parce que ça sonne bien, et ça ferait sourire les lecteurs de « Paris et le désert français », mais ça fait « déshérence » et « haine », difficile de faire avaler ça à l’Académie, sauf à changer aussi de langue, en France. En attendant, l’incendie est jugé « circonscrit » (dommage que le rédac chef ait relu le texte, si un stagiaire avait écrit « circoncis », ç’eût été rigolo). http://www.larep.fr/france-monde/actualites/a-la-une/national/2013/07/10/important-incendie-dans-l-hotel-lambert-a-paris-1622202.html 

3445229_3_8613_l-hotel-lambert-dans-la-nuit-de-mardi-a_8b425de0af26777dcd94ea40ee263902

Byzeway, ce n’est pas un ancien maire de … Paris, voire même un ancien président de la République française d’avant (le président, pas la République, moins encore la République française, quoique, recouac …), dont, la « plume » avait été inspirée par la chanson « Beds are burning », succès du groupe australien « Midnight Oil », qui a dit, lors d’un sommet de la Terre en Afrique du Sud en 2002 : « Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs » ? http://www.youtube.com/watch?v=ejorQVy3m8E

article_10072013-INCENDIE-HOTEL-LAMBERT-5

Tiens, « Mektoub », ça serait un joli nom, pour la nouvelle France Ile Saint Louis. Non ?

Renaud Favier – 11 juillet 2013 – Café du matin à Paris – Compétitivité – English

En attendant le 14 juillet (et Paris-Plages), si on veut quelque chose à lire pour ne pas abandonner le neurone en mode pause, ni laisser son coeur patriote saigner sans au moins s’en rendre compte, on peut télécharger des livres électroniques, gratuits ou au prix d’un café en terrasse dans un quartier normal de Paris, sur la plateforme française Youscribe (nb le format pdf disponible sur Youscribe est assez pratique sur grand écran et moins fantaisiste que ePub à l’impression en format A4), ou sur Amazon pour les patriotes exemplaires. Quelques exemples en cliquant sur les icônes ci-dessous.

               
               
         
           
          

Et il y a aussi du plus « atypique » (et gratuit).

Bad in France Couverture         
Et du plus « business » (gratuit, of course).
Frenchonomics Small           
Le bonus : quelques ronchotwits dans l’air du temps (des temps ? détend ?)

Quand on est femme ministre (de l’écologie d’un gouvernement normal de gauche), on ferme sa g…, ou on est démissionnée

nicole-bricq-delphine-batho

Le limogeage de (complot machiste contre ?) Delphine Batho du ministère de l’écologie réellement socialiste de marché en 2012, nous fait penser que Nicole Bricq en avait elle-même été évincée mi-2012 à peine revenue du sommet des écolocrates de Rio, mais surtout, nous rappelle avec une tendre émotion le vieux cri républicain, presque Audiardien, de Jean-Pierre Chevènement (tiens, au fait, il a quitté son appartement social, lui, ou obtenu une dérogation pour y rester jusqu’à ce que mort s’ensuive, la sienne ou celle des méritants en liste d’attente comme dans ce délicieux film « Le Viager » ?), poussé dans un autre temps : « On ferme sa gueule, ou on démissionne ».

Ectac.Presidentielle-2012-Chevenement-candidat.03

Quoi qu’il en soit Delphine Batho a été limogée (et byzeway, certains esprits forts observent que Montebourg, qui n’épargne pas le Premier Ministre d’au moins une saillie hebdomadaire, mais n’a jamais contredit publiquement Ségolène Royal ou été en situation de s’opposer à la commande publique sur fonds des tribuables d’une flotte de ségomobiles subventionnée par les tribuables, n’a pas encore été expulsé de son étage à Bercy, lui).

532615-france-s-minister-of-ecology-sustainable-development-and-energy-delphine-batho-leaves-after-the-week

Les plus cyniques souriront en pensant que quand on sait que de toute façon on sera lourdée au remaniement, ça peut être une bonne stratégie perso, surtout quand on a pas les diplômes permettant de se recaser facilement par réseau, de faire semblant de s’indigner sur un dossier qu’on n’a même pas lu (de fait, son budget direct est réduit de 7% mais c’est plus que compensé par des transferts a priori favorables à l’environnement, notamment pour le logement chez Duflot, qui sait bien qu’on n’est jamais si bien servie par Bercy que quand on pique soi-même aux autres ministres) et de se mettre sur les rangs pour un bon fromage républicain avant que tous les autres remaniés soient sur les bonnes affaires (pour Bricq, on ne comprend vraiment pas pourquoi elle ne fait pas pareil, mais peut-être qu’à son âge, avec une petite retraite privilégiée de sénatrice et un mari politicien de base en Ile de France sans avantages acquis particuliers (ni immense logement de fonctions et/ou social(iste) à prix d’amis garantie à vie à Paris intra muros, même si ça semble assez commun en Normalie) en principe (nom commun, dont certains manquent, et que d’autres ignorent), elle préfère voyager encore un peu en First pour gagner assez de miles Air France pour maintenir son train de vie sans devoir renoncer au café du matin en terrasse quand il fait beau et qu’il n’y a pas encore invasion de fumeurs de cigares et autres puanteries).

les-jardins-plein-ciel

Mais c’est peut aussi la reco de ses communicants politiques en Porsche, de quitter le paquebot Hollande en mélenronchonnant face caméra, pour ne pas rater le départ d’un nouveau France en 2014.

445048-delphine-batho-france-s-minister-of-ecology-sustainable-development-and-energy-attends-the-minister-

Mais peu importe, et de toute façon, être ministre l’été, si on n’est pas passionné des places gratuites dans les festivals ou de la gestion des carrières dans son cabinet (quand il y a des bruits de remaniement, ou des opportunités de sauter sur de bons fromages, les conseillers fidèles et militants les moins idiots n’attendent pas la prochaine réduction des enveloppes pour regarder et s’envoler ailleurs), ça n’a guère d’intérêt de rester ministre alors que les administrations ronronnent comme les climatiseurs des hauts fonctionnaires stakhanovistes et/ou ambitieux en ressortant de vieux rapports pour répondre aux questions parlementaires écrites (une fois par an, de nouveaux ou vieux députés reposent de vieilles questions parce que leurs assistants sont en vacances et que personne ne sait utiliser le traitement de texte, et de nouveaux ou vieux fonctionnaires photocopient les mêmes vieilles réponses en actualisant ou inventant quelques chiffres s’il y a quelqu’un qui s’aperçoit que le gisement de réponses date du temps des télex Comatta, c’est une tradition républicaine d’avant Paris-Plages comme de perdre toutes les guerres, même économiques) et que les correspondants et journalistes étrangers savent que la France est arrêtée et respectent sa petite mort annuelle en évitant de téléphoner ou d’envoyer des télégrammes diplomatiques demandant réponse avant octobre). A part Nicole Bricq qui juge crucial d’annoncer quelque chose avant le Festival d’Avignon, ou son propre (second) limogeage, tout le monde la ferme, et comme dirait Chevènement, c’est bien mieux comme ça, de pas bosser comme si on avait (été) démissionné, mais de toucher ses privilèges quand même.

affiche-paris-plages-2013-kiraz

Ceci twitté, tant qu’on aura Montebourg (que ça ferait désordre de virer, pas tant vis à vis de la droite de la gauche de la gauche dont la gauche normale pourrait avoir besoin pour ne pas devoir donner trop de fromages aux communistes, syndicalistes et autres vieux pirates d’avant l’électricité et #anonymous pour ne pas risquer de perdre trop de mairies en 2014 au cas improbable où les zélecteurs seraient plus cohérents avec eux-mêmes, sobres et lucides que godillots, sourds-aveugles-paralysés, ou abstentionnistes, que parce que comme il faut déjà virer Mosco à cause de Cahuzac et Bricq à cause de Bricq, il faudrait mandater un chasseur de têtes pour repeupler vite et bien Bercy avec des gens capables de faire avancer le schmiliblick, et no seulement c’est pas simple de trouver un cabinet RH ouvert en été, non seulement tous les bons cabinets savent que personne de bon, sensé et capable ne voudrait de Bercy maintenant, mais surtout, budget ne permet pas de payer ça, parce qu’avec des success fees genre un an de salaire de ministre, on pourrait faire un gros cocktail de team building pré-électoral au Festival d’Avignon) … tant qu’on aura l’exceptionnel Montebourg twittais-je, ça gueulera sans démissionner dans les ministères pour confirmer la règle de Chevènement, et assurer qu’il y aura du monde à Paris-Plage comme en 2012, même si la météo est pourrie cet été.

12-07-27-valls-montebourg-fabius-hollande-ayraultEn France, on peut virer une secrétaire, délocaliser une boite rentable, vendre les bijoux de famille au Qatar comme tous les pays normaux et écologistes importateurs de pétrole avec dessous de table, et les vignobles aux Chinois comme tous les pays exemplaires et écologistes exportateurs avec pots de vin, ou limoger un(e) ministre plus ou moins volontaire, mais on ne change pas une équipe de comiques qui s’accrochent aux vieilles pierres en gueulant fort … ou alors, c’est compliqué.

305706_4776888382603_40992208_nAllons enfants, vers un monde plus vert quand même … (et SVP, si vous mâchouilles patriotiquement un chewing gum pendant  la Marseillaise parce que ça vous décontracte mieux que de penser à la France, ne le jetez pas par terre comme les manifestants ou comme votre mégot -pas biodégradable, byzeway, mieux vaut se rouler son tabac sans filtre, si on est écolo, et pas milliardaire-, ça va coûter une fortune en karcher bio à la Mairie de nettoyer avant Paris-Plage sous la pluie grosse comme les sincèrement tristes larmes de crocodiles #UMP pour Batho #PS courant Fabius/Dray/SOSRacisme/Ségo, les saletés de toutes ces manifs d’avant pour tous, envers rien ou son contraire, ou contre tout, de depuis le dernier Paris-Plage sous la pluie grosse comme les si purement politiciennes larmes de crocodiles #EELV pour Batho #PS normal pas courant vert incrusté aux maroquins avec privilèges et/ou fauteuils en velours avec avantages acquis), en marche arrière vers les Trente Glorieuses et le temps des BD avec humour qui sont les références principales de la promo Voltaire, avec les Soviets mais bientôt sans électricité pour lire les rapports d’expert sur l’environnement global, ceux de la Cour des Comptes sur la France, et ceux des consultants anglo-saxons sur la réforme de l’état.

gaston-l-ecologie-selon-lagaffe

Tout ça n’est ni très important, puisque ça concerne la France, ni très sérieux puisque ça s’agite autour de la pyramide du Louvre, pas des ruines en Egypte, ni très durable, puisque cela concerne le gouvernement provisoire rose-vert, pas la pierre de Rosette, mais ça mérite quand même un (re)twit ou deux en français, avec le café.